19/02/2010

J’en pince pour le homard (au safran et cognac en platée de spaghettini)

Bien le bonjour, crustacés aimés

Le homard, l’ail et la téléphonie ont beaucoup influencé les artistes, mais aussi les ingénieurs de chez Apple. En témoignent les deux inventions représentées ci-dessous.
La première, totalement inutile, fut créée par un moustachu catalan fort en gueule, qui faisait accessoirement des ménages pour le chocolat Lanvin.
La seconde, beaucoup plus utile, est aujourd’hui répandue sous le nom d’ail-phone.

telephone-homard.jpg
Le télé-pinces
pic05537.jpg
L'ail-phone


Bref, avec de l’ail et un homard, mais sans téléphone, tu peux aussi te bricoler de glorieuses spaghettini au safran et homard, recette à peu près aussi originale que le croque-monsieur ou la tartine de Nutella, mais à ce point délectable que l’on ne peut s’empêcher de vous la bloguer dare-dare.

Pour la bestiole, trois solutions.
Soit tu as un homard mort et cuit. Soit tu as un homard mort et cuit et congelé. Soit tu as un homard vivant. Gustativement, le troisième rafle le pompon. Encore faut-il avoir le cœur de balancer la créature gesticulante dans l’eau bouillante. Neuf minutes de bain, qu’il faut. On l'a eu fait (clic). C’est risqué, mais indéniablement meilleur. Les deux autres cas de figure s’avèrent bien plus reposants, pour un peu que le crustacé n’ait pas été cuit avec acharnement, ce qui transforme sa précieuse chair en un piteux coton mouillé. Il existe des homards congelés à peu près fréquentables, dit-on.

DSC02992.JPG



Or donc, après cuisson éventuelle, décortiquez le homard, en brisant son coffre d’un coup de canif vengeur et en extrayant de ses cruelles pinces le bon manger qui s’y cache avec l’engin idoine (un long machin vaguement recourbé au bout). Réservez pinces et tête. Ainsi que le jus qui n’a pas manqué de couler pendant le carnage.
Découper la queue en tronçons. Réservez.
Pelez et émincez quelques virgules de céleri branche. Réservez.
Dans un poêlon, faites suer une gousse d’ail et une échalote émincées.
Détendez quelques stigmates de safran dans une larme de cognac, puis balancez le tout avec le hâchis. Ajoutez le jus du homard et un bon coulis de tomates, fait maison en saison ou acquis auprès d’un épicier scrupuleux. Sel, poivre, une minipincée de piment.
Coiffez enfin la sauce tomate avec la tête et les pinces. Couvrez et laissez mijoter une demi-heure.

DSC02994.JPG


DSC03000.JPGPeu avant le miam, poubellisez pinces et tête. Liez la sauce d’une lichette de crème fraîche. Rectifiez. Ajoutez deux gouttes de cognac s’il le faut. Puis posez la chair du homard et le céleri sur la sauce tomate, juste pour les réchauffer. Faut que le céleri reste croquant comme un Jacquou.
Cuisez les spaghettini al dente. Touillez le tout avec d’infinies précautions.

Puis commandez une pizza avec votre ail-phone.

Tchou!

NB: Vous noterez que l’on n’a pas filé de conseil œnologique avec ce plat. Ce qui n’indique nullement que l’on n’en a point bu. De l’italien, même. Et du atchement bon. Mais la routine nuit. Et un peu de mystère ravigote. Oui, Charlotte.

Commentaires

Elle est bien ta photo des sphags. Je vais me faire une coiffure comme ça.

Écrit par : yves | 18/02/2010

Hiiiiiii l'aïe-phone, je vais montrer ça à mon homme. C'est son nouveau joujou. Je garde la recette pour moi.

Écrit par : anne-laure | 18/02/2010

homard m'a (presque) tué ! et du coup je ne les supporte plus !!! Aaaaaah douce langueur du souvenir homarique que plus jamais je ne retrouverai! Et toi, Ô cruel tentateur qui par tes photos aussi sublimes que zarbimes ravive ainsi la pince dans la plaie!! Je prendrais presque pour moi le regard narquois de l'ébouillanté crustacé, tiens ! Damned ol' chap! vais m'venger sur les morilles ! Na!

