12/06/2009

Ecossage méditatif, salade de petits pois au chèvre estragoné et tartinade live

Salut, les gnomes ventrus (si je peux ma permettre)

DSC02146.JPG

Parmi les tâches inhérentes à la popote domestique, il en est une qui nous botte particulièrement: l’écossage des petits pois. Parfaitement. C’est que, voyez-vous, au bout de la trentième gousse, la technique s’affine; le tempo se stabilise; les doigts bossent seuls. Et jaillissent en cascade les mignons pois verts de leur fourreau. Pof, pof, pof.
L’écosseur peut alors rêvasser pépère. A quoi? Ben, par exemple, à la tête de Cohn le soir des élections. Ou à l’hypothétique existence d’un Être Supérieur Barbu, là-haut, à dada sur un cumulus. Ou au derrière riant de la cousine Marguerite, entraperçue sous la douche par une chaude après-midi de juillet 1972 (Marguerite, si tu m’entends, j’étais caché dans la panière à linge sale, me pardonneras-tu un jour?).

Voilà donc un exercice méditatif, quasi psychanalytique même, qui peut, en outre, préluder l’élaboration d’une élémentaire mais mirobolante salade de petits pois au chèvre frais et estragon.

Ecossez (voir ci-dessus) et pochez les petits pois quelques minutes dans une eau frémissante autant que salée. Rafraîchissez aussitôt sous l’eau froide.
Préparez une vinaigrette musculeuse au vinaigre de cidre et huile d’olive.
Emiettez le chèvre frais, en y glissant quelques pétales d’un chèvre plus affiné.
Emincez un oignon frais et une botte d’estragon.
Puis touillez le tout avec douceur mais fermeté (n’importe quoi). Voilà tout. Chouette salade.
Plus frais, tu t’enrhumes.

Tchou

cover_C&C.jpgNB. Une info. Une vraie. Vous vous souvenez de notre joli recueil de recettes pour marmots intitulé Corsaires et casseroles? Dimanche après-midi, ses concepteurs (Hélène, la Lucie et mèzigue 1er) tartinent live et dédicacent à tour de bras dans la cour du Musée du Léman à Nyon, de 11 h à 15 h 30. Il fallait vous le dire. L’éditrice nous a grondés. Il faut quand même le vendre ce maudit bouquin! A dimanche, les potes.

 

Commentaires

A propos du livre : ma filleule a adoré !!! (me réjouis d'être invitée pour goûter tout ça !)

Écrit par : Calamity | 12/06/2009

L'écosseur écossais écosse t-il en révassant à Nessie dans les eaux sombres du Loch Ness ?

Écrit par : chapot | 12/06/2009

Vicelard! Caché dans la panière pour voir la cousine sous la douche! Tu crois pouvoir vendre des livres pour enfants en avouant des horreurs pareilles? :))))

Écrit par : Yves | 12/06/2009

je me contenterai de dire comme Yves...

Écrit par : mamina | 12/06/2009

Aucune indication pratique, comme d'habitude. Quid du petit poids des petis pois?

Écrit par : Robert | 12/06/2009

Pff, nous gymnastes, on ne se cachait même pas pour voir les judokas sous leur douche...
Ce mariage estragonné me plaît bien-bien...

