19/03/2009

La capote du pape et le millefeuille de betterave au jambon ibérico

Mes bien chères soeurs

DSC01922.JPG


Il y a un pays que l’on brûlerait de visiter. C’est le Pays des Papes. Car voilà bien une contrée mystérieuse et pittoresque. Ses habitants ont ainsi des mœurs qui ne ressemblent à nulle autre. Particulièrement en matière de sexualité. Un exemple? Au Pays des Papes, les gens n’ont pas, comme vous et moi, la sève qui leur chauffe l’entrejambe. Ils ne niquent pas comme des êtres humains lambda. Ils s’abstiennent. Personne ne sait du reste comment ils se reproduisent. («Silepapeétaitpapasonpapaseraitpapi», dit d’ailleurs une comptine charmante). Plus étrange encore: quand par malheur, ils enfilent une capote, ils choppent le sida. Et pof!
Dépaysant, non?

Bref, vivement dimanche que Ben le 16ème se repose. Ça fera des vacances à l’humanité.

D’ailleurs, ce hamburger de betterave au jambon serrano aux noisettes et quenelles de chèvre ne lui est nullement dédié. Na! Une entrée exquise et troublante, cela soit dit en passant, inspirée par un plat récemment dégusté dans un bistrot dans le vent, où le chef avait eu la bonne idée de marier une assiette de charcutaille ibérique à une glace à la betterave. Nickel, le pacs. Sitôt avalé, sitôt pompé.
Pour croquer dans ce chef-d’œuvre, il vous faut une betterave cuite, quelques tranches de jambon ibérico, un chèvre frais, douze feuilles de moutarde (ou plus, ou moins), des noisettes, de l’huile de noisette et une botte d’oignon nouveau.
DSC01917.JPGPelez et tranchez la betterave en tranches de 4, 37 mm d’épaisseur. Disposez-les à plat sur un plat plat (belle phrase, on dirait une homélie). Humectez gaiement d’une vinaigrette à l’huile de noisettes bien relevée. Sel, poivre. Et coiffez d’oignon frais et de pousses de moutarde ciselées. Filmez. Oubliez au frais une heure.
Dans une jatte, touillez le chèvre frais avec une larme d’huile d’olive, quelques rondelles d’oignons frais, des éclats de noisettes, sel, poivre, piment d’Espelette. Formez de gracieuses quenelles avec deux petites cuillères.
Et alors? Ben alors, dressez vos machins trucs, en alternant tranches de betterave et chiffonnades de jambon. Le tout avec quelques feuilles de moutarde, une giclée de vinaigrette, quelques noisettes balkanisées et deux quenelles de chèvre.
Très chic. Très bon. Toucon.
Amen

 

Commentaires

C'est plutôt une grande chance qu'ils ne se reproduisent pas... Ce dernier Pape est une erreure pour l'humanité! Honte à lui de tenir de tels discours dans un continent si fragil!! J'en ferais bien du Hachis Parmentier...! ;-)

Écrit par : Laurent | 19/03/2009

Ne craignez-vous pas que cette viande là soit trop coriace et fade pour ravir en parmentier?

Écrit par : Estèbe | 19/03/2009

Nul hâchis ne nuit à la lune, nulle. (et l'accord)
C'est la première.
Pour la seconde, je vous laisse chercher car vous en êtes capable. La phrase est jolie.

Écrit par : rose chiffon | 19/03/2009

Oui, surement...Cette viande si fade risquerait de faire capoter mon bon hachis...

Écrit par : Laurent | 19/03/2009

suis complètement déboussolée par le "Filmer."

peux pas plutôt le prendre en photo ? j'ai pas de caméra vidéo.

Écrit par : Louise | 19/03/2009

La simple mention de Machin 16, avec sa tête de vieille betterave, me coupe l'appétit, désolé.

Écrit par : Robert | 19/03/2009

Quelle belle attaque pour cet article ! Pour info, ce soir sur France 2, il y a un reportage sur le Swaziland, le pays le plus touché au monde par le Sida (tu peux voir la vidéo le lendemain sur le net je crois).

Écrit par : Lilo | 19/03/2009

Miam, ça sent l'été qui arrive... Au fait, avec cette recette, que faut-il boire ?
Pour le reste, la viande est tellement coriace que, franchement, je me demande comment la cuisiner. A l'étouffée peut-être ?

Écrit par : antirouille | 19/03/2009

Que boire? Je ne sais pas, mais jusqu'à plus soif. Un beau chardonnay sans soufre du Maconnais de chez les Valette, par exemple. Ou de l'eau bênite par Benoït (l'ami du coït).

Écrit par : Estèbe | 19/03/2009

Hier nous nous finissions aux merguez accompagnées d'un peu de drogue en terrasse.
Aujourd'hui, grosse murge à l'eau bénite.
Vivement demain.

Écrit par : rose chiffon | 19/03/2009

Quand on conçoit une architecture verticale, on ne prend pas l'image par dessus... conseil de pote.

Écrit par : Yves | 19/03/2009

Ce pape n'est-il pas bavarois ? Les allemands de l'ouest disent que "le bavarois
est une étape entre l'autrichien et l'homme".

Écrit par : gabriella | 19/03/2009

Les papouilles pilent au discours peu poilant du pape puant.

Écrit par : Camille | 19/03/2009

Désolée de revenir à la recette, mais où voulez-vous qu'on trouve des feuilles de moutarde? (autant chercher une broutille dans une botte du pape). Bon on va aviser (contrairement au pape, qui ne l'est guère).

Écrit par : Beah | 20/03/2009

Ben, Beath, sur le marché, au stand saladines folles.
Notez qu'on peut remplacer par d'autres pousses bien corsées, du pourpier pourquoi pas.

Écrit par : Estèbe | 20/03/2009

Et la feuille de chrysanthème, déjà gusté ?

Écrit par : rose chiffon | 20/03/2009

Mais enfin, qu'attendiez-vous d'un homme qui a fait partie des Jeunesses Hitlériennes ???
J'ai entendu ce matin qu'il en avait remis une couche en annonçant son opposition à l'avortement thérapeutique.
Mais où s'arrêtera-t-il ???
Pour changer de sujet sans vraiment en sortir, ce petit millefeuille m'a l'air tout à fait appétissant, et serait sans doute idéal en petit casse-croûte après une séance de cinéma (Harvey Milk, par exemple ...)

Écrit par : pauline | 21/03/2009

la feuille d'ortie en capote est soit disant le viagra du pauvre
la feuille de moutarde introuvable m^me sou mon lit est elle une générique" ?

Écrit par : jupiter | 22/03/2009

j'ai profité de son catastrophique séjour en Afrique pour me rendre à Rome. Moins de mauvaises ondes à ce moment là. Avec la chance que l'on a, il va se faire centenaire celui ci.

Écrit par : marie | 25/03/2009

kikooluil (d'olive)

Écrit par : Camille | 03/04/2009

encore !
Réinterprété en petit velouté de betterave, ses pétales de serrano frais, sa petite quenelle fondante de chèvre asticoté, ses noisettes amusantes, son trait de balsamique léger.

Écrit par : Camille | 16/04/2009

Les commentaires sont fermés.