Les gros champis parigots au chèvre et gingembre


Hou, ça faisait des lustres. Ça boume chez vous?

DSC02014.JPG

Tiens l’autre jour, sans trop savoir pourquoi, sur l’étal du marchand, ces gros champignons de Paris nous ont procuré une soudaine bouffée de paix intérieure. Tout blancs, tout ronds, tout cons, ils nous attendaient là, sans moufter, benoîts et pépères, somnolant sous leurs chapeaux rigolos. On notera au passage que les champignons de Paris figurent probablement parmi les créations les plus simplettes de Notre Barbu Tout Puissant. Pas une once de conversation. Pas un sou de caractère, ni de malice. Mais une indéniable candeur bonhomme, qui fait de ces champis-là des bouées d’innocence dans la tempête d’une modernité mercantilo-technologico-libérale carnassière et polluante. Et toc.
Bon, on se calme. Et on file en cuisine.

DSC02025.JPG


DSC02015.JPGAu menu: six gros champis parigots farcis au chèvre, gingembre et tomates séchées. Une recette solidement roots, réalisable fingers in the nose le temps d’un slow des Platters, pour une vraie satisfaction buccale au final.
Lavez les champignons, extrayez les pieds, oignez l’intérieur des chapeaux d’huile d’olive. Puis demandez à une fillette qui passe par là de hacher les pieds avec quelques brins de persil plat.
Emincez mini deux tomates séchées, une gousse d’ail et l’équivalent d’un orteil de gingembre frais.
Touillez le tout avec un petit chèvre frais. Assaisonnez sans mollesse.
Puis farcissez les têtes (hu, tu me farcis pas la tête, toi).

DSC02018.JPG


Hop, au four, à 180°, pour une petite vingtaine de minutes.
Le temps de déboucher un rouge de Loire à la chair aérienne et au fruité gracieux; par exemple la très gracile et naturelle cuvée de printemps les Ardilles du Domaine du Moulin à Cour-Cheverny. Light et sexy comme Betty Boop.

DSC02002.JPG


C’est tout, les copains. Mais on remet le couvert dès demain, avec une révélation mafflue qui va vous en boucher un gros coing.

Bye

Commentaires

  • Rondeur et bonhommie du champignon qui n'a de parisien que le nom ; mes derniers étaient farcis, mais crus et sans gingembre. La prochaine fois, je les exotise et je les passe au four!

  • Et bien voilà. Tout est simple. On dévisage un champignon tout con et tout s'arrange. Estèbe à Matignon!

  • Vous me rappellez une certaine Myriam. Top slurp le blog qui tient ses promesses pourrait donc être le titre de demain ?

  • ah chouette !! j'essaierai. moi aussi je fais dans le champi en ce moment. Mais cru, avec du pamplemousse, coriandre et graines de sésame noir, et une chouille de sauce soja assaisonnée citron. miam. enfin slurp.

  • Oui Rose, demain j'enlève mes pantoufles.
    Bonne idée, votre truc, Camille.
    Exotisez et enfournez, Betterave, vous me direz...

  • Estèbe, comme je vous connais, je suis sûr qu'habituellement vous êtes nu dans vos pantoufles. Et sous votre grand chapeau en forme de champignon de Paris. Alors gardez-les, sinon vous allez prendre froid aux lamelles!

  • Nous abandonner dix jours pour revenir avec six champignons, franchement, c'est pas grand chose. J'attends un lendemain qui chante.

  • Avec un Cheverny en plus...je meurs !

  • j'ai jamais osé le champi farçi.

    Mais j'en ai toujours eu envie.

    Je vais me lancer, soyons folle.

  • C'est bien ce que je pensais. Une semaine au Vatican et pouf il parle de Dieu.

  • Miam, j'en salive d'avance. Je sais déjà quoi traquer sur le marché samedi prochain. Et pour le gingembre, gros ou petit orteil?

  • C'est beau et bon en plus.

  • Mais c'est le lapin à gros pif couvert de pustules :) Bonne idée, cela dit...

  • Mon commentaire d'hier a disparu dans les abysses d'Internet... donc je voulais seulement savoir si ce gros Champi dont vous parlez a de nouveau un rapport quelconque avec François (Le Champi), personnage cher à la Berrichonne George Sand dont nous avions déjà parlé dans des temps anciens?
    Bien à vous Sieur Estèbe, à tout à l'heure pour la révélation mafflue...

  • Oui, Mamina, c'est bien le même. Renée, il faut envisager un demi petit orteil d'adulte ou un tiers de gros orteil d'enfant. Grosso modo, quoi.

  • plutôt original cette farce mais le mélange a l'air de bien fonctionner

  • ça a un nom, ça Monsieur,
    cela s'appelle des Galipettes,
    Oui, Monsieur fait des galipettes, sans le savoir !
    et ben bravo, c'est du propre !

  • C'est bien ce que je pensais c'est beaucoup trop subtil pour moi cette histoire d'orteils. De toute façon je vais faire comme d'habitude, je prévois beaucoup plus pour les quantités!

  • Je découvre ce site par l'intermédiaire de Lavande et je suis conquise ! Merci pour la belle tranche de rigolade gracieusement offerte ! Et la recette aussi, accessoirement ;-) !

    Bises,

    Miette.

  • D'une simplicité extrême. Tu as l'art de donner du caractère à ce qui n'en a pas vraiment !

  • ca change comme garniture,
    ca a l'air delicieux !

Les commentaires sont fermés.