24/08/2009

Rompre le ramadan avec les boulettes d’Alexandrie à la sauce abricotée

 

 

 

iftar royalabdine38.JPG

Salam, les jolis aminches


Depuis samedi dernier à l’aube, nos potes musulmans font ceinture. C’est reparti pour un mois de ramadan. Pas boire. Pas manger. Pas fumer. Pas faire de krakou avec la voisine Jasmina. Ceinture donc. Mais de l’aube au crépuscule, seulement. Dès que le soleil s’en va au dodo, la rigolade redémarre. Doucement, notez. Car le jeûne se rompt sans hâte, avec un verre de lait et quelques dattes d’abord, une soussoupe ensuite, manière de pas chambouler ce bidon tout vide. A partir de là, le gueuleton peut s’étaler jusqu’à tard dans la nuit, dans le partage et la convivialité, avec plein de recettes rituelles, qui varient à l’infini du Maghreb au Pakistan et dont le slurpisme nous fait parfois regretter notre impiété congénitale.
Notez que rien ne nous empêche, nous autres mécréants à poil roux et pupille vitreuse, de nous mitonner, puis de mastiquer le soir venu, une joyeuse spécialité orientale. Par exemple ces koftas d’Alexandrie et leur sauce abricotée, adaptation d’un classique égyptien découvert naguère dans un roman dont on a oublié le nom. Mais pas la recette. Nyark.

DSC02366.JPG


Pour les boulettes et deux gulus à table,
il vous faut 350 grammes d’agneau haché par le boucher moustachu, un bulbe d’oignon nouveau, un demi-bouquet de coriandre, des pignons, un œuf et un rien de piment.
Pour la sauce aux abricots et toujours les deux mêmes gulus à table, prévoyez 100 grammes d’abricots secs, deux gousses d’ail, 1,5 déci de bouillon de volaille, de la coriandre en poudre et voilà.

Dans une jatte, en chantonnant un vieux morceau de Cat Stevens, touillez la viande avec six brins de coriandre hachée, l’œuf, l’oignon émincé menu, sel, poivre et piment. Dans vos mimines habiles, moulez ensuite des boulettes de la taille d’une burne de bonobo. Glissez-y un pignon. Et faites dorer sous toutes les coutures, huit-dix minutes à feu mezzo (ou mezze), dans une noisette de beurre.

La sauce? Fastoche. Faites tremper une heure les abricots dans de l’eau tiède. Puis mixez-les avec la coriandre en poudre, une bonne giclée d’huile d’olive et l’ail. Intégrez progressivement le bouillon, jusqu’à texture inspirante. Une pincée de sucre, s’il le faut. Sel, poivre. Et faites chauffer tout doux quelques minutes.

Il faut un gros mamelon de couscous avec ça. Et, si votre religion vous le permet, un bon coup de rouge. Lequel? Aucune idée. Ben oui. Voyez-vous, il y a des jours où nos neurones font le jeûne.

DSC02369.JPG



Assalamou Alaykoum, les potes

NB1 : Un bon bouquin de recettes récent : «Saveurs et couleurs, les cuisines du ramadan à travers le monde» d’Hind Caidi, chez Albin Michel. Drôlement alléchant.

NB2
: Le dicton du jour: les petits crus font les grandes cuites. C’est élégant. Et si pertinent.

Commentaires

La mention de Cat Stevens trahit l'âge du cuisinier, le même que le mien probablement. 61, 62, 63?

Écrit par : Anne-laure | 24/08/2009

glups...je fais demi-ramadan par solidarité avec mon mari (je fume quand même, oui je sais c'est mal) et là ça fait que deux jours et je donnerais un bras pour une bonne fondue avec un bon coup de rouge (oui je sais c'est mal, normalement c'est du blanc avec la fondue).
Mais ce soir, va pour les bouboules aux abricoco! ça a l'air monstre bon

zut j'ai faim...merci Estèbe...

Écrit par : Louise | 24/08/2009

Des abricots secs au mois d'août, docteur, quelle audace.

Écrit par : rose chiffon | 24/08/2009

ah! la coriandre, quelle merveille dans une puree de carottes. bon, comme d'hab et pour changer, nous voila en appetit, n'est-ce pas Louise ? ca tombe bien c'est plus ou moins l'heure. ces koftas m'inspirent pour une part oh combien a plus d'un titre. c'est generalement assez fin lorsque prepare genereusement. cette sauce abricotee vient surprendre mes papilles en alerte. sans m'avancer je me reserve le temps de tester un jour cette recette que je note dans un carnet a spirale, pas celui de William Sheller, le mien tout juste. La bonne journee a tous!

