23/02/2009

Eloge du radicchio (au pamplemousse, thym et pignons)

Bonjournô, les petits museaux pointus

 

DSC01832.JPG

Le saviez-vous? Le radicchio trevigiano est la plus chic des chicorées vivantes. Discutez même pas. Voilà la feuille dans le vent; le végétal qui monte; la côte qui a la cote.
Le radicchio trevigiano, c’est donc cette salade italienne croquante et craquante, doté par la Nature d’une amertume spirituelle, dont la sublime robe pourpre et blanche aurait probablement fait glapir de jalousie feu le Cardinal Mazarin qui, en matière de salade italienne en connaissait un sacré rayon. Voire un rayon sacré.

rara.jpg


Il faudrait d’ailleurs songer à créer au plus vite une Secte des Adorateurs du Radicchio Lumineux (ou S.A.R.L.), sévèrement hiérarchisée à la vaticane, dont le Dr Slurp serait le grand prêtre illuminé autant que sanguinaire. Il y aurait cérémonie sacrificielle tous les dimanches à l’aube. On commencerait par immoler quelques cochons d’Inde en l’honneur de la plante vénitienne. Avant de se mettre tout nus et de se rouler dans la rosée, la bave aux lèvres et les mirettes révulsées, en psalmodiant radicchio radicchi radicchus.
Je vous dis pas l’ambiance. Ça vous branche? On attend les candidatures. Les quatre premiers membres de la SARL bénéficieront d’un rabais substantiel sur leur cotisation annuelle (- 5%) et d’une salade gratuite en guise de bienvenue.
Euh… s’égarerait-on?

DSC01828.JPG


Le radicchio, donc, dans sa région d’origine (la Vénétie) s’ingurgite cru ou cuit. Ou vous la joue mi-cuit pour cette joyeuse poêlée de radicchio aux pignons, thym et pamplemousse.
Au fond d’un poêlon, faites rôtir une poignée de pignons sans matière grasse. Réservez. Arrosez le téfal brûlant d’une rasade d’huile d’olive et ajoutez un radicchio préalablement émincé grossièrement. Touillez deux minutes. Surtout ne pas cramer l’idole. Puis intégrez le thym ciselé, les pignons grillés, les quartiers pelés à vif et zestes d’un pamplemousse. Shakez une minute de rab. Sel, poivre, un filet de citron.

Et scrountch!

La prochaine on vous parlera de rhum, d’humanisme et de merguez. Enfin, peut-être.

Bye

 

PS: Courrier des lecteurs. L'amie toulousaine Gabriella a adapté notre carpaccio de viande séché avec du magret fumé dégraissé et du parmesan. L'était contente, Gab. Ses potes aussi. Elle nous a envoyé la photo du plat. On la publie tellement elle est chouette

carpaccio magret 002_1.jpg

Commentaires

Après le mystérieux sbrinz, le cabalsitique raddichio... Estèbe reviens quand tu veux chez les humains. On t'aime bien.

Écrit par : Anne-laure | 23/02/2009

Mieux vaut cramer l'idole que crier d'la molle.

Écrit par : Camille | 23/02/2009

Ca y est, il est devenu gourou, fallait s'en douter, voila ou mene le blog culinaire. Apres la racine de persil, le sbrinz, voila le radicchio. Mais jusqu'ou ira t'on?

Écrit par : gracianne | 23/02/2009

Ah, l'amer. Je pourrais faire n'importe quoi pour une assiette de cet acabit. Puis-je essayer avec une endive ? J'suis toute seule, j'ai pas la trévise en guise de bienvenu-e et je peux pas sortir !

Écrit par : rose chiffon | 23/02/2009

Je pose ma candidature pour l'honorifique position de chef de la branche "risotto" de la secte, ô très grand illuminé !

Écrit par : patchaz | 23/02/2009

Rose, capté. Va pour les chicons (mais je me soigne)
Gracianne, dans le mur cosmique du néant intersidéral.
Camille, OK, on va grimer la dole
Pat, welcome. Avez-vous une toge pourpre (uniforme de la SARL)? Vous recevrez la note (salée malgré les - 5%).
Anne-laure, merci

Écrit par : Estèbe | 23/02/2009

Toge pourpre pour le chef de meute, oui c'est bien. Mais nous les disciples on est en quoi ? Parce que je ne m'engage que si le costard vaut le coup, comprenez bien.

