07/09/2009

Les coulis de tomate de Papi Slurp

Bien le bonjour, les grenouilles mugissantes

DSC02436.JPGDSC02435.JPG


Au début, tu marches à quatre pattes. Tu fais des bulles avec ta bouche et toutes sortes de bruits stupides. Tu bouffes aussi tes pièces de Légo. Puis t’apprends la table de 2.
2x1 = 2; 2x2 = 4


Après, t’écoutes du punk rock. Ou les Bee-Gees. Tu rigoles avec Pat et Fred. Tu bisoutes la Nathalie. T’étudies aussi. Un peu. Puis tu bois ce qui te passe devant le goulot.

Après après, tu prends de la bouteille et t’en vides un peu moins. Tu souscris à une assurance-vie auprès de la BNP. Tu fais 1, 67 enfant. Tu te réveilles tous les matins à 06 h 45 pour aller au bureau gagner de quoi manger du steak et partir aux Flots Bleus cet été. Et puis, tu trouves que la série Lost, c’est vachement bien, quand même.

Après après après, tu dis que Bayrou il n’a pas tort, finalement. Tu t’es remis à faire du vélo, pour garder la forme. T’écoutes de la musique classique le dimanche matin. Tes yeux s'ourlent de pattes d’oie, ta vue baisse, ta peau se plisse comme un palimpseste. Et tu relis Jules Vernes au lit.

Après après après après, tu peines un peu à te mouvoir et à te souvenir du nom des gens. Tu penses de plus en plus souvent à Fred, Pat et Nathalie. Tu racontes toujours les mêmes histoires. Tu regrettes un peu le bureau. Et le steak d’antan aussi, qui n’avait pas le même goût qu’aujourd’hui.

Après après après après après,
tu passes de longs moments à regarder un point très précis, là-bas, sur le coteau en face. Un jour, la Mort, en dentelles noires et bustier de latex, sonne à ta porte. Et tu lui ouvres, vaguement soulagé.

Euh… C’est à quel moment que tu t’es mis à congeler des coulis de tomates à la fin de l’été, en vue des rigueurs de l’hiver?

DSC02439.JPG



PS1: Le coulis de tomate über couillon de Papi Slurp. Dégottez des tomates bien mûres, voire plus. Pelez, épépinez, virez avec minutie toutes les parties blanches et durailles. Détaillez en petits morceaux, essorez un max dans une passoire en pressant avec votre petite menotte. Puis oubliez dans une marmite dans une larme d’huile d’olive, à petits glouglous, le temps que la flotte disparaisse. Une heure et quelques. Répartissez en petits pots, (sans assaisonner, manière de laisser le champ libre pour les spags des premières neiges). Congelez. Et quand la bise sera venue, ricanez donc devant ces infectes tomates hivernales venues de Hollande en charter.

DSC02429.JPGPS2: Pendant l’opération sus-décrite, il n’est nullement interdit de se siffler quelques verres d’un charmant petit blanc bio et nord-bourguignon: l’aligoté de Monsieur et Madame Goisot par exemple, dont on a retrouvé avec délectation la fraîcheur minérale et le fruité lutin. Quand Papi Slurp se goisote le museau, il cuisine avec des trémolos.

Commentaires

Je vois mal ce que Bayrou vient faire dans le coulis. Pas le piment en tout cas.

Écrit par : Yves | 07/09/2009

Peler des tomates bien mûres en Septembre? C'est forcément des hollandaises hors sol, les autres, tu les touche, elles s'abandonnent...

Écrit par : Azrael | 07/09/2009

Non, non, chère Azrael. Elles étaient à la fois, grosses, mûres, genevoises et pelables sans trop de galère, nos tomates. Même que le producteur, on connaît son prénom. C'est Olivier, son prénom. Sa femme, c'est Sandrine. Emouvant, non?
Yves, pas le piment, non. Mais plutôt une pincée de vilain sucre mal raffiné.

Écrit par : Estèbe | 07/09/2009

Une bien vilaine faute d'orthographe se dissimule dans cette page (cherchez), sinon c'est la grande forme !

Écrit par : Dano | 07/09/2009

Ouah super ! je cherchais justement des recettes pour conserver mes 40 tonnes de tomates de cette année... ça a donné comme y faut hein...pfouh...

Comme j'ai plus de place au congèl, j'ai fait ça :

1) Epepiner, jeter dans une casserole avec les épices que vous aimez, cuire une heure, mixer et mettre dans des pots bouillants jusqu'à ras bord (faites gaffe ça brûle un peu). Et ça se conserve pendant quelques mois dans un endroit sombre et pas trop chaud.

2) Mettre des tomates entières et non abîmées dans un bocal avec quelques gousses d'ail, feuille de laurier, etc, faire bouillir de l'eau très salée, la laisser refroidir, remplir les bocaux d'eau salée jusqu'à 1 cm du bord, mettre de l'huile jusqu'à ras bord, bien fermer. Ca se conserve comme ci-dessus (enfin, j'espère...chez moi ça fait qu'un mois mais ça a l'air de tenir)

Écrit par : Louise | 07/09/2009

Louise, tout ça, c'est de l'or en bocaux. Milles mercis, voire plus.

