18/12/2008

Les embûches de Noël


Bien le bonjour, les réveilloneurs fous

 

buche2.jpg

Loin de nous l’envie de jouer les vilains lutins. De cracher sur le merveilleux esprit de Noël. De pré-vitrioler la festouille. De vous enguirlander le moral. Mais on sait tous que les brillantes noubas de fin d’année ne se montrent pas toujours aussi voluptueuses que prévu.
Pas seulement d’un point de vue gastronomique. Il y a ainsi des familles où Noël fait boum. Ou plutôt clash. Où le champagne est aromatisé au venin; où la soupe à la grimace coule à flots entre dinde et bûche, où le sapin n’est de loin pas le seul à avoir les boules. C’est la distribution de cadeaux à OK Coral, avec baston verbal jusqu’au 12e coup de minuit.
On n’est certes pas là pour gloser sur la psychologie familiale, mais bien de bons petits plats et grandes bouteilles. Que faut-il redouter au cours des festins qui s’annoncent ?

Petite liste subjective...
 
La Chinoise maléfique.
La fondue chinoise est devenue, depuis quelques années, un classique du miam festif. Or, c’est une cata, neuf fois sur dix. On ne parle même pas de la bidoche reconstituée et surgelée, issue de bovins lointains aux pedigrees troubles. Non, car certains chinoisent avec du bœuf top classe. On ne parle pas des sauces industrielles, à la douceur suspecte et au gras gerbatoire. Non, car certains chinoisent avec d’authentiques sauces maison. On parle simplement de l’inévitable mélange des flux dans l’assiette, ketchup-bouillon-béarnaise and co, qui finit toujours par ressembler à un raoul de nourrisson. Berk.
 
Le liquoreux plombant
 Il est d’usage de dégainer un foie gras en entrée lors de ces agapes de fin d’année. Si possible arrosé d’un vin liquoreux. Sauternes classé chez les Urf ; Monbazillac à prix cassé chez les autres. C’est un accord classique, comme on dit. Et parfois exquis. Le problème, c’est la surenchère. Le gras de la liqueur + le gras du foie = papilles tapissées, ointes à mort, et donc anesthésiées jusqu’au lendemain matin. Zzzzzzz.

fdv_12_estebe_embuches_dinde.jpg



La volaille saharienne.
Pas à dire, c’est festif ces bonnes grosses volailles, chapons ou dindes, qui rôtissent fin décembre. Festif mais pas facile à cuire. Entre des mains inexpérimentées, la plus somptueuse des bestioles de la basse-cour se mue en bloc de carton. Desséchant, va sans dire. Du coup, on crève de soif. On picole. Et on finit par dire des atrocités. Hips.
 
Le bourgogne éreinté
Trop mignon, Tonton Robert nous a sorti – comme chaque année - une grande bouteille de sa cave. Un Pommard du début des années 80, couleur peau d’orange ourlé d’inquiétants reflets brunâtres, aux arômes de vieux raisins de Corinthe oubliés au fond du placard et de madère de cuisine, à la bouche décharnée comme un zob de momie. «En plus, je l’avais pas payé cher», exulte Tonton Robert. Tchin.

fdv_12_estebe_embuches_champagne.jpg


Les bulles omnipotentes
Noël, c’est champagne. En apéro. Au repas. Au dessert. A minuit. Le champagne, ça peut être mirobolant. Mais pas toujours. Et la bulle médiocre ne tarde pas à vous trouer le tuyau, tout en plongeant votre muqueuse buccale dans un état de fébrilité proprement épuisant. Blurp.
 
Et en vrac...
La bûche industrielle en papier mâché ; le saumon fumé grassouillet qui sent la marée basse ; les huîtres mal ouvertes avec de vrais morceaux de coquilles dedans ; les fromages trop affinés qui t’amoniaquent la glotte ; le sapin qui crame ; le bouchon de champ’dans l’œil ; les cadeaux stupides ; le sermon de Mamie Pouet ; les vannes nulles de Papi Pouet ; et tout ça quoi.

affiche-Un-Soir-de-reveillon-1933-1.jpg


 
Joyeux Noël et meilleurs vœux, quand même

PS. Ce texte léger quoique pertinent a été initialement publié sur la Fureur de Vivres; l'incontournable et odoriférante revue slurp on line étant, ce mois-ci, consacrée au salmis de lutin, au gigot de renne et à la vie sexuelle du Père Noël.

PS2. Vous cherchez encore des idées de menu pour le Grand Soir? Allez donc guigner cette liste toujours fumante d'actualité.
 

Commentaires

moi j'aime pas Noêl !
et c pour ça que j'ai décidé de créer un musée cybernétique (pas assez d'abnégation pour me les farcir dans mon humble demeure !) des pires cadeaux qu'on vous a fait à Noêl (idéalement celui-ci, un autre si vous avez de la chance cette année...).
photo compressée à envoyer à museedeshorreurs@live.fr avec commentaire (pas d'obligation de vendre la personne qui vous l'a fait...) pour billet en début d'année sur mon blog.
des bises à vous et je vous la souhaite bien bonne !

Écrit par : saperlipopote | 18/12/2008

Rhooo, la belle bûche verte, j'en veux! Non, pas taper..
Et le regard, la moue de la poule. Je me demande qui oserait la faire rôtir celle-ci?