Écrit par : la fee | 24/08/2009

Anne-Laure, vous chauffez: 85-50-85
Rose, oui, on pourrait probablement faire ça avec des fruits frais. Mais ne faut-il pas en redouter l'acidité? Heing?
Louise, le ramadan de solidarité, pas à dire, c'est la classe.

Écrit par : Estèbe | 24/08/2009

by the way, que sont les aminches ?

Écrit par : la fee | 24/08/2009

Madame fee, les aminches, c'est les amis. En estèbien médiéval. C'est un peu comme les poteaux, les cop's, les bilous, les corniches, etc..

Écrit par : Estèbe | 24/08/2009

Une fois de plus, la recette est imprécise: la taille de la burne de bonobo change beaucoup selon les âges et les individus. J'ai ainsi connu un bonobo dont les attributs (le gauche, surtout) ressemblait plus à une boule de bowling que de ping-pong. Trouve une image plus parlante, la prochaine fois... la burne de girafe par exemple

Écrit par : Yves | 24/08/2009

Ah l'acidité. Avec des boulettes de veau.

Écrit par : rose chiffon | 24/08/2009

Et un blanc de Cassis.

Écrit par : rose chiffon | 24/08/2009

Ce blog est énervant, bien nommé, certes, mais énervant.
A chaque recette, un commentaire s'impose : "slurp".
C'est fatiguant à la fin ce manque de polémique !

Écrit par : funambuline | 24/08/2009

l'Estebien medieval nous sied bien. Loin de nous enerver, c'est un vrai enjouement. L'argot tout autant. Alors vive les cop's, les bilous et tutti frutti!
Ce blog est une vrai respiration dans cet univers multimedia, que cela soit dit, maniere de polemiquer moi aussi.

Écrit par : la fee | 24/08/2009

slurp... manger...boulettes...Cassis...encore 1h30

*gros soupir*

Écrit par : Louise | 24/08/2009

Je ne "ramadane" pas... moi aussi je suis congénitalement impie!
Par contre, si je veux faire de jolis spaghetti de légumes comment puis-je faire pour accompagner ces jolies burnes, euh, pardon, boulettes!
Salue le facteur pour moi, cher ami (private joke!).

Écrit par : mamina | 24/08/2009

Courage Louise... ça y'est fait nuit. A table!

Écrit par : Sophie 13 | 24/08/2009

burp...ça y est...

Alors les bouboules : BRAVO. Fameuses, Estèbe, merci tout plein !

Écrit par : Louise | 24/08/2009

La douce boulette du bon Ramadan aiguise les papilles averties, très cher.

Boulettes de Ramadan de lait.

Ramadan et Eve.

Écrit par : Camille | 24/08/2009

Quand le Ramadan creuse... C'est la dalle quoi !

Et maintenant ramdam dans les casseroles. C'est à se poiler les boulettes de bonobo !

Écrit par : Rollmops | 24/08/2009

Me remplirais bien mon bidon avec ces boulettes salées sucrées mais va falloir d'abord que je remette ma main sur le vinyl de Cat pour chanter en duo ;o) Bon, et zut pour la coriandre, zen ai plus !!! :o( Rien ne va plus dans ma kizine !

Écrit par : Annellénor | 25/08/2009

Merci, j'envoie la page sur mon facebook et sur quelques digg-like.

http://www.scoupeo.com/RAMADAN/RECETTE-RAMADAN-2010-FAIRE-DES-BOULETTES-D-ALEXANDRIE-A-LA-SAUCE-ABRICOT-IDEE-RECETTE

Écrit par : anni | 29/08/2009

C'est à cette époque que surgissent les meilleures recettes orientales.... faut en profiter ! vraiment pas une punition le ramadan... un peu fadasse le carème à côté !

Écrit par : Eglantine | 07/09/2009

ben pour moi c'est limite punition :-(
j'ai déjà perdu 4 kilos en deux semaines (ce qui n'est pas un mal en soi, notez bien que j'ai de la réserve). La journée je souffre quand même à fond et le soir je mange trois dattes avec du lait, et boufff je suis déjà pleine, impossible d'avaler beaucoup plus, ça bourre ces trucs là.
Mais alors je dois reconnaître qu'on apprécie mille fois plus encore !

Écrit par : Louise | 07/09/2009

Les commentaires sont fermés.