13/01/2009

Le gratin de côtes de bête tout bette

 

Bien le coucou

DSC01749.JPG


Voilà une plante über comestible, aimablement placide et, somme toute, bien mignonne. A commencer par son blaze: la bette. Bette comme chou. Bette Davis. Bette à Bon Dieu. Voyez quoi…
Remarquez que la cousine bette change de nom selon les latitudes. D’aucuns la nomment poirée, blette, blette à cardes ou poirée à cardes. Les cardes, ce sont ses côtes. Ses côtes, ce sont les cardes.
Voilà pour les présentations. On espère vous avoir rendu la bette humaine.

DSC01740.JPG


Ce qui a de satisfaisant dans cette bette-là, c’est qu’elle se dévore de la tête aux pieds. Oui, le blanc et le vert. Le premier en gratin, le second en salade. Par exemple.
Tout ça pour vous refiler notre recette archi domestique, couillonne et d’un classicisme frisant le retropédalage alimentaire sévère de gratin de côtes de bette. Sans curry. Sans citronnelle. Sans piment basque ni fève tonka. A la régulière. Roots de chez roots. Bas du front mais franc du bonnet. Toute bette, quoi.

DSC01742.JPGDSC01741.JPG

Chopez la bette et, de la pointe d’un couteau habile, détachez la côte des feuilles.
Taillez les côtes en tronçons de taille amicale (grosso modo 2, 6 cm sur 3, 7), en prenant soin de tirer les fils qui ne manquent pas de se présenter à vous. N’en faites pas une maladie non plus. Nettoyez sous le robinet (ouvert, le robinet). Puis blanchissez les côtes dans une eau à la fois frémissante, citronnée et salée, jusqu’à ce que la bette s’attendrisse, tout en restant un rien croquante à cœur (de bette).
Pour la durée exacte de séjour dans la casserole, examinez le graphique ci-dessous.
En abscisse, le temps de marmitage. En ordonné, le taux de coriacité. Tirez-en les conclusions qui s’imposent. Puis poussez un cri (de bette).

graphique.jpg

 

Bref. Beurrez un plat à gratin. A l’écumoire, extrayez les côtes de leur bain. Répartissez les harmonieusement. Sel, poivre. Ajoutez une bonne louchée de crème fraîche, un rien de gruyère râpé, une rasade de lait. Touillez. Couvrez de râpé. Et laissez gratiner quelques minutes de rab. Avec ça, une grosse tranche de lard paysan grillé, ça peut le faire.

DSC01750.JPG

«Et le vert, qu’en faire?», vous lamentez-vous devant votre computer slim. Nettoyez et émincez les feuilles. Et blanchissez-les dans la même eau que les côtes. Dix minutes environ. Toujours citronnée l’eau, pour garder un brin la couleur. C’est triste, une bette noire.
Puis utilisez-les avec fantaisie, comme vous le feriez d’épinards, par exemple au sein d’une salade mêlée, vinaigrée au balsamique, simplement coiffé de tranches d’un excellent foie gras mi-cuit qui passait par là.
Chez nous, il y en avait justement un qui passait par là. On a eu du pot (de bette)

DSC01747.JPG

Tchou!

Commentaires

Evidemment, les maisons ou les foie-fras mi-cuits se baladent en liberte sont de bonnes maisons. Alors le gratin de bette, tout bete, on vous fait confiance, il etait bon.

Écrit par : gracianne | 13/01/2009

oups, foie Gras, sorry

Écrit par : gracianne | 13/01/2009

Si tu fait toutes les vannes dans le texte, il nous reste quoi, à nous, dans les commentaires? C'est trop bette, Midler

Écrit par : Yves | 13/01/2009

Vu le titre, j'attendais plutôt un gratin d'animal aux blettes, et seulement aux blettes... Parce que moi Monsieur,je dis blette ! Et oui, c'est comme ça du côté des ventres à choux (et blettes...)

Écrit par : Tiuscha | 13/01/2009

La belle, Yves. Il nous reste quand même ça. Et le gratin, ah le gratin ! Chez nous on met tout, c'est bon aussi mais ça rend des fois un peu d'eau.

Écrit par : rose chiffon | 13/01/2009

D'accord avec Yves. Vous compliquez singulièrement la tâche des commentateurs, en ne leur laissant que quelques miettes de jeux de mots et en les obligeant à se creuser la cervelle. Nous ne sommes pas des bettes de somme!

