06/05/2010

Comment Dr Slurp est devenu Mr. Cake (aux asperges et jambon)

Bienvenue chez nous, les gens

 

DSC03210.JPG

Ce qu’on peut être couillon, rétrograde et psychorigide parfois. Tiens, prenez mèzigue, par exemple. Ben, pendant quelques décennies (trois ou quatre, pas plus), mèzigue était inconsciemment persuadé (soit sournoisement influencé par un coin du cerveau autant fruste qu’obscur) que la confection de cakes était une activité, disons… peu valorisante pour le mâle. Huuu, le crétinisme. L’homme, le vrai, avec le pectoral touffu et la génitoire bombée, grille une côte de bœuf au piment sur le barbecue, c’est bien connu. Et ne touille donc pas de la pâte gluante avec un stupide tablier en dentelle noué autour du slim.
Or donc, l’autre jour, alors qu’on rêvassait à la supérette, affalé sur le chariot, l’œil rivé sur la ligne bleue du linéaire voué aux pâtées pour chien, l’évidence jaillit: Il n’y a pas de déterminisme sexuel en matière de cuisine; la confection d’un cake peut être une activité compatible avec une virilité flamboyante. A condition qu’il s’agisse d’un cake salé, bien sûr.
Pfffff. Sacré retournement psychologique que çui-ci, avouez-le. D’autres font un long travail à la fois sur eux-mêmes et sur le divan du psychiatre pour arriver ne serait-ce qu’aux prémisses d’une telle prise de conscience.
Sitôt capté, sitôt mis en œuvre. Le soir même, on régalait l’équipe de majorettes du quartier de ce cake aux asperges, jambon cru, parmesan et zestes d’orange (le zeste d’orange, c’est notre part de féminité qui chantonne fièrement), réalisable en sept minutes chrono sur un coin du plan de travail en écoutant Motörhead.

DSC03208.JPG


Dans une jatte, battez trois œufs en omelette, intégrez doucement 150 grammes de farine et un sachet de levure. Mélangez. Ajoutez progressivement un déci et demi de lait tiède – soit 15 cl comme on dit dans Elle à table - et un déci d’huile d’olive – soit 10cl comme on dit dans Marie Claire Cuisine, puis 60 grammes de parmesan râpé. Mélangez bravement.

Rincez
puis détaillez quinze petites asperges vertes bien fraîches (en virant éventuellement le talon duraille) en mini bâtonnets. Effilochez grossièrement une dizaine de très fines tranches de jambon cru. Emincez en petits dés 40 grammes de vieux gruyère. Zestez le quart d’une orange (point trop n’en faut, faut que le cake demeure un tantinet testostéronné tout de même). Balancez le tout dans la pâte. Salez, poivrez.

Et touillez
comme un fou.

Beurrez
un moule, coulez-y la préparation. Et enfournez dans le four préchauffé à 180° pour 45 minutes. En cours de cuisson, coiffez d’une feuille de papier-alu si le cake brunit démesurément.

Démoulez, tranchez en parts gracieuses et dégustez avec un verre d’orangeade en compagnie des majorettes toutes émues.

Bizzzzz
A +

Commentaires

le cake appelant à la partie de carte pré-dinatoire et aux godets de blanc, il faut absolument écouter la reprise de "Ace of Spades" par Bjorn Berge, qui n'a pas trop un gabarit a faire des cakes.

Écrit par : Oli | 06/05/2010

Et le sucré un jour prochain vous apparaîtra tel un pic étincelant dans l'azur. Courage mon vieux. La route est longue mais elle vaut le coup.

Écrit par : rose chiffon | 06/05/2010

On n'est pas obligé d'écouter du Motorhead tout de même !
C'est pour vous rassurer sur votre virilité ?
J'imagine, bon et burné Dr Slurp, que de par votre profession, vous êtes bien au-dessus de tout cela, à moins bien sur qu'il ne s'agisse là que de provocation. C'est ça hein ?
Sinon, la prochaine fois façonnez votre cake vétu d'un string rose en écoutant Mika, et doublez donc la portion de zeste d'orange.
Osez même l'anneau dans l'oreille, la virilité ne se mesure pas à ces symboles, postures et autres clichés qu'on se trimbale de génération en génération depuis ses premiers jouets jusqu'aux plus récents, parce que, ne nous leurrons pas, ces soi-disants symboles de mascuculinité ne sont, quelque soit leur prix, jamais rien d'autre que des jouets.
Montrer qu'on n'est pas des pédés: une tendance qui a l'air de revenir.
Et si justement ce n'était pas le fait de ceux-là mêmes qui sont le moins rassurés quant à leur virilité (oui, je parle des petites bites !) Hein ?
Et les dames, qu'en pensent-elles ?
Ca vous plait les symboles, les attributs (de Ribeiry !) ?
C'est qui, ces majorettes ?

