05/10/2009

La poêle antiadhésive, le sperme défaillant et la choucroute du lac Léman

Coucou, les salmonidés lutins

DSC02590.JPG


Il paraît que les poêles antiadhésives contiennent une substance élégamment baptisée acide perfluoroctanoïque (ta mère), ou PFOA pour les intimes, qui provoquerait une baisse de la qualité du sperme. Osons une traduction imagée. Tu te fais des œufs au plat et les tiens se retrouvent à plat.
On notera que les «moquettes traitées antitaches» abritent, nous dit-on, la même saloperie, ce qui pourrait les rendre impropres à la consommation. Dans quel monde vit-on! Le danger se tapit partout, au fond de la Téfal et sous tes pantoufles.

Cela dit, nous autres mâles grisonnants, sommes probablement quelques-uns à nous ficher de la qualité de notre sperme comme de notre première casserole. Ben oui, du moment qu’il en reste quelques millilitres une fois de temps en temps, sa qualité, ma foi…
Certes, c’est égoïste. Il faudrait penser à la pérennité de l’espèce humaine, au vieillissement de la population, au financement des retraites et à tout ça. Mais quiconque a déjà faire cuire un pavé de lotte dans une poêle qui attache sait que ce genre de considérations humanistes ne pèsent pas grand-chose par rapport à un beau morceau de poisson pulvérisé par un ustensile débile.

DSC02587.JPG



C’est donc avec une poêle sévèrement antiadhésive que nous exécuterons cette choucroute du lac, en essayant de ne pas penser aux effets secondaires, par là-bas en-dessous, dedans le boxer.
Notre lac à nous, c’est donc le Léman. Il se peut que ce ne soit pas le cas de tous nos lecteurs, particulièrement ceux qui vivent outre-mer. Qu’ils aillent donc fureter dans leurs eaux douces de proximité pour dégotter de quoi nourrir leur choucroute. Les jolies chairs lacustres courent les ondes.

 

DSC02588.JPG


Pour quatre gulus à table, il vous faut 700 grammes de choucroute crue, deux brins d’estragon, un peu de crème, du blanc sec, deux filets d’omble chevalier, 200 grammes de filets de perche, deux filets de féra et deux filets de truite fumée (ou mieux, du brochet fumé). Votre poissonnier, ou pêcheur se fera un plaisir de lever tous ces filets. Et en riant, encore. Brave homme. Tiens, s’il a des écrevisses en stock, glissez en donc un bouquet dans votre cabas.

Pour la choucroute. Rincez une fois le chou presto et installez-le au fond d’une casserole avec quelques grains de genièvre, du cumin en cascade, six feuilles de laurier, un morceau de lard (juste pour le goût, on le poubellisera ensuite), un tour de moulin à poivre, un gros verre d’eau et un petit verre de vin blanc. Touillez. Faites cuire tout doux à couvert, en zieutant de temps à autre s’il reste du liquide.

Pour les poissons. Poêlez-les à la queue leu leu, à feu nourri, dans une bonne noisette de beurre et une larme d’huile d’olive. Deux minutes côté peau et une minute côté chair, pour l’omble et la féra. Une minute côté peau, puis trente secondes côté chair, pour les perches. Assaisonnez. Puis gardez le tout au chaud, sous une feuille d’alu, à 50° au four.
La truite fumée, elle, ira simplement se réchauffer sur la choucroute, à couvert, dix minutes avant le miam.

Pour la sauce.
Pas très light, la sauce. Mais pour une fois… Faites blondir une échalote hachée au fond d’une casseDSC02591.JPGrole, ajoutez un déci de blanc sec, faites réduire drastiquement. Puis ajoutez une grosse cuillère de crème, une noisette de beurre, l’estragon émincé, sel et poivre. Goûtez. Remettez sur le feu tout cool.

Acte final.
Virez le lard et le laurier. Tranchez en deux les filets de truite, féra et omble. Coiffez la choucroute avec les poissons. Servez la sauce à part. Et débouchez un grand vin, blanc et naturel, minéral et subtil, venu de l’un de ces vignobles qui mamelonnent gentiment entre Chalon et Beaune.

DSC02556.JPG



Bien à vous

PS: Il est d’usage de proposer quelques patates vapeur avec la choucroute. Pourquoi pas? Ajoutez donc un kilo d’amandines à liste des commissions. Et toc.

Commentaires

Je ne comprends pas bien, cher Monsieur Estèbe: le sperme n'entrant pas dans la composition de ce plat, pourquoi craindre pour sa qualité ? Auriez-vous fumé la moquette ?
Sérieusement, s'il s'agit du sperme contenu dans nos bourses, ne pourrait-on utiliser en guise de tablier ces trucs qu'on met lors des radiographies: ça devrait protéger. On n'est pas obligé de cuisiner toujours tout nu non plus !
Sinon, très bonne excuse pour laisser Madame faire la cuisine.