Écrit par : melusine | 18/02/2010

Oui, Yves, j'y pense aussi.

Écrit par : rose chiffon | 18/02/2010

Mélusine, suivez vite une cure de réconciliation. Rose et Yves, rien ne vous en empêche, poussez donc les portes d'un salon franchisé Dr Slurp (2765 en France, 4 en Suisse)

Écrit par : Estèbe | 18/02/2010

Cette plongée abyssale dans les spags me donne le vertige, vais-je pouvoir
remonter ?

Écrit par : gabriella | 18/02/2010

Choc mais pas chic l'absence de glouglou.. J'en pince aussi mais j'attends la belle saison du homard (c à d celel où il sera aussi probablement moins cher !)

Écrit par : Tiuscha | 19/02/2010

Cher Monsieur Estèbe,

Là, je ne vous suis pas.
Et inutile d'insister.

Bien à vous

Lucien le Homard

Écrit par : Zorg | 19/02/2010

rien que de penser à balancer un homard dans un bouillon bouillant...brrrr...j'achèterai du congelé voilà...


(re-bonjour à tous au fait ! je suis partie à "l'étranger", à Schaffhouse, donque, c'est chouette ici, y a que des bistrots, tout le temps pleins !)

Écrit par : Louise | 19/02/2010

Ben salut, Louise; ça faisait une paye en effet (ton enjoué de l'aubergiste liquoreux), content de vous revoir aussi.

Écrit par : Estèbe | 19/02/2010

Hello, je suis un passionné du homard et les spaghetti au homard sont un de mes plats préférés. Il ne faut utiliser que du homard vivant..le mettre au congélateur 15 min pour qu'il s'endorme et pis ensuite dans la casserole bouillante si on ne veux pas faire souffrir la bête... sympa la recette, mais il faut aussi des spaghetti de qualité artisanels du style Senatore Capelli ou bien de spaghetti de Gragnano, les pâtes sont de pur blé italien et séchée lentement lentement...c'est pas pareil ! On accompagne ce plat d'un Cervaro della Sala d'Ombrie ?

Écrit par : Greg le gourmand | 19/02/2010

Par la zigounette mauve du prophète, ça c'est du commentaire constructif!

Écrit par : Estebe | 19/02/2010

Une cure de homard?? je connais un chef fabuleux dans un resto merveilleux au coeur d'un pays enchanteur...Christian Peyre, la Maison, Domaine de Bournissac,Provence!! qui excelle dans la réconcilliation crustacienne entre autres bonheur simples et funky! alors ouaille note! j'y coure...j'suis sûre qu'il y fait meilleur temps!Merci Dr.Slurp pour l'ordonnance!

Écrit par : melusine | 19/02/2010

Cette recette me remet en bouche des pâtes au homard dégustées chez Mincelli, que du bonheur, il faut vraiment que je m'organise car je me rends compte que je passe à côté de merveilles dans votre cuisine

Écrit par : chapot | 22/02/2010

Bonjour,

Au risque d'en choquer, ici, quelques uns, gustativement toutes ces petites bêtes méritent d'être immergées dans un court-bouillon bien aromatisé, froid et donc préalablement préparé,afin de préserver la qualité de leur chère, très chère, chair...

Cordialement,
Victor-Emmanuel

Écrit par : Victor-Emmanuel | 26/02/2010

J'avoue, j'aime beaucoup ton ail-phone... pour le homard, je suis malheureusement trop sensible... un frein donc à ma gourmandise sauf si je trouve quelqu'un dans mon entourage prêt à assumer le crime.... je sais, je suis immorale !

Écrit par : Eglantine | 08/03/2010

merci pour ce bon et beau moment que je viens de passer chez vous; pour les fourires aussi,
dousourire,
Cdm

Écrit par : cdm | 25/03/2010

Les commentaires sont fermés.