Le mignon de cerf marche à la baguette

Bien le bonjour, les cervidés hirsutes

DSC02598.JPG

La Téloche Suisse Romande nous a récemment demandé de venir réaliser, live sur le plateau, sans trucage, ou si peu, en tenue de ville, ou pas, une recette de chasse. Soit avec du gibier dedans.
Fingers in the nose
, s’est-on gargarisé, en échafaudant illico une série de plans pour épater les spectateurs avec un machin à la fois sauvage, drôle et moderne.
Ben, l'entreprise s'est avérée plus ardue que prévue. Le fiasco des brochettes de faisan, narré il y a peu sur ce blog, fut le premier ratage d’une série d’essais désastreux. On vous passe le sanglier snacké à la liqueur de coing (catastrophe, servie, qui plus est, à un gourmet émérite, nous pardonnera-t-il?) et quelques autres tentatives giboyeuses tout aussi navrantes.

La convocation télévisuelle s’approchait. Et notre besace demeurait désespérément vide. Angoisses. Insomnies. Sueurs glacées.

DSC02624.JPG



L’ultime tentative avant le deadline fut la bonne. Ouf! Il y a donc un Dieu, à dada là-haut sur le cumulus, pour les cuistots présomptueux.
Croquez donc dans ce mignon de cerf en croûte de pain et son chutney de coing. Ça le fait grave, non, comme intitulé? On se croirait au Royal Monpourceau. Ou au Carré des Effeuillants. Ou au Grand Petitfour.

Démarrons en trombe avec le chutney. Pelez et taillez-moi un coing en petits cubes, en virant la poche à pépins centrale. Faites fondre DSC02594.JPGgentiment dans une casserole, avec une giclée d'Armagnac, une autre de vinaigre de pomme, un rien de gingembre râpé, une petite cuillère de miel, deux feuilles de lauriers, trois clous de girofle, quelques raisins secs, un tour de moulin à poivre, une pincée de sucre, une autre de cannelle, une autre de piment d’Espelette, alouette. Laissez compoter pépère. En goûtant, of course.

Ouvrez une baguette de pain dans sa longueur. Virez la mie. Salez, poivrez le mignon de cerf. Oignez-le de chutney. Et installez-le dans le pain. Il y sera très bien. Refermez.

Frottez le pain avec un peu d’huile d’olive. Puis bardez-le ensuite de fines tranches de lard espacées de 1, 37 cm.
Pour faire tenir le tout: deux solutions. Le cure-dent ou la ficelle. Tout dépend du budget (le cure-dent a beaucoup augmenté récemment), de la dextérité (la ficelle exige du tact) et de l’humeur.

Rôtissez vingt minutes dans un four préchauffé à 200°. Vingt petites minutes. Le cerf s’ingère rouge à cœur.

Voilà. le travail. Les sucs de Bambi humidifient délicieusement la mie. Le lard croustille à donf. Le pain itou. Le chutney acidifie doucement l’ensemble. Les enfants rient. Les aïeux pavoisent. La famille communie autour d’un plat sain et vrai.

A plouche

Commentaires

  • "Le Hot-Bambi du Dr Slurp", ça le faisait pas, comme intitulé?

  • Damned, comment n'y avais-je pas pensé??!!! Ou le Bambiburger rustique.

  • Extra - jamais pensé à farcir la baguette, encore moins avec du gibier. Bravo (on peut pas voir l'émission quelque part ? ).

  • J'ai cru un instant à la baguette chinoise, vous auriez bien été capable d'un bambi asiatisé !

  • Très bonne idée la baguette, je n'y ai jamais pensé.

  • Heureusement que tu as attendu mon retour de vacances pour publier cette chose absolument slurp. Un bambiburger de cette trempe ne voit que la viande rougir. Il va falloir que je m'en inspire dans des délais assez brefs, même si ça ne passe pas à la télé, je sens que mes convives conviés à une soirée burgers ne sont pas prêts d'oublier ça.

  • Et ça passe quand à la Téloche SR la baguette fourée, qu'on zieute le Sieur Stèbe en mouements ???

  • (Euh, pardon pour les fôtes et pis aussi "baguette fourrée" ça fait un peu lubrique non ? ça donne encore plus faim)

  • C'est très joli ces photos animalières. Je me croirais dans un programme éducatif. Je l'entends presque bramer ce cerf, et à la baguette.

  • Quelle ouïe, Sophie. Vendredi, Funambuline. Mamina, la recette est conçue pour un mignon de cochon, compter 40 minutes à 180.

  • Mmmmh, à vendredi donc !

  • La couleur de cet hamburger chasseur est géniale !
    Votre imagination débordante me bluffe !

  • Ouhais!
    It's time to break the crust!

  • Punaise ! Gibet de potence ou pas, je voudrais bien passer à table.

  • Bien pensé le coup de la baguette!et au moins le cerf n'est pas mort pour rien.
    Un plat qui donne envie.

  • Alors là ! Vopus pouvez être très fier de vous ! Magnifique ça ! Et nous aussi on est fier de vous. Hein qu'on est fier hein ? héhé

  • je me demande comment Bambi s'est laissé fourrer si facilement, heu..

    au fait, et l'audience est passée sous silence, pourquoi ? KGB Suisse ?

  • Estèbe Potter, vous êtes un vrai sorcier. Convenons bien tout le prix de cette baguette magique, qui redore l'écusson de la Suisse .

    3. Faciles.

  • Nous sommes allés déjeuner chez Dutournier récemment. Le Carré des Effeuillants (de portefeuille), bien dit.

  • Yves,
    Dommage!se trouver rue Castiglionne donc à 2 pas de la rue de Rivoli et pour quelques sesterces de plus s'offrir un repas au Meurice et s'émouvoir de la cuisine de Yanick Alleno.Va vous falloir économiser!
    Salutations gourmandes

  • Cher Pascal, merci du tuyau, mais, voyez-vous, nous en sommes, précisément, à quelques sesterces près. Particulièrement depuis le repas aux Carré des Effeuilleuses. Dans dix ans, après des économies laborieuses, pourquoi pas Alleno?

  • Yves,
    Y a pas que ces tables dispendieuses pour nous faire saliver heureusement.Si vous avez besoin ou envie d'un tuyau,n'hésitez pas,j'en ai plein ma musette et pour toutes les bourses!
    Salutations gourmandes

  • Ca à l'air bon, très bon, délicieux...

    Juste pour le fun, ne faudrait-il pas à un moment dans la recette mettre la biche dans la baguette, sinon le bambi baguette n'est pas fourré...

    (Je sais que tous les lecteurs intelligents ont d'instinct mis l'objet dans le truc avant de l'enfourner, mais dans la recette ce n'est pas dit)...

  • @ diplo: c'est dit par "installez-le dans le pain"...

Les commentaires sont fermés.