Écrit par : dano | 06/05/2010

C'est très beau ce que vous écrivez Dano, on dirait du Musset. Oui, c'était (un peu) pour rire, vous nous avez percé à jour. Trop fort. En fait, on traîne notre tronche de cake depuis la prime enfance.
Des copines en costume.

Écrit par : Estèbe | 06/05/2010

Que de circonvolutions alambiquées pour avouer que t'a fait une recette de mamie fleur bleu et transexuelle.

Écrit par : Yves | 06/05/2010

Puisqu'on demande leur avis aux femmes, je pense que c'est une recette de métrosexuel. Mais bon, ce que j'en dis... Quant aux attributs, il faut voir, oserais-je dire tâter... Continuons à donf dans un registre qui plaît aux hommes (et aux femmes), il paraît qu'il vaut mieux une petite agile qu'une grosse fainéante... mais bon, ce que j'en pense...

Écrit par : Catherine | 06/05/2010

Pour préciser, quand je parlais d'attributs, je n'évoquais pas ceux dont la nature nous a (généreusement) pourvus, mais de ceux dont certains croient nécessaire de se doter, en complément pourrait-on dire (au hasard, un gros stylo avec un capuchon).
Ma théorie (pas très originale j'en conviens) étant que plus nombreux/voyants/grands le(s) complément(s), plus fort le sentiment d'insuffisance sous-jacent : le complexe petite-bite (rien à voir avec la taille réelle) peut ainsi être enfoui des années durant sous des tonnes de comportement-réflexe-pensée macho basique.
D'où l'idée que le vrai mâle n'est pas celui qui joue au macho dans sa BM en traitant les autres de gros pédés, mais plus celui qui, vétu d'un string rose et d'une boucle d'oreille, se lancera dans la confection d'un cake sucré (oui Dr Slurp) en écoutant le disque favori de sa copine (pas Motorhead donc).
Mais tout cela bien entendu se discute.
Vous (Catherine) parlez de recette de métrosexuel et c'est bien vu: le Dr Slurp se lance courageusement dans la confection d'un cake, bravant le qu'en dira-t'on, le provoquant même puisqu'il en fait carrément l'objet d'un billet, mais en même temps, il attend d'être seul chez lui, il met du Motorhead, et au moment de lâcher du zeste, retrouve ses vieux réflexes (ça fait pédé).
Tout n'est donc pas complêtement assumé, mais on est dans le progrès, la modernité. Le métrosexuel ?
Yves lui évoque le transexuel, mais il est vrai qu'il semble mieux connaître le DR Slurp (le tutoiement).
On voit que cuisine et identité sexuelle s'entremèlent lascivement pour former une riche palette de comportements dont on pourrait causer jusqû'à point d'heure, mais il faut m'excuser, j'ai un cake aux carrottes sur le feu (et je dois tourner le disque d'AC-DC).

Écrit par : dano | 06/05/2010

Moi ch'comprends plus rien à toutes ces histoires que cake et asperges semblent inspirer. En tous les cas je veux dire qu'en tant que membre du genre velu du torse je m'adonne avec autant de plaisir à la barbecuisation des chairs et enfumage des voisins - Onkr! - qu'au subtil art de la pâte sucrée et des mille et une manières de l'agrémenter en vue de conclure un repas sur une note qui vient adoucir les esprits et plonger l'assemblée dans une bénie torpeur. Et la pâte sucrée, c'est pas de la tarte, si j'ose. Vive les cakes et tartes sous toutes leurs formes (j'avoue, je reste réticent envers la tourte et choses crèmeuses apparentées, on ne se refait pas si facilement nom d'un velu). Sincèrement, on se réjouit de voir Top Slurp ouvrir la rubrique "Douceurs" dans son index majeur....

Écrit par : marcolino | 06/05/2010

Pourquoi la première tranche de cake est blanche et les autres sont jaunes ?
Comme Rose, je pense que vous êtes sur la voie du sucré. Continuez

Écrit par : gabriella | 06/05/2010

Mr Slurps, alias Mr Cake... je n'irais pas jusqu'à dire Mr Bean quand même et quand après demain, il y aura mon cake roquette-mortadelle, comment va-t-on m'appeler?
Je crains le pire!
Au fait, pourquoi préciser cake salé, on sait bien que le Dr Slurp fait attention à sa ligne et ne donne pas dans le sucré!