Écrit par : rose chiffon | 23/02/2009

Les chiffons, c'est votre job à vous, me semble-t-il.
Et paf: Rose, vous êtes nommée costumière en chef de la SARL, la secte des travailleurs de l'amer.

Écrit par : Estèbe | 23/02/2009

Je propose des petites toges tricotées (par Rose ?) en alpaga, roses pour les filles, bleues pour les garçons. Avec un radicchio sur la tête. Et un collier de pignon. Et du thym dans les narines. Voilà.

Écrit par : Camille | 23/02/2009

Vous n'aurez pas à le regretter, merci.
Mais vous savez, je cuisine, aussi.

Écrit par : rose chiffon | 23/02/2009

Je viens dans la secte ! Avec des orecchiette saucisse et radicchio...
Ce légume, il est beau comme un poulpe, je l'adore.

Écrit par : betterave | 23/02/2009

Rose, si c'est possible, je souhaiterais un tissu léger pour la toge, parce que je crains la chaleur. Et puis, si elle pouvait ne pas déteindre ce serait bien. Et puis aussi ignifugée pour les escarbilles de cigare, je vous prie.
J'y pense, des mitaines pourpres pour la demi-saison, ce serait très seyant, non ?

Écrit par : patchaz | 23/02/2009

Tout est possible, Pat. Je vous vois déjà dans votre toge pourpre en maille filet. Vous portez le cigare à vos lèvres, vos mitaines sont à l'épreuve du feu, la séance peut commencer.

Heu, Camille, bibiche, t'as pensé aux délais ?

Écrit par : rose chiffon | 23/02/2009

Dites-moi, Grand Maître Illuminé de l'Intérieur, hormis vous donner ma fortune (je vous ai fait passer en privé la liste des huissiers qui la gèrent) et porter un fort seyant costar "made in Rose", aurais-je quelques prérogatives ? Comme écrire la psalmodie, car il n'est point de bonne secte sans hymne à la gloire de Votre Excellence Vibrillonnante.

Rose, la maille filet sera-t-elle suffisamment lâche pour que je puisse y laisser trainer quelques croûtes de sbrinz ?

Écrit par : patchaz | 23/02/2009

Et bien je ne sais pas si Son Excellence avalisera cette fantaisie, mais disons que pour ce qui nous concerne, oui, assurément.

Écrit par : rose chiffon | 23/02/2009

Patchaz, votre lettre de motivation a enchanté le jury. Et paf: vous venez d'être nommé scribe, ministre de la propagande et poête officiel de la SARL.

Écrit par : Estèbe | 23/02/2009

Je pensais justement ajouter à votre tenue un de ces micro-sacs de fille pour ranger votre tabac.

Écrit par : rose chiffon | 23/02/2009

En direct du siège secret de la SARL, voici l'hymne officiel de la SARL, à psalmodier dans son bain sur l'air des "Babus"

Refrain :
"Radicchio cru, radicchio cuit
Estèbe est grand, vive son QI
Radicchio cru, radicchio cuit
Estèbe est beau, longue vie à lui !"

Couplets (après chaque phrase, on reprend le refrain) :

"Mange de la scarole, tu deviens folle

Mange de la romaine, tu as de la peine

Mange de la roquette, et puis tu pêtes

Mange de la mâche, t'as l'air d'une tache

Mange de la laitue, tu pues du cul

Mange de la frisée, crottes dans ton nez"

A vous la Suisse, je rends l'antienne !

Écrit par : patchaz | 23/02/2009

Rose, encore 2 questions pratiques :

Le micro sac qui devrait m'aller comme un gant, pouvez-vous le faire en loupe d'orme à l'extérieur et cèdre à l'intérieur, d'une longueur de 28 centimètres quand même.

Et pour la toge en mailles filet, prévoyez-vous une doublure ?