Écrit par : Estèbe | 07/09/2009

D'accord avec Yves...
Pour le coulis, mes tomates berrichonnes de ce début septembre se pèlent parfaitement et je fais grosso modo comme Papi Slurp.

Écrit par : mamina | 07/09/2009

Elles sont bios et nature, au moins, vos tomates, j'espère?

Tiens, je me suis laissé allé à la confidence, il y a peu. J'espère que je n'ai pas été trop indiscret vous concernant!
http://blogs.ionis-group.com/iseg/bordeaux/gastronomie/2009/09/les_blogs_parlant_du_vin.html

Écrit par : olif | 07/09/2009

Je vois que tu évoques des vérités éternelles (j'eusses cru percevoir un coup de blues !) et bien évidemment, entre deux, il est vivement recommandé de se faire et refaire plaisir éternellement un maximum....

Écrit par : Eglantine | 07/09/2009

Oui, Papi. C'est bien. Prends ton cachet. Est-ce que quelqu'un ici peut me dire pourquoi on met de l'huile dans un coulis qu'on va congeler après.

Écrit par : rose chiffon | 07/09/2009

Oui, bien vu, Frau Von Chiffon, c'est idiot. Mais avant qu'elles ne rendent leur eau, les tomates peuvent accrocher un tantinet sur le gaz au fond de la marmitouille. D'où notre filet d'huile. Notez que vous pouvez le remplacer par un demi verre d'eau. Quel régal d'avoir des lectrices à ce point vigilante!
Zut, le cachet s'est coincé.

Écrit par : Estèbe | 07/09/2009

Moi aussi je sens comme un parfum de déprime dans le coulis. C'est l'assurance-vie qui fait mal?

Écrit par : Anne-laure | 07/09/2009

Papi slurp, auriez vous pris du plomb dans l'aile ?

Écrit par : chapot | 07/09/2009

A la question "C’est à quel moment que tu t’es mis à congeler des coulis de tomates ?", ma femme, qui s'est fait greffer le cerveau de Columbo, répond du tac au tac : "En tout cas, c'est après avoir eu des gosses".

Moi (penaud) : "Pourquoi tu dis ça ?"

Elle (Experte) : "Regarde la photo, c'est les mêmes pots que ceux qu'on a pour faire les repas du petit. Sur ces bonnes paroles, bonne nuit"

Donc elle a peu été touchée par l'aspect poétique du texte (moi si) mais au moins ça nous donne un élément de réponse, ou de proverbe : "Coulis au congélo, Y a déjà un marmot !!".

Écrit par : rasbaille | 07/09/2009

Cette Madame Rasbaille est drôlement futée. Elle joue dans les Experts à Marseille?

Écrit par : Estèbe | 08/09/2009

Non, c'est Les Experts Roubaix-Tourcoing...
Eh oui, j'ai dû être très méchant dans une vie d'avant et nous avons dû émigrer au pays où les tomates sont vendues au rayon "fruits exotiques".

Bravo en tout cas pour votre blog magnifique, vous me rendez fou à chaque post mais continuez, j'aime bien me faire du mal.

Écrit par : rasbaille | 08/09/2009

Rasbaille, tout de même, le Nord c'est bien. Bières d'abbaye, estaminets, pommes de terre qu'on ne goûte nulle part ailleurs, endives & harengs fabuleux, Pot'je vleech & tarte Pinpin...

Écrit par : Camille | 08/09/2009

Vous avez raison et en plus les tomates y sont aussi délicieuses, si si !!
Je vous conseille à ce propos le petit producteur à côté de l'église le dimanche matin à Quesnoy-sur-Deûle. Il fait aussi des carottes blanches, oranges ou noires !! A tester, c'est délicieux.

Écrit par : rasbaille | 08/09/2009

Aligoté-tomate, toute l'Auvergne en deux mots.
Faudrait que je pense à regonfler mon vélo moi...

Écrit par : Patrick CdM | 08/09/2009

L'année passée, on a acheté un plein carton de tomates déjà trop mûres, on a pas eu le temps de s'en occuper ce week-end là, on les a oubliées dix jours dans un coin, quand on s'est souvenues d'elles elles étaient attaquées par une mousse verdâtre et blanche qui nous a conduit, la larme à l'oeil, à les balancer aux ordures (non, je ne fais pas de compost ; oui, je sais c'est mal ; mais c'est comme ça depuis que le 3e sac s'est répandu sur mes pieds un jour des années nonante). Peut-être qu'il reste des vaudoises mûres quelque part, pour faire mieux cette fois?

Écrit par : betterave | 08/09/2009

ps: sublime couteau

Écrit par : betterave | 08/09/2009

Mamie confit aussi faisait des litres de coulis, mais avec de l'aspirine pour conserver en bocaux, à la cave (1 g d'acide salicylique par kilo), et sans peler ni épépiner les tomates au préalable (passage au moulin à légumes après cuisson). Sinon, quand on a tout mangé, le coulis Heinz n'est pas mal.

Écrit par : Le confit c'est pas gras | 22/09/2009

Les commentaires sont fermés.