21/05/2009

Gambas, morilles et lard embrochés à la vitesse d’un TGV au galop

Coucou,

 

DSC02111.JPG

Aujourd’hui, chers lecteurs haletants et allaitants, nous allons tenter d’inscrire ce blog dans le Livre Guiness des Records Débiles, en publiant la recette narrée de manière la plus rapide de l’histoire de la popote mondiale.

Parfaitement.
On retient son souffle.
Et on se lance.

Pour réaliser une brochette gambas-morille-lard, embrochez le tout et faites griller.

88 caractères. 13 mots. Bingo. Ben voilà, on est dans le Guiness. Trop fort.
Certes, ce n’est pas donné à tout le monde, mais toi aussi, en bossant comme un fou des mois durant, tu peux y arriver.

Envoyez les télégrammes de félicitations et dons en nature à:
Dr Slurp
Genf
Suisse méridionale

Europe non alignée

 

Bizzzz

 

 

PS:  Avant de rafler le record, il s’agit de faire mariner les crevettes crues (de grosses crevettes ou de petites gambas) avec de l’huile d’olive, une pointe d’ail haché, une bonne pincée de piment d’Espelette, du thym frais et quelques tours de moulin à poivre.
Les morilles seront menues, bien nettes et fermes, si possible dégottées par M’Zelle Sonson dans les sous-bois des contreforts jurassiens (facultatif). On les nettoie sous l’eau, et on les précuit cinq six minutes dans une mininoisette de beurre.
Le lard est paysan mais pas fumé. Il est taillé en dés d’une taille égale à l’épaisseur des morilles et des crevettes (soyez bien concentrés à ce stade, SVP).

DSC02107.JPG

Une fois le tout enfilé sur une pique (pique et colégramme), on bloque la brochette avec un petit bâtonnet d’oignon frais (le détail sublime, qui trahit le passé de scout du cuistot).
On assaisonne. Avant de faire dorer les brochettes une douzaine de minutes dans un peu d’huile d’olive, à feu mezzo.
Il est envisageable de se taper ça à l’apéro, en entrée ou en plat principal. Voire au dessert ou au goûter. Compter de une à 87 brochettes par personne. A déguster avec un verre de gamay à jus blanc boombastic, genre le Moulin-à-vent émouvant du Domaine des Côtes de Molières.

DSC02061.JPG


Quoi??!! Il est long mon poste-scriptôme??!! M’enfin??!!

Commentaires

Nul. J'ai mieux: "Tartiner le pâté". Cassé, Estèbe

Écrit par : Robert | 21/05/2009

à cette vitesse la oui!

Écrit par : laurenceel | 21/05/2009

Pas de morilles à l'horizon mais quelques bouteilles plus tard sur mon blog, et ce n'était pas pour le goûter... Je les ai un peu dédiées à Olif, s'il veut partager avec toi, il peut!

Écrit par : mamina | 21/05/2009

Ôtez vite un "n" à 'méridionnales' avant que Rose ne se réveille !

Écrit par : patchaz | 21/05/2009

Robert, je trouve que votre recette est discutable, d'un point de vue conceptuel. Estèbe, vous trichez un peu, aussi. C'est pas parce que vous avez été scout qu'il faut se permettre de nous jouer du pipeau.

Délicieuses, au fait, vos courgettes ventrues.

Écrit par : Camille | 21/05/2009

Mince, maintenant j'ai faim

Écrit par : marion | 22/05/2009

Je peux faire la version Guiness (nan pas la bière, j'aime pô) de la dégustation !
Sans s'encombrer d'assiette et pendant que les autres picolent, se ruer sur la poêle, enfourner les brochette 3 par 3 direct dans le gosier, jusqu'à épuisement du stock.
Vous vous êtes brûlé la langue et les doigts, mais êtes content car dans le Guiness des records.
PS : prévoyez par avance votre alibi pour vos convives, genre "j'ai du tout jeter, les crevettes sentait les tripes à la mode de Caen", sinon gars aux représailles !

Écrit par : Mamzelle Gwen | 22/05/2009

Chuut, Pat.. vous allez le réveiller.

Écrit par : rose chiffon | 22/05/2009

des recettes aussi courtes, j'en voudrais plus souvent
Toujours amusant de venir lire ce blog...

Écrit par : Marie | 22/05/2009

Attaquer un Moulin à vent avec une brochette gambas-lard-morilles? Vous êtes le Don Quichotte de la Blogloumiam, Estèbe.

Vous l'avez bien méritée, votre Guiness!

Écrit par : olif | 23/05/2009

Morilles embrochées, ça me rappelle que vous m'avez fait bien sourire, ce matin, à la lecture d'un journal vaudois qui doit importer vos articles (par une alliance transcantonale courageuse), Oser "s'enfiler dans la psychose" dans un article sur l'histoire de l'onanisme... quelle vigueur !

Écrit par : betterave | 23/05/2009

Parce que d'après vous, mon cher, il existe des records intelligents en opposition aux records débiles ?...

Écrit par : pauline | 24/05/2009

Votre billet me rappelle une jolie histoire postale, celle du télégramme payant, mais avec signature gratuite. "Bisou... signé Anne-Laure qui arrive à la gare mardi à 17 h 30"

Écrit par : Anne-Laure | 25/05/2009

Les commentaires sont fermés.