16/12/2008

L’histoire du colvert laqué au citron vert et mandarine, avec ses frites de racines de persil glacées au safran

Salut, mes poules.

DSC01673.JPG
Là, c'est moi. Je fais la sieste.

Je m’appelle Daisy. Je suis un colvert femelle et bressane. Je pèse un kilo sans plumes, ce qui fait de moi la compagne idéale d’un souper en tête à tête un soir de fête. Le jour de la naissance du Petit Machin, par exemple.
Bref, l’autre jour, voilà Estèbe qui me reluque, la rétine toute concupiscente, sur le marché des Glorieuses à Louhans. Notez que j’étais contente. Parce qu’il est bien l’Estèbe. Son blog, j’adore, et je profite de ce piratage pour dire que c’est une honte qu’il ne figure pas au classement d’Ailes Magazine, le canard de la canette moderne.


Bref, Estèbe m’a achetée sans discuter le prix avec mon éleveur. Il m’a saisie avec une délicatesse que je n’imaginais pas de la part d’un mâle humain. Et m’a glissée dans son Eastpack. Puis dans son frigo.
DSC01675.JPGJe le sentais un peu hésitant, Machin Slurp. Il me guignait. Me soupesait. Me chatouillait. Sans vraiment se décider. L’intuition féminine me soufflait qu’il n’avait pas vraiment l’habitude des canettes. Et puis hier soir, il m’a attrapée, l’air résolu.
Il m’a coupée la tête. Un peu rude comme préliminaire, mais c’est comme ça.
Il a plumé le duvet qui me restait sur le croupion et les ailes.
Puis il a entrepris de me vider, avec une maladresse trahissant une inexpérience crasse. L’éleveur lui avait dit que c’était facile. Je l’ai entendu le traiter de drôles de noms. Des noms d’oiseau, ce qui tombe bien. Il en a sorti des trucs de mon bidon. Au terme d’une séance un brin éprouvante, il m’a salée et poivrée le dedans. Il avait l’air fier.
Après, il m’a laquée. J’en étais toute chose. Il a fait réduire le jus de trois mandarines et de trois limes, avec les zestes d’un citron vert, un sucre, une cuillère de gingembre frais râpé et plein de poivre aromatique concassé, jusqu’à obtention d’une texture sirupeuse.
Il m’a ointe, salée, poivrée. Et farcie le tutu d’une mandarine en quartiers. Avant de m’expédier au four, à 220° puis 180°, sur une plaque surmontant la lèchefrite, pour 20 minutes. Il m’a retournée trois quatre fois, arrosée de laquage plusieurs fois, surveillée avec inquiétude. Pauvre Estèbe, toujours anxieux. Détends-toi, mon pote, on est entre palmipèdes.
DSC01676.JPGPendant que je dorais, il a préparé ma garniture. Des frites de racines de persil glacées au safran. Sacré Estèbe, il nous les casse un peu avec ses vieux légumes, mais bon… Il a taillé deux racines en bâtonnets, qu’il a mis à couvert dans une casserole avec un demi-verre d’eau, une noisette de beurre, une pincée de sel, une pincée de sucre, dix filaments de safran. Après, il a laissé réduire à découvert. Il a goûté, il avait l’air jouasse.
Bon, normalement, Estèbe aurait dû lever mes suprêmes et mes pattes, comme les pros. Mais je vous l’ai dit, il est un peu pipo de la canette, le Dr Slurp. Il a pris des ciseaux à volaille et clac, il m’a coupée en deux dans le sens de la longueur. Brutal mais efficace.
J’étais excellente, merci. Toute rosée, parfumée et tendre.

DSC01685.JPG


Coin coin, les gens

Commentaires

Estèbe, la prochaine fois que vous passez dans un élevage de canards, ne vous étonnez pas si l'un d'entre eux ôte ses palmes et vous les balance à la figure.

Écrit par : Zorg | 16/12/2008

Une bonne pinte de rire, il ne m'en faut pas plus. Tout de même, j'aimerai bien une fois voir un tutu farci.

Écrit par : Vanille | 16/12/2008

Encore un conte de Noel plein de poesie. Je vais voter pour vous au classement d'Ailes Magazines.

Jolie, tres jolie recette, qui me rappelle plein de choses que j'aime bien. Le bronzage de la bete est eloquent.

Écrit par : gracianne | 16/12/2008

Estèbe, vous êtes un héros : plumer, vider, guillotiner... une si jolie bestiole en plus... moi j'aurais pas pu.
Enfin elle semble bien vous aimer quand même, la canette. Mais pour aller dans le sens de Zorg, je vous conseille aussi d'éviter la Rade, et tout autre endroit où ses cousins jaloux pourraient bien tenter de vous donner à manger aux brochets...

