Give Me The Food !!!!!

Bien le bonjour, contemporains omnivores

refrigerator-thumb.jpg

On vit dans un monde exquis et radieux, ne trouvez-vous pas?

Tenez, le même week-end, alors que Bashung casse sa pipe, on nous annonce que Chantal Goya revient.
Forcément, ce genre de télescopage calendaire plombe un brin le moral. Moral qu’il s’agit de rebooster au plus vite...

Avec un gros verre de rouge, par exemple. Sympa. Même si cancer colorectal se tapit au fond de ton verre.

Tant pis, empiffrons-nous donc de chocolat. Voluptueux. Même si mieux vaut ne pas se polluer l’organisme avec un produit potentiellement illicite.

Si on se rôtissait un canard sauvage, alors? Alléchant. Même si une méchante grippe rôde, dit-on.

Bon, une tartine de foie gras d'oie, peut-être? Ravigotant. Même si nul n’est à l’abri d’une amylose carabinée.

Ne pensons même pas à boulotter une pizza à la mozzarella ou trois tranches de sauciflard.
Euh… Un petit narguilé entre potes?
Non? Juste un petit verre d’eau?

POPOTE.jpg

Et jouissons sans entrave, qu’ils disaient en 68.
Pas si facile, ces jours-ci

Heureusement que Miss Platnum, qui est gourmande, potelée et fière de l’être, nous chante sa jolie chanson.

Au revoir, les amis.
L'avenir sera dodu et groovy. 

 

Commentaires

  • Laisse venir... l'imprudence ?

  • La peur tue plus que l'épée

  • Trop déprimant, m'en vais...

  • D'accord avec Robert, la peur tue !!Mieux vaut vivre dans l'ignorance et le plaisir... Tchin !!

  • Intimement lié à notre bonne vieille morale judéo-chrétienne, tout ça! Tu prends du plaisir quelque part? Alors tu seras puni par où tu as pêché!

    Euh..., sinon, c'est quoi, cette histoire de gros rouge, là? Vous me faites peur, tout d'un coup!

  • En 68, parisienne, je n'étais pas sur les barricades et je ne défendais pas l'interdiction d'interdire... On voit ce que ça a donné... mais maintenant qu'on nous laisse vivre et jouir tranquilles. Bientôt, tu ne pourras même plus écrire tranquille... à cause comme dit Anaïk du cancer de la tête donné par le wifi... et puis, comme il faut bien mourir un jour, alors, que ce soit au moins avec volupté, un verre à la main en écoutant Bashung!

  • Dodu, groove et... rose... les codes sont tenaces !
    J'ai connu un dentiste qui disait qu'on allait bientôt tous bouffer de l'herbe. Alors qu'il suffit d'aimer vivre, c'est quand même pas compliqué.

  • M'enfin ! c'est le printemps, que diable !

    Soyez heureux, les merguez arrivent !

    Avec tout ce qu'on ce qu'on en a chié cet hiver, c'est le moment d'aller acheter une nouvelle pince à barbecue, moijdis. Et de regarder ce qu'il y a dans la cave pour accompagner la barbaque. Rien de mieux pour le moral.

  • deux fois ce con... ces merguez putatives me perturbent à fond.

  • Oui, Olif, cet empilement de menaces médicales et recommandations alarmistes ressemble bien à un retour de l'inquisition en blouse blanche.
    Oui, aux merguez arrosées sous la tonnelle!
    Et, après manger, fumons donc l'herbe du dentiste de Rose.

  • Des merguez à la drogue : sans doute ce qu'il y a de pire. Je prends.

  • Si vous aimez les grosses, écoutez donc The Gossip. Plus rock.

  • les grosses merguez à la drogue sauce au vin. Oui... si après tout ça on a pas le moral hein...

  • Ah, Gossip, mon idole charnue:
    "standing in the way of control
    yeah live your lives"

  • J'aime bien cette Miss Machin rose et grasse. La parfaite antidote au moralisme sanitaire crypto orwellien

  • Bashung nous a quittés, inconsolable je suis.
    Quant à Goya, je préfère encore la version masculine ! Quitte à se laisser aller au vague à l'âme...

  • tu arriverais presque à me faire déprimer...

  • Magnifique! En faisant bien attention - dix fruits et légumes par jour et rien d'autre - on pourra vivre jusqu'à 100 ans... En s'emmerdant grave :-)

  • C'est vrai que si je commence à prendre au pied de la lettre les recommandations diverses sur l'alimentation, je me tape une sale dépression. De toute manière, nous finirons tous au même endroit, autant en profiter un peu avant.

  • Voici qui va plaire à ma gourou aixoise... à moi aussi, ras le bol des trouilles morales. J'aime bien l'allégorie du frigo grouillant de vermine, le mien y ressemble parfois après les retours de pêche.

  • J'ai faim ! Appelez-moi le patron.

  • Ha ben voilà un billet pour moi, gourmande, potelée et pas fière de l'être ! Allez tiens, on va pas se démoraliser, c'est l'heure de l'apéro, et j'ai des petits frittons de canard qui seront parfaits pour l'accompagner sur du pain grillé !

Les commentaires sont fermés.