Écrit par : patchaz | 23/02/2009

Bien sûr Pat, c'est un spécial barreaux de chaises auquel je pense avec le fermoir de mémé si vous voyez le genre. Quant à la doublure, j'ai en placard une excellente peau de chamois rose pâle qui devrait vous aller comme un gant. J'aère sous les bras n'est-ce pas ?

Écrit par : rose chiffon | 23/02/2009

Un gourou s'auto-proclame et voilà que les foules se prosternent faisant assaut de talents pour te rejoindre dans cette adoration de la racine ou plutôt radicchio...
Je veux bien apporter aussi la contribution de ma modeste présence dans cet aéropage, mais est-on vraiment obligé de porter l'uniforme?

Écrit par : mamina | 23/02/2009

je suis heureuse de revoir Mazarin sur ce blog, cela faisait longtemps. La recette, malgré tout, a l'air délicieuse. Slurp.

Écrit par : sophie XXIII | 23/02/2009

Rose, je pense que nous sommes au point, vous pouvez vous mettre à l'ouvrage. Pour la taille, visez plutôt Demis Roussos plutôt qu'Estèbe.

Et pour le couvre chef, vous avez prévu quelque chose ?

Écrit par : patchaz | 24/02/2009

Ne vous en faites pas Pat, de toute manière la maille filet ça s'étend. Par contre nous allons devoir nous passer de cette doublure géniale dont je n'ai qu'un piètre morceau. Vous garderez vos petits pantalons.
Je réfléchis à une idée de couvre-chef et je vous rappelle.

Écrit par : rose chiffon | 24/02/2009

Tout le monde va bien? Les radicchio, les pamplemousses, les bloggers? Estèbe? Pas de malades dans les rangs? Pas de déprime? Bon, ben, c'est tout ce que je voulais savoir: vous pouvez disposer.

Écrit par : Zorg | 24/02/2009

Bjour, vous devez absolument essayez le risotto au Radicchio, c'est divin.
ciao
greg

Écrit par : Gregory | 24/02/2009

Excellence hier soir nous avons gusté votre plat avec une endive, un demi-pamplemousse et des noix pas grillées, ça le faisait hyper velu.

Écrit par : rose chiffon | 24/02/2009

Rose, ne vous embêtez pas pour moi, j'ai un costume d'abeille, ça fera l'affaire.

Écrit par : Camille | 24/02/2009

Camille, un costume d'abeille, vous n'y songez pas !
Cela va complètement dénoter dans l'ambiance couleur radicchio et cela risque de déconcentrer note grand et puissant gourou. Je n'ose imaginer alors, dans quelles aventures loufoquissimes il risque d'emporter nos papilles et nos mirettes ....(c'est déjà pô triste !!!)
Estèbe, merci pour ce grand fou-rire général !

Écrit par : edua | 24/02/2009

Bien. Il est temps de tracer les plans, dimanche approche mes chéris. Où est le cochon d'Inde ? Son Excellence a-t-elle dressé la liste des disciples et défini le lieu de l'intromission première ? Camille montre voir ce costume, peut-être que ça pourra aller quand même, nous demanderons confirmation. Pour le restant des disciples il faudra nous contenter d'une toge cache-épaules très simple car avec les exigences de Maître Pat je crains d'être débordée. Donc pour le chapeau ce sera un origami genre petit bateau fabriqué avec la première feuille de la Tribune du jour. Qui est gros ? Zorg est-il des nôtres ? Combien, pour la prestation complète ? Cela fait beaucoup de questions mais je suis obligée sinon c'est le souk et on ne sait plus où on va. Donc j'attends vos précisions Excellence.

Écrit par : rose chiffon | 24/02/2009

Ce n'est pas qu'on se dégonfle. Mais toute cette histoire nous semble finalement bien convenue, voire assez banale. Bon, l'hymne de Pat est sympa, quoiqu'un rien paillard. Les costumes de Rose semblent assez mignons et seyants. Mais c'est la foi qui nous manque brusquement.
Une "Union des Maniaques du Potiron", ça vous brancherait pas plus? Remarquez, cet acronyme sonne à nos oreilles de manière totalement ridicule, sans que l'on sache trop pourquoi.

Écrit par : Estèbe | 24/02/2009

Je préfère le Potirons' Club.