Écrit par : olif | 13/01/2009

Je dois dire que j'ai bien rigolé avec ton graphique... rigolé très fort au bureau... comme une bette

Écrit par : Sophie 13 | 13/01/2009

Curieusement, je voyais plutôt la bette (ou blette ou poirée) comme un légume d'été (mon jardin aussi, d'ailleurs)… Mais j'en garde toujours au congélateur

Écrit par : Olivia Mohune | 13/01/2009

Et mince, j'avais pensé à bette Midler mais c'est déjà pris... Beaucoup aimé vos références littéraires qui m'ont fait pouarfer de rire !! Merci de redonner de la valeur à ce légume si généreux mais souvent méprisé (après tout ne dit on pas la bette à bon dieu)

Écrit par : Anso | 13/01/2009

Bel effort, les bettes à coucours (de gags). Olivia, chez nous la bette locale peuple les marchés en cmoment... et quasi toute l'année même, à la reflexion.

Écrit par : Estèbe | 13/01/2009

Après la bataille, que reste-t-il? Trois sorcières, un meurtre palpitant, et la grosse bettise de Macbette.
Mais aussi Betty Boop et Poil de Carotte. Cherchez l'intrus.

Écrit par : Camille | 13/01/2009

Camille, délicieusement cryptique. Euh... Poil de carotte?

Écrit par : Estebe | 13/01/2009

non di diou personne n'aurait fait une allusion au doux regard de la bette avant que vous la débitassiez....le "bette davis eyes"...comme disait Kim Carne...voui elles sont blettes toutes les deux c'est vrai....

Écrit par : loulou | 14/01/2009

Et si la bette rave, que fait-on ?

Écrit par : gabriella | 14/01/2009

Moi moi j'en ai une : Monsieur et Madame Rave ont une fille, comment s'appele-t-elle ? Ben oui... y avait challenge !
sinon avec les feuilles une über tourte de bette sucrée au raisins blonds ça déchire un peu sa grand-mère (pour ceux qui ont le nez fin, y a une allusion au chaperon rouge...)
des bises, de la bonne année et des choubidouwahhhhhhhh

Écrit par : saperlipopote | 15/01/2009

c'est bette , je pensais aux oignons
je pique le foie gras qui copine avec une sale bette , même verdoyante
pour les stats on dit blette chez nous par en bas au bord de l'eau bleu

Écrit par : jupiter | 15/01/2009

Et j'appuie les remarques d'Yves & Olif et nous alors ??
que nous reste t il ?
"Les bettes disent de Cambrai" : Bettes à Carde, Rage de dent
Bettes de rage et Quart de dent..."

Écrit par : docadn | 15/01/2009

Ce coup ci c'est vraiment ... Humpf... de se pointer en retard chez le slurp.

Écrit par : La bête du Gevaudan | 15/01/2009

Mais ce qui est encore plus bette à faire, c'est de mettre les feuilles avec les côtes, et même quelques rondelles de pommes de terre pour faire plus consistant surtout s'il y a des gamins à table...mais ma belle-mère savoyarde, après leur bain, les faisaient simplement revenir au beurre avec plein de gruyère râpé jusqu'à consistance d'une fine croûte...ouille c'est délicious..mais on risque, en France voisine, de prendre du comté pour du gruyère et pire...du gruyère pour de l'emmenthal...ce qui peut briser un ménage "mixte" surtout au moment fatidique de la fondue...qui remet sur le réchaud la douloureuse question de sa paternité :)

Écrit par : Babaloo | 17/01/2009

Une astuce - coupez les côtes avec des ciseaux .... - plus de fils !

Écrit par : mjj | 17/01/2009

La copine Cri-Cri qui est une grosse flemmarde a choisi de mettre le blanc ET le vert dans le gratin. Plus du parmesan. Trop bon!

Écrit par : Cri-Cri | 18/08/2009

Bravo je laisse l'animosité aux autres pour ma part j'ai trouvé cette recette délicieuse c'est les bettes que je préfère en légumes voir même en gratin!
Ayant un petit côté (pas de bettes) voir même penchant pour le côté piquant j'ai mis du poivre 5 épices et un soupçon de poivre de chili.
Nous nous sommes régalés.
Merci de ta recette qui est autant humoristique que délicieuse
Avec toute ma reconnaissance pour ce bon moment gustatif
Meilleures salutations
Alain

Écrit par : Alain | 10/11/2009

Gratin de la mort qui tue...

Écrit par : Rupi Singh | 07/06/2011

Les commentaires sont fermés.