09/06/2009

La pizzobergine: deux façons de la préparer

Salud!
 

DSC02155.JPG

D’aucuns auront noté notre fâcheuse tendresse pour la création de néologismes foireux. N’en doutez pas, il n’y a rien d’immodeste dans ce hobby-là. Car le néologiqueur du dimanche se croit fortiche. A chaque nouvelle trouvaille boiteuse, il imagine amener son caillou au lexique national, écrire une notice inédite du Littré, vaseliner la marche impérieuse du progrès humain.
Bref, le néologiqueur du dimanche se la pète grave.

Ben tiens, en voilà un, tout neuf, tout bon, tout con: la pizzobergine. De pizza et d’aubergine (faut-il vraiment s’enfoncer ainsi?). Création terminologique qui se décline naturellement en pizzeriobergine (le boui-boui où se mange la chose) et en pizzaïolobergineur (le gulu avec un drôle de chapeau qui la cuisine).

Pfffffff, on tient la forme aujourd’hui.

DSC02157.JPG



Pour réaliser une pizzobergine parma (jambon cru-mozarella-origan) et une pizzobergine siciliana (anchois-peccorino-origan), avisez des aubergines dodues, oblongues et brillantes comme une cascade de néologismes maison.

DSC02156.JPGTranchez-les en deux dans le sens de la longueur. Quadrillez la chair en quelques coups de lames, façon Zorro. Salez au gros sel. Et laissez dégorger un bon petit moment, pulpe contre papier ménage. Avant d’enfourner à 150° pour une grosse demi-heure.

Pendant ce temps, tambouillez un coulis avenant en pelant, épépinant et hachant tout plein de tomates mûres (en cette saison, il n’est pas inutile d’essorer maladivement le résultat). Salez bien, poivrez, sucrez un rien et assaisonnez le tout d’une large tombée d’origan.

Rincez à l’eau claire quelques filets d’anchois à l’huile. Et découpez une bonne mozzarella en lamelles. Sortez enfin du frigo le jambon de Parme et un vieux pecorino, puis la râpe du placard (faut-il vraiment tout détailler comme une andouille?).

Au bout d’une demi-heure donc, extrayez les aubergines de leur fournaise. A l’aide d’une cuillère à soupe, écrabouillez leur un brin le bidon, de façon à y ménager une dépression concave autant qu’ovale (il se croit où, machin?).

Tartinez avec le coulis de tomates. Brumisez d'huile d'olive. Puis coiffez les unes d’une tranche de Parme et de quelques lamelles de mozzarelle; les autres de filets d’anchois et de vieux pecorino râpé.

Renfournez, toujours à 150°, un quart d’heure.


Gros débat: faut-il manger la peau des aubergines?
Certains pensent que oui, et la mangent donc.
D’autres pensent que non, et ne la mangent guère. 
Voilà toute la controversobergine.

Tchou!

Commentaires

"Vaseliner la marche impérieuse du progrès humain". Quel rigolobergine !

Écrit par : Camille | 09/06/2009

Mais quand dois-je manger cela? En apérobergine sûrement.

Écrit par : Sophie 13 | 09/06/2009

Allons, c'est pas grave, on dirait quand même que c'est bon, c'est ce qui compte.

Écrit par : rose chiffon | 09/06/2009

J'adore, et je vous adore, je rigole bien en vous lisant et ca me détend bien de manger toutes vos recettes par procuration (je suis au régime!)
en attendant de vous lire encore,...

Écrit par : elodie | 09/06/2009

C'est vrai t'en rates pas une ;) ... en même temps c'est à cause des estebinades qu'on vient ici

Écrit par : yves | 10/06/2009

J'aimerais assister à une démonstation de pizzaïolobergineur

Écrit par : chapot | 10/06/2009

Yves, les estebinades, c'est charmant; même si l'expression me fait étrangement penser aux dérapages d'un ex-premier ministre ventripotent.

Écrit par : Estèbe | 10/06/2009

Voilà une recette estébienne qui devrait déclencher une certaine fureur (des vivres) bien sûr dans nos foyers berrichons.

Écrit par : mamina | 10/06/2009

Question: ne pourrait-t-on remplacer l'infecte aubergine par une brave pâte à pizza, en s'évitant au passage un débat fatigant et toutes ces acrobaties verbales?

Écrit par : Robert | 11/06/2009

Robert-gine, quel rabat-joie !


(c'était juste pour faire ma blague)

Écrit par : Camille | 11/06/2009

Warf, warf. Bien fait. Robert-gine, Robert-gine, Robert-gine, Robert-gine, Robert-gine, Robert-gine

Écrit par : Estèbe | 11/06/2009

Très spirituel, Camille-feuilles.
Robert Ginette, pourquoi pas aussi. Allons-y!

Écrit par : Robert | 11/06/2009

Je ne me lancerai pas dans la Betteravezza mais votre aubergine, là-haut, vous m'en garderez bien une ?

Écrit par : betterave | 12/06/2009

c'est encore une belle idée, tout ce que tu mets à l'intérieur est bon, l'aubergine confite au four c'est la base du caviar d'aubergine: c'est top, la réunion des deux c'est top slurp!
bises moustachées de tomate
alannie

Écrit par : Alannie | 18/06/2009

pas suivi le délire à la lettre, mais quel délice et tellement simple. À en pleurer.... miam

Écrit par : mikou | 20/06/2009

Les commentaires sont fermés.