Écrit par : gracianne | 18/12/2008

Oups, désolée Madame la Dinde, je vous avais prise pour une autre.

Écrit par : gracianne | 18/12/2008

Du concentré... c'est terrible en effet. Ce sont des souvenirs d'enfance ? Mon pauvre, ça a dû être très dur, si vous voulez en parler passez à mon bureau, non vraiment il ne faut pas rester comme ça surtout à la veille de Noël. Baston c'est féminin. Allez on se secoue.

Écrit par : rose chiffon | 18/12/2008

Ô Rose, pour une fois, oserais-je faire le cancre séditieux? Because je cause toujours du baston, et pas de la, en lui donnant donc une indiscutable masculinité. Quant au dico, il accepte les deux sexes (libéré, le dico). Accepteriez-vous que je ne corrigeasse point? Pour une fois.

Écrit par : Estèbe | 18/12/2008

Au nom de la libération du Robert et de mon féminisme modéré, je suis à fond pour la masculinité dans cette affaire. Acceptez-vous mes plus sincères et non moins plates excuses ?

Écrit par : rose chiffon | 18/12/2008

J'accepte, Rose, rouge de confusion vaniteuse.
Saperlipopote, votre demande d'horreurs est dûment enregistrée. Hélas, on a vendu les débardeurs mauves et trop grands que nous tricotait pour Noël une mémé naguère.

Écrit par : Estebe | 18/12/2008

Ou alors, en direct live, ne pourriez-vous corrigeasser Rose? La fessée! La fessée! Oui, la fessée, pour l'outrecuidante qui ose vous corrigeassez, Estèbe! Ne soyez point faible, sur ce coup! Allez au baston! Comme le prolo va au charbon! Ainsi chantait naguère un valeureux chanteur dégagé avant qu'il ne bouffissasse!

Écrit par : olif | 18/12/2008

Je vais me corrigeasser également, avant que quelqu'un d'autre ne le fît:

"...qui ose vous corrigeasser, Estèbe!..." Du verbe corrigeasser, du premier groupe, celui de la masculinité indiscutable.

Écrit par : olif | 18/12/2008

Bon moi j'ai des courses à faire. M'excuserez.

Écrit par : rose chiffon | 18/12/2008

Vous m'avez convaincue, l'année prochaine je fête Noël en juillet avec un taboulé, un verre de vin frais et la sieste au soleil...

Écrit par : Anso | 18/12/2008

Alors moi, je nage à contre courant... j'aime Noël et l'esprit de Noël avec son cortège de plaisirs familiaux et gastronomiques... Le champagne sera bon... Selosse peut-être?
Le foie gras mitonné par mes soins et les saint-Jacques arriveront en droite ligne de la baie de Seine. Pour le reste des vins, c'est Monsieur mamina qui officiera et pour la suite du repas, ce sera encore moi!
AQ la maison, jamais de coquilles dans les huîtres... ici, Noël c'est toujours PARFAIT... mais, c'est bon aussi quand ça s'arrête!

Écrit par : mamina | 18/12/2008

Je ne me lasse pas de cet article. Bienvenue chez les Groseille. Je l'imprime, tiens, je le glisserai sous le sapin. En plastoc, tu sais, décoré de la guirlande lumineuse (celle à laquelle il manque une ou deux ampoules) des boules bling bling orange et rose (il y avait une promo), un peu de travers au fil des années, quelques branches grillées par les cigarettes de Tatie.
Et tu sais quoi? Je crois que j'aimerai Noël quand même.
Merci petit Jésus.
Amen
Ah mais non

Écrit par : Camille | 18/12/2008

je signale juste en passant que Libé a l'audace de plagier Top Slurp avec sa Une intitulée Les Embûches de Noël !

Écrit par : Olivia Mohune | 20/12/2008

Libé? C'est la gloire (où un jeu de mot giga banal, peut-être)

Écrit par : Estèbe | 20/12/2008

ET moi qui espérais y couper ...
Dans la famille d'une copine à moi, ils font un vote pour élire ce qu'ils aiment et ne mangent pas assez souvent à leur goût. L'année dernière ils ont fait poulet frites, j'ai trouvé ça plutôt cool :)

Écrit par : marion | 22/12/2008

Y'a du vrai la dedans... mais moi, je sais que ce sera pas comme ça !

Écrit par : eglantine | 22/12/2008

Je connais l'histoire du Bourgogne par coeur (no comment) et un peu celle de la bulle médiocre aussi (no comment bis). Je suis déjà en traitement alka préventif. Finement observé, tout ça.

Écrit par : Yves | 23/12/2008

Et tout ça, avant ou après la messe de minuit ? Burp...

Écrit par : épine noire | 23/12/2008

sauf la dinde, qui a une bonne gueule et semble normale, tous les personnages des photos ont une gueule de spéculateurs sauvages(1) en bourse

(1)=remarquez la redondance de sauvages appliqué à spéculateurs

Écrit par : sopadeajo | 23/12/2008

du nez, de lire cette croquignolette & drôlissime chronique au retour !
parce que, finalement, les filaos en guise de sapin, les huitres de palétuviers et les cannes à pêche c'était pas si mal....

Écrit par : dumè | 28/12/2008

Autant se Macdomiser , point de surprise au moins. je n'ose rien dire d'autre

Écrit par : jupiter | 28/12/2008

Les commentaires sont fermés.