23/07/2009

La terrible histoire du marbré qui flanche

 

Très chers vous,

DSC02256.JPG
Quelques secondes avant le drame.


Dans la lugubre série des mégafoirages, des Berezina en sauce et autre fiasco aux fourneaux, aujourd’hui: le marbré bicolore de tomates aux anchois et olives noires.

Sacré défaite que voilà.

Plantons le décor. Six tomates jaunes et noires mûres autant que joyeuses. Quelques filets d’anchois de noble extraction. Une poignée de chouettes olives grecques. Un bouquet de basilic embaumant. Plus une idée glorieuse: utiliser l’eau de végétation des tomates, additionnée d’un filet de citron et de feuilles de gélatine, pour cimenter un sublime marbré avec tout ce bazar monté en échafaudage. Une terrine vegétalo-marine aux saveurs étagées. Une ode vibrante à la saison chaude, à Dame Nature et Demis Roussos.
Un chef-d’œuvre, en somme.

DSC02251.JPGOn s’est mis au boulot sans oublier de passer en mode autosatisfaction. N’allait-on réaliser un mets prodigieux promis à la postérité cosmique?
Il a fallu blanchir, peler, épépiner, émincer, réfléchir, reréfléchir, louvoyer, chauffer, refroidir, composer, improviser, jurer même parfois. Au bout d’une heure de taf, l’affaire était dans le sac. Ou plutôt le marbré dans sa terrine. Prêt à un repos réfrigéré de 24 heures avant l’extase.

Le lendemain
, donc, pique-nique sur gazon entre potes. Rosé glacé et blagues lestes. Votre attention, SVP. On gonfle le poitrail. On décrit sans modestie la création à la cantonade. Et on démoule, fier comme Bartabas. Avant de trancher. Et là… patatras! Horreur! Niquerie! Crapulade! Le machin s’est effondré sous la lame comme une aubergine blette. Comme une merdouille de bonobo. Comme une tour new-yorkaise un 11 septembre. Désastre.
Bref, on a mangé du coulis de tomates à la petite cuillère.
«Le goût est bon, quand même», a dit quelqu’un, manière de rompre le silence.
Ce «quand même», il a achevé de nous liquéfier l’ego.

medus12.jpg



Bonne journée, quand même

Commentaires

Pauvre Estèbe. Il se passe vraiment des choses terribles en Suisse. Le chomage, la grippe porcine, les billions de petits Chinois... c'est de la pure plaisanterie en comparaison.

Écrit par : Robert | 23/07/2009

Content de vour revoir aussi, Robert.

Écrit par : Estèbe | 23/07/2009

Du marbré au cimetière, il n'y a que quelques tours de roue...
J'ai eu ça un jour avec un chaud-froid de canard, j'en ai gardé une leçon de vie : Plus jamais de gelée en pique-nique, déjà qu'on y mange des guêpes assis sur des fourmis, si en plus on doit se faire endolorir l'ego...

Écrit par : Patrick CdM | 23/07/2009

Pauvre Monsieur Estèbe !
Comme je me sens proche de vous.
Parce que moi, ça me fait ça avec les lasagnes, elles ne "tiennent" jamais mes lasagnes.
Mais hier, miracle. J'ai fait des lasagnes aux légumes et au Gorgon de Zola, et elles ont tenu.
J'en ai sautillé de joie en disant : "hhéééé elles tiennent t'as vu elles tiennent hhhiiiiiiaaarrrwwww t'as vu t'as vu hein t'as vu héhéhéhé"

Écrit par : Louise | 23/07/2009

Mon royaume pour assiter un jour à Louise executant sa chorégraphie victorieuse. Aller, on chante tous ensemble: "hhéééé elles tiennent t'as vu elles tiennent hhhiiiiiiaaarrrwwww t'as vu t'as vu hein t'as vu héhéhéhé"

Écrit par : Estèbe | 23/07/2009

Par contre il n'y a aucune faute.

Écrit par : rose chiffon | 23/07/2009

Et vous ne m'avez pas encore vue faire de la sauce tomate en paréo un soir d'orage.

Écrit par : Louise | 23/07/2009

Ou un milk-shake à l'avocat à 6h du matin un lundi quand le couvercle du blender a sauté.

Dans ce cas de figure, mes propos sont tout autres.

Écrit par : Louise | 23/07/2009

Dommage cela partait si bien; ça avait l'air si beau - on peut pas quand même avoir la recette ?

Écrit par : Claire | 23/07/2009

Bonjour Monsieur Estebe,

Je sais Monsieur ca fait pompeux, ca cadre pas avec le decor, mais c'est un premier commentaire, un premier contact, alors ...

J'ai decouvert votre blog par celui d'Anaik et bien m'en a pris, me voila en milieu gastronomico-spirituel. Ou parfaitement! Vos notes sont d'une legerte et d'un humour si spirituel. J'ai particulierement apprecie celle consacree a la si delicate tartine de roquefort. Une recette que je retiens pour une prochaine reception d'amis.

Si vraiment, quel regal de vous lire!

Ce marbre, sous sa mine deconfite, devait etre un regal de fraicheur par ces temps de chaleurs tropico-sub-sahariennes.