Écrit par : betterave | 16/12/2008

J'ai déjà lu des histoires d'amour qui se terminent mieux. Daisy, d'ailleurs, vous écrivez d'une patte malhabile. Vivement le retour d'estèbe.

Écrit par : Anne-laure | 16/12/2008

Daisy n'est pas rancunière en tout cas ! Il faut dire qu'elle est superbement préparée, hum ça donne l'eau à la bouche. Joyeux Noël !

Écrit par : stef | 16/12/2008

morale de l'histoire : se méfier de la main qui flatte !

Écrit par : Eglantine | 16/12/2008

Nom de Zeus ! Y en a pas une seule. Mais cette histoire de soumission, quand même.

Écrit par : rose chiffon | 16/12/2008

Soumission? Laquer-laquais? Mmmm, pige pas. Et crains donc le pire... une habitude.

Écrit par : Estèbe | 16/12/2008

Voyons détendez-vous, je voulais juste dire qu'avec un scénario pareil il n'est pas étonnant que vous soyiez tricard chez Ailes. Vous êtes trop tendu.

Écrit par : rose chiffon | 16/12/2008

Il me semble que Daisy a pris bien du plaisir à se faire plumer, elle aurait du
donner qq conseils aux amis de Madoff pour jouir de la même façon !!
Belle recette mais 2O minutes seulement pour un kilo ?

Écrit par : gabriella | 16/12/2008

Gabriella, il faut aimer la chair rouge. On pourrait attendre un peu plus, mais gare à la surcuisson. La cannette sèche presto.

Écrit par : Estèbe | 16/12/2008

Estèbe vous êtes un sacré déplumeur de croupion !! Sympa les frites de Lopez !!

Écrit par : Anso | 16/12/2008

Argh moi qui me pensais si détachée de la viande, eh bin, la première photo de cette pauv' bestiole à moitié déplumée et la perspective du squizzage de cou me fend le coeur.
Bouhou. Du coup je me découvre sensible doublée d'une vraie faux cul, parce que quand même c'est tellement bon le canard. Snif.

Écrit par : So' | 16/12/2008

ça m'en bouche un coin coin

Écrit par : Camille | 16/12/2008

grand luxe, ça donnerait presque envie de couper la tête des canettes à mes heures perdues :)

Écrit par : marion | 16/12/2008

Du fond de mon rhube (délicatement offert par monsieur mamina, avec qui je partage tout depuis tant d'années), je trouve cette petite canette rose pleine de pouvoirs sur Dr Slurp... mais voilà, comme il est gourmand, il a pas pu résister, comme le grand méchant loup, il l'a mangée et du coup, il n'y a plus, tant pis!

Écrit par : mamina | 16/12/2008

Mon cher Estèbe,

Je rentre de 7 jours de voyage sans connexion et je vois dans vos articles des allusions à Elles, Ailes, de reines et un pirate que je ne comprends pas. Vous avez créé un nouveau blog pour enfants ? Voulez-vous m'expliquer un brin que je ne passe pas pour un sot ?

Une autre question très privée : où sont mes racines ?

Bien le bonjour à Madame Sonson.

Écrit par : patchaz | 17/12/2008

Sympa, la petite touche zoophile: ça change.

Écrit par : dano | 17/12/2008

je viens de sélectionner une de tes photos comme photo de la semaine. Moi, le colvert me fait craquer. Pour en savoir plus, c'est sur mon blog.
Bon Noël à toi

Écrit par : marie | 22/12/2008

Apres toutes ces images je ne mangerai jamais les canards... c'est si violent de traiter les povres animaux dans ce maniere... c'est pas humain, je e comprend comment le cuisinier peut dormire apres ca...

Écrit par : fungust treatment blog | 06/02/2009

Je préfère encore être une canette amoureusement plumée et dégustée par ce cher Estèbe qu'un prisonnier chinois votant UMP au fin fond du Hunan.

Écrit par : Camille | 10/02/2009

Je ne suis pas un grand amateur de canard car à mon goût sa viande est un peu grasse. Mais pourtant cette recette est bien celle qu’il est indispensable de prendre dans son arsenal culinaire, car ces agrumes vont niveler la teneur en graisse de cet ingrédient essentiel.

Écrit par : Reilly | 17/02/2009

Povre oiseau... possiblement la recette est est pas mal ou bien tres bien pensee, mais c'est si violante de tuer un oiseau sauvage pour le manger... C'est pas une action charitable.

Écrit par : Kyle | 02/03/2009

Les commentaires sont fermés.