27/07/2009

Un éloge vagal de l’anonymat et un tian d’aubergines gorgonzolées qui font hips

DSC02269.JPG


Salut à vous, ô stars de l’ombre

Une confidence. Il nous est parfois arrivé de rêver de célébrité. De devenir un puissant du monde, quoi. Le gaillard chic et dynamique que tout le monde reconnaît au marché du coin. Que tout le monde il l’aime, même. Que tout le monde accroche au mur du salon le poster avec sa bobine dessus, à côté du Pape et de Johnny.
Or, c’est bête, et souvent frustrant, d’aspirer ainsi à la gloire. D’abord parce qu’elle ne vient pas au premier coup de sifflet, la gloire. Ensuite, parce qu’elle use l’appareil digestif. Et que les gens illustres ne sont pas plus heureux que toi et moi. Non, Madame. Même moins, peut-être bien.


Regardez donc le couple Sarkozy. Très connus, les Sarkozy, non? La semaine passée, Carla fait un concert à New-York. Avec son petit filet de voix, sa guitare qui fait gling et ses yeux de poule amourachée. Ben, le très respectable Times a trouvé le show à ce point naze qu’il s’est permis d’étriper la présidente dans ses colonnes. Sauvagement. Depuis, Carla, elle a grave les boules. Pauvrette.

Hier, rebelote. Son Nico d’époux s’en va faire son footing dominical. En short et Ray-Ban. Et pof, le voilà qui nous fait «un malaise vagal». (On en a profité pour apprendre un adjectif délicieux: vagal. Chérie, je me sens un poil vagal ce soir. Vagal, toi? Oui, chouchou, résolument vagal.) Bref, l’omniprésident a brouté le bitume, tout blanc, tout mou, tout chose. D’aucuns estiment que la déshydratation et le régime alimentaire strict que suit Sarko ces jours-ci seraient en partie responsables de la syncope présidentielle.
Double moralité. La célébrité rend vagal. Et il ne faut jamais faire de régime sans picoler.

DSC02271.JPG



On prendra soin d’ailleurs d’arroser le plat narré ci-dessous avec un très bon vin rouge du sud, gorgé de soleil donc, mais pas plombé pour autant. Au contraire. Tout en longueur, en élégance et en subtilité. Le vin, c’est les «Etats d’Ames» d’Olivier Julien, brillant vigneron à Jonquières, Hérault, Languedoc, France-d’en-bas où chantent les cigales. Pas vagal, du tout, comme pinard.

Le plat ensuite: un tian d’aubergines et tomates au gorgonzola brumisé de gnole et parfumé au romarin.
Miamou! Le type même de crapulerie à la fois estivale et nourricière, qui fait boum en bouche en vous mettant à l’abri de la pâmoison vagale, surtout quand les photographes sont là.

DSC02275.JPGDSC02278.JPG
DSC02265.JPGDSC02279.JPG

DSC02266.JPGLa tactique? Avisez de braves aubergines rondes à l’épiderme luisant. Taillez en rondelles d’un centimètre et quelques millimètres de large. Oignez sans insister d’huile d’olive au pinceau. Et faites dorer tranquilou vingt minutes sur une plaque au four, en retournant à mi-course.

Pendant ce temps, taillez de belles tomates dodues, genre cœur de bœuf, en tranches minces. Sel, poivre.
Et émincez deux brins de romarins.
Sortez les aubergines de leur fournaise. Salez, poivrez, tartinez d’une mini lichette d'un bon gorgonzola doux (ne jamais lésiner sur la qualité et donc le prix du gorgonzola. on se fait si vite gorgonzoler de nos jours), puis parsemez de romarin ciselé.
Dans un plat en pyrex, ou pas, montez votre tian en alternant tomates et aubergine dressées comme à la parade. Arrosez d’une parcimonieuse giclée de grappa. Ou de marc. Ou de l’exquise gnole de contrebande du voisin, distillée chaque automne en douce sur un alambic slovène importé en kit.
Couvrez le plat d’une feuille de papier-alu. Et laissez cuire une grosse quinzaine de minutes au four à 180°, jusqu’à tendreté voluptueuse des légumes.
Voilà. Avec un carré d’agneau rôti, c’est, disons… vagalissime.

