11/12/2008

Racine de persil et panais? Matez le derrière!

Paix sur vous, pécheurs rieurs

DSC01613.JPG

A l’heure où l’économie déraisonne, où le PS dissone, où le climat ânonne, où la blogomiam déconne et le bling-blig ronronne, ben, beaucoup de gens se posent des questions. C’est bien normal. De vraies questions. Profondes et douloureuses. Par exemple: comment faire la différence entre un panais et une racine de persil? Hein?
Car voilà bien des sosies. Deux racines aux épidermes blanchâtres, mal épilées et veinées de sombre, larges du popotin, pointues du museau. Ajoutez à ça que ces deux-là affichent souvent strictement la même taille (pas sur la photo, on cause en général, quoi) et voisinent chez le maraîcher. Et te voilà, toi pauvre consommateur au Q.I. ni trop haut ni trop bas, en train de patauger grave.
Mais le Dr Slurp, à l’aube de cette merveilleuse fête qu’est Noël, a décidé de jouer le partage et l’amitié en te refilant The Tuyau pour différencier le panais et la racine de persil. Retiens ton souffle, lecteur dans le brouillard. Voilà le truc:
Le premier a le cul creux façon top-modèle; la seconde le cul bombé façon bomba latina.
Le panais, c’est la Moss; la racine de persil, la Lopez.
Oui, je sais, ce n’est pas très délicat de comparer la plastique d’une paire de légumes oubliés à celle de stars qui ne le sont pas encore. Mais l’image vous restera imprimée dedans la boite crânienne au moins jusqu’à la Saint-Sylvestre. La pédagogie a des raisons que l'élégance ignore.

DSC01614.JPG
 Où est la racine de persil; où est la panais? On relève les copies dans une heure. 


Et comme ces deux tubercules ont des saveurs typées et complémentaires, on peut les marier en une soupe hivernale et slurp, dont on vous livre ici l’alchimie express.

DSC01626.JPG


Pelez, détaillez en petits dés le tandem. Procédez de même avec deux brins de céleri-branches. Au fond d’une casserole, faites revenir une gousse d’ail hachée. Ajoutez les légumes et un bouquet garni (trois branches de thym, une feuille de laurier, deux clous de girofle et huit grains de poivre noir cachés dans deux feuilles de poireau). Sel, poivre, pincée de cumin, piment soft.
Couvrez d’eau. Laissez frémir une demi-heure. Quand les racines s’abandonnent, passez au mixeur, sans forcer: qu’elle ait de vrais bouts dedans, la bonne soussoupe.
Coiffez d’une lichette de crème fraîche, d’une tombée de piment et de pluches de coriandre.
Vous noterez qu’une fois passées au blender, la Lopez et la Moss se ressemblent plus encore.


Tchou !

Commentaires

A l'heure où les racines s'abandonnent, heureusement que le Dr Slurp est là pour répondre aux questions existentielles que se pose la blogomiam.

Écrit par : gracianne | 11/12/2008

3 petits panais dans mon frigo vont finir en soupe aussi !
Je les appellerai Kate avant de les découper en tronçons... Kate Racine, ça le fait non comme pseudo ?

Écrit par : betterave | 11/12/2008

Estèbe, ta perversié n'a donc pas de bornes? Lorgner le postérieur de braves légumes innocents, c'est infâme.

Écrit par : Robert | 11/12/2008

On retiendra la leçon à coup sûr, dès que c'est graveleux, c'est forcément pérenne !!

Écrit par : Anso | 11/12/2008

J'ai découvert l'année dernière les légumes racines et j'adore les cuisiner. Pas encore essayé en soupe, à tester donc ; je les apprécie aussi crus en carpaccio, je crois bien que c'est chez vous d'ailleurs que j'avais repéré cette idée. Bon, après avoir regardé les deux postérieurs, et si ma mémoire - d'hier soir - est bonne la racine de persil est à droite, honte à moi si je me trompe ! mais je ne passe pas mon temps à mater les postérieurs moi, Monsieur !

Écrit par : Marie-France | 11/12/2008

Je n'oublierai pas, c'est une leçon qu'on retient, ça !
Le cul façon TAUPE modèle, c'est sous terre que ça pousse !
Pas mal "le cul de Lopez" comme mots clés ;-)
Et avec une recette dans laquelle on met '8 grains de poivre cachés dans une feuille de poireau, du poivre et du piment soft' on se retrouve avec le cul creux ou le cul bombé ?