Je vous dis a bientot sur votre blog,

Culinairement votre!

Écrit par : la fee | 23/07/2009

La gélatine est traîte, elle vous fait parfois défaut... les adeptes de l'agar-agar vous jureraient que ça ne peut pas arriver avec cet hagard-là.
Que votre ego ne soit pas abattu car j'ai connu les même déboires avec une terrine de lentilles au foie gras et comme Louise j'ai aussi repeint ma cuisine avec un mixer non hermétique mais tout ceci ne m'a jamais empêchée de dormir ni même de recommencer. Moi aussi, je veux bien la recette, justement j'avais envie d'une terrine un peu légumières ces jours derniers.

Écrit par : mamina | 23/07/2009

Joli décor, joli boulot, "quand même", mais passer de Demis Roussos à Bartabas puis au bonobo, la descente est rude ! (quoique)

Écrit par : chapot | 23/07/2009

Parce que parfois il faut souffrir à nouveau pour en terminer avec la souffrance, j'aurais adoré voir la photo "après".
Mais c'est un fait, je peux être sadique.
Quoique j'imagine déjà cette terrineffondrée recouvrant de croustillantes bruschettas aillées pour vous consoler, Sieur Estèbe

Écrit par : funambuline | 23/07/2009

Forcément la méduse ça ne se cimente pas comme ça et avec tous ces gens qui font bouger le moule c'était à prévoir.

Écrit par : rose chiffon | 23/07/2009

une méduse eut été moins bonne, j'en suis convaincue :)

Écrit par : marion | 23/07/2009

La dernière fois, c'est un fraisier d'anniversaire qui s'est débiné lâchement et horizontalement. Dans ces cas, là je préfère ma saper moi même ...
Je ne suis pas aussi sadique que funambuline, mais bien aussi curieuse d'entendre le cri de guerre de Louise et de lire, comme certaine la recette, parce que, quand même, ça avait l'air rudement bon !

Écrit par : Tiuscha | 24/07/2009

Maître Estèbe vous avez perdu la main en Tasmanie !!

Écrit par : gabriella | 24/07/2009

La recette? Quelle recette? Celle du vilain clafoutis de tomates deprimé?

J'ai taillé la pulpe des tomates (pelées et épépinées) en dés, puis pressé, pressé, pressé, pour récupérer leur eau de végétation. Lequel est allé dans une casserole avec le jus d'un citron. Petite chauffette. Six feuilles de gélatine. Touiller. Assaisonner. Laisser refroidir. Puis monter le désastre, avec une couche de concassé de tomates (les jaunes), une giclée de jus gelatiné. Puis quelques olives émincées, feuilles de basilic et filets d'anchois. Puis une couche de tomates (les noires), etc... Le tout immergé dans le jus blindé de gelatine. Oui Madame, ça aurait dû marcher. Merde, quoi! Pourquoi moi???
Mais la chaleur et la flotte qui restait dans les tomates ont poussé l'entreprise à la banqueroute.
Rose, la méduse, bingo: ça pique.
La photo d'après existe. Mais notre charte de blogueurs éthiques nous interdit les images pornographiques.

Écrit par : Estèbe | 24/07/2009

Ca c'est dommage !

Écrit par : dano | 24/07/2009

Content que quelqu'un ose enfin parler du scandale des bonobos diarrhéiques.

Écrit par : Yves | 24/07/2009

Bien envoyé Jérôme ! "Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. Et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots"?
Comme quoi, même quand ça flanche, pour certains l'inspiration est là !
A part ça, tu voulais parler des blogueurs étiques, non ?

Écrit par : Jacques Perrin | 24/07/2009

Diable, voilà que Musset toque au carreau! Etique, hélas pas. Faut que je me surveille.

Écrit par : Estèbe | 24/07/2009

Bien, je commence a prendre la mesure du blog. Ca vole haut et j'accuse un certain retard! Je vous invite a aller sur mon blog Maitre Estebe. Pas tant pour ce que j'y ecris. Plutot pour ce que Papaya ecrit a ses heures perdues sur son blog. Quelquechose me dit que cela pourrait vous toucher. Il y a longtemps d'ailleurs qu'elle n'a rien poste. Trop occuppee par sa Table d'hote en ce moment. J'ai poste une note a ce sujet d'ailleurs. Vous trouverez l'adresse de son blog en vous dirigeant vers ma communaute. Sans vous obliger, a vous de voir!
A bientot.

Écrit par : la fee | 25/07/2009

Hmmm… Pourléchant. En France, on mange bien

http://ysengrimus.wordpress.com/2008/04/29/la-france-gastronomique-ce-nest-pas-une-legende/

...pour des raisons parfois douloureuses, mais bon… Sauf que ceci est remis en question. Votre expertise est requise. En France, au jour d’aujourd’hui, on mange bien ou mal? Venez nous éclairer, s.v.p.

Écrit par : Paul Laurendeau | 27/07/2009

Oh rassure-toi, nous avons tous un jour ou l'autre essuyé ce genre de désastre, et si le goût était bon "quand même" lol , alors ca va, ce n'est qu'une demi catastrophe...

Écrit par : Blomma | 30/07/2009

Les commentaires sont fermés.