Écrit par : Camille | 24/02/2009

Votre gonflante sérénité n'est même plus éclairée de l'intérieur ! Rose et moi avons déployé des trésors d'imagination pour que votre intromission radicchiesque soit un triomphe et vous nous la jouez radicchiant ! Votre potiron, je ne vous dis pas ce que vous pouvez en faire.

Rose, je prendrai volontiers la toge quand même, je la porterai au prochain convent d'havanophiles dans un palace de Lausanne, ce sera d'un chic !

Écrit par : patchaz | 24/02/2009

Vous ne voulez pas plutôt être Président Directeur Général du Fan's club des MDPAUGSAM (mangeurs de patates avec une grosse saucisse au milieu) ? mh ?

Moi je veux bien faire secrétaire générale, ou trésorière aussi c'est pas mal. Comme costume j'ai un boubou africain, ça le fait non ?

Écrit par : Louise | 24/02/2009

A vous lire, comme ça, je me demande si c'est bien légal ce radicchio. est-ce que ça se fume aussi?

Écrit par : Azrael | 24/02/2009

Très déçue. Vous avez intérêt à faire péter les dommages et intérêts. Venez, Pat, allons danser au Simone's club.

Écrit par : rose chiffon | 24/02/2009

Partez pas. Il va y avoir des majorettes folles et des cafards savants, un numéro d'acrobates végétaux et le coming out live de Rambo. Partez pas que je vous dis.

Écrit par : Estèbe | 24/02/2009

Vous avez intérêt d'assurer car je viens de vous faire une publicité de premier ordre, on va se ruer ici de partout.

Écrit par : rose chiffon | 24/02/2009

Rose, avant d'aller danser ne pourrait-on pas aller dîner dans un restaurant au décor de baudruches qu'on prendrait un malin plaisir à dégonfler, ce qui ne nous changerait pas beaucoup du pseudo gourou ?

Écrit par : patchaz | 24/02/2009

Assez de bla bla. Moi, je note surtout le retour en bout de course de la reine merguez.... 2 chiffres au thermomètre et voilà qu'on se plait déjà à rêver de BBQ en Suisse ! Hopla.

Écrit par : Bil | 24/02/2009

D'accord Pat. Allons foutre le feu dans votre rade gonflable et portons un toast à la future première merguez gagnante de l'hiver. Elle sera suisse, à ce qu'on dit.

Écrit par : rose chiffon | 24/02/2009

Pour moi ce serait plutôt le Neuf Potirons Admirés, mais une alliance avec le Potiron Club de Camille ne serait pas de trop par ces temps louches.

Écrit par : sopadeajo | 24/02/2009

Et moi qui y ai cru tin instant à cette histoire de majorettes.....
j'avais deja reservé l'helicopthère! zut alors !

Écrit par : loulou | 25/02/2009

voui voui par chez nous on dit bin zélicopthère, ça fait beaucoup plou chic

Écrit par : loulou | 25/02/2009

La dérive sectaire devait arriver, je propose d'immoler des Barbie de contrefaçon au lieu de pauvres Cochon Dinde transgéniques.

Écrit par : jupiter | 25/02/2009

Amusant quand même de constater à quel point le relookage vous change une feuille de salade! En assumant sa version originale radicchio, la chicorée de Trévise retrouve un pep des plus roboratifs. On l'avait un peu oubliée, après une terne percée – non concluante – il y a une vingtaine d'années. À l'époque, elle avait surtout mis du foin dans les bottes des confectionneurs de sachets de salade sous vide. Un racket juteux : cinq ou six feuilles gentillement vermillonnes dispersées dans des épluchures de batavia ou des rognures de laitue, et le tout était rebaptisé illico « salade mélangée ». Vive le radicchio nouveau et renouvelé donc, et grand merci de m'avoir appris quelque chose d'utile :je n'aurais point eu idée spontanément d'essayer le mi-cuit... J'ai tenté, j'ai goûté, j'ai approuvé (en panachant oranges sanguines et pamplemousses blancs et en ajoutant quelques pépites de pecorino au poivre).

Écrit par : Olivia_Mohune | 26/02/2009

Les commentaires sont fermés.