Écrit par : Virginie | 11/12/2008

Avec le cul comment qu'il était avant. C'est magique.
J'avais pas pensé aux mots clefs qui aimantent les coquins. On épluchera les stats pour rire un peu.

Écrit par : Estèbe | 11/12/2008

C'était pas Rika Zari qi se trempait le cul dans la marmite? Voilà maintenant que la Moss et la Lopez s'y mettent... et qu'elles arrivent à se retrouver dans la même casserole. Conclusion: leurs culs réunis sont moins importants que celui de la Zaraï toute seule!

Écrit par : mamina | 11/12/2008

M.... alors ! j'avais pas lu comme il faut et pas vu que vous donniez la réponse ! J'étais persuadée que ma racine de persil d'hier soir avait le cul façon la Moss ! J'retourne chez mon épicier et j'en rachète pour vérifier.

Écrit par : Marie-France | 11/12/2008

Il n'est toujours pa-nais celui qui a trouvé la différence à moins que j'ai lo(u)-pez quelque chose... Mais ce que je propose à tes nombreux lecteurs voire lecteuses fançais, donc, qui subissent "LA", "THE" crise Sarkosienne... c'est d'en "voler" un dimanche après-midi... maintenant que c'est possible, autant en profiter... Merci Qui... merci mon président chéri et adoré... je vais pouvoir enfin voler le dimanche...Ouf, j'étais en manque... et s'il perd (en verlan) je n'ai pas (toujours en verlan) trouvé la différence à part le goût...
Bonne fin de semaine et bon week-end
Il est temps que le week-end arrive...je fatigue...

Écrit par : Olivier | 11/12/2008

Le panais est de droite et le persil de gauche , n'est-ce pas ?

Écrit par : gabriella | 11/12/2008

A force de parler de postérieur, on en oublie de parler du goût. J'ai déjà testé du panais mais de la racine de persil ....ça a quel goût?

Écrit par : marion | 12/12/2008

Y en a deux, en bas, je vous laisse chercher un peu.

Écrit par : rose chiffon | 12/12/2008

Rose, on a chopé l'une des deux. L'autre se cache.
Marion, c'est juste exquis. Eloge là:
http://jeromeestebe.blog.tdg.ch/archive/2007/10/15/eloge-de-la-racine-de-persil-si-douce-si-moche-si-modeste.html
Olivier, vive le larcin dominical!
Marie-France, l'important c'est de participer.
Gabriella, dans le mille. Pas de MODEM tiède chez les racines.

Écrit par : Estèbe | 12/12/2008

Normal, vous êtes "aveuglé".

Écrit par : rose chiffon | 12/12/2008

Je trouve ce pont d'âne, comme on dit chez moi, façon top model, plus utile et pertinent que le sein d'une autre transformé en coupe de champagne...

Écrit par : Iris | 12/12/2008

Marrant, de transformer ces racines pour le moins phalliques en dames de petite vertu médiatique.
Miam pour le reste, je pars à la quête d'une racine de persil.

Écrit par : Camille | 12/12/2008

La Lopez bombée, la Moss creuse soit... mais la Lopez persillée, vais je retenir... merci quand même pour cette leçon si bien imagée !

Écrit par : Eglantine | 15/12/2008

les culs creux, les culs bombés, peu importe , j'aime les deux,
avec une petite préférence pour les bombés ,

Écrit par : roger Schmitt | 10/09/2010

Bonjour. Pardonnez mon Francais, sil vous plait. Je ne peux pas trouvez les accents en mon computer,et c'est difficile ecrire dnas un langue etrenager. Comme meme, j'espere que je peux communiquer un peu avec mes chers amis qui aime manger!

Je viens de trovuer les persilles de grand racine. Je les ai cuisine ce soir dans une soupe facile avec un fond de faisan.
Panais? Superb roti autour d'un cote de boeuf. Ma grandmere a fait un petit vin de campagne ce cette legume - tres sec et assez fort.

Quand je cuisine un hachis parmentier, je melange pommes de terres avec panais ou routabagga et beaucoup de beurre. Delicieux.
J'adore les navets. Ils sont si jolis. Il faut asseyez cuire un currie de mouton et navets - tres Moghul.

Écrit par : maggie | 29/11/2011

Les commentaires sont fermés.