Écrit par : dano | 05/10/2009

Mais qui donc cuisine habillé???? Quelle horreur!

Écrit par : Estèbe | 05/10/2009

Après la femme qui dort au frigo et le plus gros burger du monde, Estèbe nous brandit la poêle qui déprime le sperme. Ce blog devient vraiment anxiogène. Était-ce un poisson d'octobre?

Écrit par : yves | 05/10/2009

Je connaissais la choucroute de la mer, pas celle du lac.
Pas de pot, il n'y a qu'une piscine municipale à côté de chez nous... les gamins en maillot qui hurlent coupés en morceaux, ça marche aussi dans la choucroute?

Écrit par : Anne-Laure | 05/10/2009

Si je comprends bien, le sperme défaillant n'adhère pas dans la poêle lorsque vous cuisinez nu à feu éteint contre le réchauffement climatique? De quoi allez se jeter dans le lac et se faire bouffer par les petits poissons! Une sacrée choucroute, je veux bien le croire!

Les vins d'Antoine et François Jobard tiennent plutôt bien la route mais on leur préfère néanmoins ceux du cousin Rémi Jobard. C'est un copain, faut dire. Et en plus, il a mal tourné, il a viré bio depuis le millésime 2007!

Écrit par : olif | 05/10/2009

Ben v'là qui va falloir s'trouver des eunuques pour cuisiner avec des antiadhésives !



"une fois de temps en temps"
rhooooo !!! :-))))

Écrit par : Toinette | 05/10/2009

Merci à Estébe, à vous toutes et tous .. c'est toujours un régal de vous lire.

(♫_♫)

Écrit par : Loredana | 05/10/2009

Une baisse de la qualité spermatique n'est rien en comparaison d'un zizi grillé au gaz: vieux dicton alsacien.

Écrit par : Robert | 06/10/2009

Le Meursault "La Barre" 2005 paraît tout à fait adéquat...

Écrit par : betterave | 06/10/2009

Betterave, rien ne vous échappe.
Robert, je vous soupçonne d'avoir inventé ce dicton; une impression, comme ça. Anne-laure, essayez avec un cuissot de maître-nageur. Ferme mais goûteux.

Écrit par : Estèbe | 06/10/2009

Où l'on apprend que d'un effet délétère on veut bien se foutre mais que c'est quand même en pensant à autre chose qu'on finit par céder (à l'anti-adhésion).

Écrit par : rose chiffon | 06/10/2009

Un plat bien réconfortant, en ces temps difficiles ou la Téfal est fatale pour les prunes
Bonne journée

Écrit par : chapot | 06/10/2009

Blog toujours aussi réjouissant, mais pour la cuisson des filets de perche, si tu ne veux pas entortiller tes filets, je te conseille vivement de les poêler côté chair d'abord!!!

Écrit par : Philippe | 06/10/2009

Quel honneur, Mr Philippe. Mazette, quel tuyau! QI d'acarien, nous n'y avions jamais songé. On va essayer presto.

Écrit par : Estèbe | 06/10/2009

Or donc, disais-je, vous devriez être heureux de bander encore.

Écrit par : Camille | 06/10/2009

Pfoafff, c'est surtout la vigueur de la flagelle qui est importante, ce qui est plus grave c'est que le sperme soit doublement dégradé en tombant dur la moquette ou "moquetta " en espagnol courant
et ouis il faut penser aux hormones féminisantes déversées chaque jour dans le Léman, il est fort possible que vous ayez fait cuire une omble chevalière, mais je sais que les humbles chevalières ne sont pas courante dans le Génevois

Écrit par : jupiter | 07/10/2009

Cher épicurien à la poêle se permis que,
je ne peux m'empêcher de faire un parallèle entre votre femme congélo et votre semence pour vous soupçonner de vouloir cryogéniser vous aussi votre prochaine descendance !! On ne dérape pas on glisse...
quant à la boutanche je ne peux que rejoindre notre Olif illustré sur le Rémi du même nom, c'est bon !!
PS : ça à l'air foutrement bon votre choucroute oserais je dire si j'étais vulgaire !!

Écrit par : docadn | 07/10/2009

Estèbe, je vous suis dans votre combat pour défendre les poêles qui n'attachent pas, ça fait quand même plus riche qu'une vulgaire poêle où votre beau filet frétillant va être réduit en miettes... et puis c'est bien connu, beaucoup de dames s'allongent devant les riches...

Écrit par : Marie-France | 08/10/2009

Je ne savais pas qu'il y avait de la vie dans les lacs...

Écrit par : Patrick CdM | 11/10/2009

Les commentaires sont fermés.