Écrit par : Tiuscha | 12/06/2009

Monsieur,

C'est avec un mélange de stupeur et d'indignation que je viens de découvrir votre billet consacré - je cite - à la "salade de petits pois au chèvre estragoné et tartinade live".
Je passe sur cette déviance devenue commune qui consiste à considérer tout pois comme "petit", ce qui est en soit une forme d'ostracisme à l'égard des pois de grandes tailles. Je m'arrêterais en revanche sur la suite immédiate de votre prose qui, selon mon avocat, disconvient à pas moins de vingt huit articles de la législation actuelle.
En effet, vous écrivez en accroche de votre texte: "Salut, les gnomes ventrus!" Oublions à nouveau la familiarité qui consiste à dire "Salut" à d'humbles internautes dont on sait qu'ils confondent volontiers le langage SMS et les 18 tomes du Lagarde et Michard.
En revanche, que dire de ces "gnomes"? Petit être discret et assurément confiant dans la grandeur de l'Homme, le gnome peut-il être assimilé au lecteur occasionnel ou même fidèle du Top Slurp? N'y a-t-il pas là une volonté de le réduire à une condition dont il ne cesse pourtant de dénoncer les dangereuses dérives (voir la récente interview d'un gnome dans la livraison d'avril de La Revue des Deux Mondes)? Le gnome a-t-il d'ailleurs pour habitude de surfer sur le Web, lui dont on connaît la nature fragile? Par ailleurs, faut-il rappeler ici que sa morphologie ne lui permet guère l'absorbtion par voies buccales du fromage de chèvre (cf. La vie du Gnome dans son habitat, Herbert-Georges Kalder et Fanny Durieux, 1888, ed. La Maison Rousse).
En gros, Monsieur Estèbe, ne cherchez vous pas par cette fausse et traître amabilité - "Salut, les gnomes ventrus" - à vous "taper" du gnome et dont à participer à l'extinction de l'espèce?
N'hésitant pas à pousser la perfidie dans ses derniers retranchements, vous précisez en outre que les gnomes que vous vous permettez d'interpeller de manière si familière sont "ventrus". Là, je dois dire, les bras m'en tombent. De quel droit leur accolez-vous cette surcharge pondérale qui, dans le cas où ils réaliseraient votre recette ici fournie, précipiterait leur agonie? Non, Monsieur Estèbe, les gnomes ne sont pour ainsi dire jamais "ventrus", tout au plus ont-ils parfois un léger embonpoint qui provient de leur propension à la sieste en altitude les soirs de pleine Lune (voir l'édition revue et corrigée de l'ouvrage d'Herbert-Georges Kalder et Fanny Durieux, 1892).
Afin de ne pas ennuyer vos lecteurs, je ne développerais pas ici la vingtaine d'autres points litigieux. Soyez toutefois assuré que cette histoire ne restera pas sans suite.

Mes respects.

Zorg

Écrit par : Zorg | 12/06/2009

Zorg, je sens le souffle glacé de vos avocats lancés à mes fesses. Le plus cool des ventilateurs.

Écrit par : Estèbe | 12/06/2009

Z a frappé et monte sur ses grands chevaux, simples poneys, en fait...
Pas de bile. On reste zen. Le lecteur fidèle affronte la bourrasque.
Pieds rivés au sol. Signe de bonne taille. Après tout, sommes nous autre chose? Internaute de série B, gnome à tout faire en vedette de passage dans le slurp club? Ben oui. Et pourquoi pas ? Je ne suis pas loin d'être ventru, un poil boudiné, guère très haut... En même temps, je m'interroge. Tout est-il question de taille ? Voire de pois, de mots, de mesure ?! Ouhlala.
Que nenni. Cher Z. Vous dire simplement mais fermement que la familiarité est l'essence de cette maison, vous savez, on a tous fini par s'y habituer, et je dois vous avouer, cher doc, puisqu'on m'y contraint, je crois que j'aime ça... ma foi, ne changez rien sieur Estebe. Permettez vous. Il nous plait d'être interpelé ainsi de bon matin ou à l'heure du goûter.

Écrit par : Bil | 12/06/2009

Nous sommes tous des gnomes ventrus.

Écrit par : Sophie 13 | 12/06/2009

Kikoolol Zorg,

Je ne suis pas d'accord avec votre analyse textuelle, qui me semble par trop sommaire.

Tout d'abord, il est aussi fait mention dans ce billet d'un Etre Supérieur Barbu, votre critique sur l'absence d'êtres de grandes tailles ne tient pas. Ce d'autant plus que certains êtres de petite contenance sont appelés "marmots". Vous conviendrez avec moi qu'il n'y a pas de favoritisme à l'égard des petits, la causticité de notre cher Estèbe est universelle.

Deuxièmement, les pois ne sont pas toujours petits, mais aussi (je cite), "mignons". Certes, les préjugés imbéciles martelés par le vieil adage chinois "tout ce qui est petit est mignon" ont la vie longue. Mais n'est-ce pas une ouverture, une manière d'employer d'autres épithètes afin de rappeler que les pois ne peuvent être réduits à leur taille ?!

Quant aux gnomes, les considérer comme une population primitive dénuée d'accès internet me paraît réducteur. Vos références bibliographiques datent ! Je vous conseille de consulter les ouvrages de Huygen à ce sujet, l'auteur ayant passé près de 20 ans à étudier les gnomes. Je pense que vous méprenez totalement, et que ce que vous qualifiez d'ostracisme n'est qu'une politique de discrimination positive, bien utile en ces temps difficiles.

Je vous prie cher Zorg de recevoir mes salutations les plus respectueuses,

Camille

Écrit par : Camille | 12/06/2009

Tout pareil

Écrit par : Estèbe | 12/06/2009

Zorg, chéri, pourquoi ce style pourri. Vous qui possédâtes une simca 1000 et qui excellez aujourd'hui dans le récit.

Écrit par : rose chiffon | 13/06/2009

Les commentaires sont fermés.