DSC02272.JPG



A sous peu

Commentaires

Un tian gorgonzola ou pas dans un truc en pyrex? C'est une crime, il y de quoi faire un malaise vagal avant de partir derechef à la recherche du beau plat en faïence que la tante Marcelle nous a légué il y a un siècle.

Écrit par : mamina | 27/07/2009

Article aussi succulent que la recette ! je lève mon verre à ta santé .

Écrit par : irisa | 27/07/2009

Le vagal âme, en l'état, il fallait oser! Surtout à propos d'un vague chef d'état. Merci Dr Slurp.

Écrit par : olif | 27/07/2009

Ben Mamina, le beau plat de Marcelle, au four, il fait quoi? Il fait boum, tiens. C'est moche, ça.
Olif, il est clair qu'on préfère l'âme de l'un au vagal de l'autre,

Écrit par : Estèbe | 27/07/2009

Alors, t'aspires parfois à la célébrité, Estèbe? Pauvre chou... en se moquant de son Omnipotence NS et de sa Dame CS, c'est les geôles républicaines que tu vas gagner.

Écrit par : Robert | 27/07/2009

Mamina m'a devancée... Du pyrex pour un tian ? Que le provençal vous jette la première pierre (je ne suis de Provence que d'adoption, pas de lapidation de ma part donc...), je veux bien me faire gorgonzoler en revanche, avec du premier choix, cela va sans dire !

Écrit par : Tiuscha | 27/07/2009

je viens juste de me connecter afin de re-comuniquer a Papaya l'adresse de votre blog, elle ne se souvenait plus, la vilaine fille! Vous voila en terrain celebre, Maitre Estebe. Quelle mouche vous a pique ? Aspirer a la gloire un jour ou l'autre est bien humain, ma foi. Le tout etant de ne pas se laisser prendre par ses miroirs a facettes comme vous le suggerez. Pour ma part il y a bien mieux que la gloire. Je ne sais pas encore comment cela s'appelle. C'est en cours de reflexion. Je vous dirais lorsque cela me viendra. Le vin est une de mes affections. J'ai en souvenir un delicieux Pauillac partage en famille. L'initiation vin est affaire de famille chez nous! Sinon je suis d'accord avec Irisa et levre egalement mon verre a votre sante! Tchin!

Écrit par : la fee | 27/07/2009

Comme un tian vaut mieux que deux tu l'auras, je gobe çui-là... on ne sait jamais avec Vagal 1er ce que nous réserve le prochain conseil des ministres

Écrit par : Yves | 27/07/2009

Sans hésitation je me joins à tous et toutes pour lever mon verre à votre verbe si plaisant et ironique, et qu'importe le pirex pourvu qu'on ait le texte

Écrit par : chapot | 27/07/2009

Je gongonzole à l'unisson, de A comme appétit à Z comme zarko

Écrit par : Sophie 13 | 27/07/2009

on aurait pu dire un malaise pneumogastrique mais c'était moins glamour pour un président.
N'empêche, sans malaise vagal on n'aurait peut être jamais eu cette recette :)

Écrit par : marion | 27/07/2009

Je suis sûr que tu ne l'a pas mangé... sur le gazon !
Pas de sinistre cette fois ?
Elle bonne ta Slibovitch ?

Écrit par : Rollmops | 28/07/2009

M'étonne que vous découvriez l'expression, un cinéphile comme vous. Des rognons de veau, une table de restaurant, si je me souviens bien.
Bon sinon votre plat, je grillerais encore plus les tomates mais déjà comme ça c'est superbe, vous connaissez mes goûts.

Écrit par : rose chiffon | 28/07/2009

Mais oui Rose, c'est bien sûr! Michel Serrault et sa petite entreprise d'accessoires pour WC à Dole! Où avais-je la tête??!! Sarko, d'ailleurs, on le verrait bien à la tête d'une petite entreprise d'accessoires pour WC. A moins qu'il le soit déjà.

Écrit par : Estèbe | 28/07/2009

Les commentaires sont fermés.