Écrit par : mamina | 06/05/2010

Mon émir vous fait dire qu'en ce moment, ici, on se gèle les cakes.

Écrit par : gabriella | 06/05/2010

Solides références: Elle à table, Marie Claire Cuisine ...
Je me permets juste de te suggérer, au cas où tu persévérais dans ces expériences viriles, de ne jamais ouvrir le four pendant la cuisson d'un cake, sous risque de débandade grave ... Enfin c'est ce que j'ai appris en lisant Betty Bossi.

Écrit par : véro | 06/05/2010

Moi je trouve que le cake salé n'est ni féminin, ni masculin, mais juste très démodé! Ça ne se fait plus du tout, c'est encore pire que les verrines. Bon, tant qu'il n'est pas au jambon et aux olives, et coupé en petits cubes, ça va à peu près...

Écrit par : JvH | 06/05/2010

Dano, un string couleur chair, ça s'appelle une abstraction.
JvH, ringard, oui sans doute. Mais moins que le fagot de haricots verts du Kenya enroulés dans du lard (ça me fait tellement rire, ça).

Écrit par : Estèbe | 07/05/2010

La ringardise, ça va ça vient... À chaque génération la sienne. J'ai eu l'idée d'interroger ma grand-mère et ma mère, qui étaient des cuisinières plutôt contestataires... À leur palmarès ringardokitsch figurent en bonne place les pommes dauphine, les pets de nonne, l'omelette norvégienne, les mini-croissants et autres fleurons de pâte feuilletée en garniture, sans oublier le camembert écroûté enrobé de chapelure, la sangria, les pruneaux farcis et les fruits déguisés.
Ce qui était alors traîné dans la boue, c'étaient toutes les présentations style traiteur ou restaurants faux luxe - un peu comme les bouquets qui faisaient gerbes de fleuriste. Mais aujourd'hui pas mal de fleuristes ont du talent, et les chefs font des stages d'art déco. Comment savoir si ce qui est vilipendé aujourd'hui ne sera pas revisité demain ? Cruelle angoisse que celle de la lectrice de blogs qui cherche l'inspiration !

Écrit par : Olivia_Mohune | 07/05/2010

Oui, c'est un très beau sujet que le ringardisme et la branchouille en matière de cuisine. Très drôle et instructif. Avouons même une tendresse pour les grands plats d'hier déboulonnés par la modernité. Du riz casimir à la salade russe, des œufs mimosa au gratin de nouille. Et le merlan Colbert, qui se souvient du merlan Colbert?

Écrit par : Estèbe | 07/05/2010

M. Google vient de me délivrer de mon ignorance concernant le riz Casimir... Quant au merlan, n'oublions pas le merlan en colère (celui qui se mord la queue), plat qui me fascinait lors de mes vendredis midi de pensionnaire et qui m'a beaucoup aidé en classe de philosophie à comprendre certaines notions métaphysiques…
Mais que nous voilà loin du cake !

Écrit par : Olivia_Mohune | 07/05/2010

J'en veux !!!
CLquipopotte♥♥♥

Écrit par : clquipopotte | 07/05/2010

J'en veux !!!
CLquipopotte♥♥♥

Écrit par : clquipopotte | 07/05/2010

bon, le cake avec des asperges dedans, c'est masculin je trouve hein.

Sinon, du côté de la mangeaille old fashion, j'adore les choses du style homard à l'armoricaine, tournedos Rossini, pêche Melba...tous ces trucs qui font vieille France, j'en raffole ! chui vieille époque, j'ai raté mon siècle je crois


(j'aime beaucoup aussi les haricots avec le lard autour...:-))

Écrit par : Louise | 07/05/2010

Pas besoin de pré-cuire les asperges?

Écrit par : Jennifer | 08/05/2010

Houuu non. Les 45 minutes dans le four s'en chargent.

Écrit par : Estebe | 08/05/2010

On parle de nous chez Mamina, alors je viens faire un petit coucou !
En cuisine, ou dans d'autres domaines également, ce que je trouve ringuard, c'est quand tout le monde fait comme tout le monde. Parce que faut être à la mode tout le monde fait des macarons, des cupcakes ou des verrines. La blogo culinaire, les librairies et les magazines degoulinent de ces éternelles même recettes.
Bref, ça m'énerve !
Alors, peut-être que le haricot lardé ou l'avocat aux crevettes-mayo c'est ringard, mais faut reconnaître qu'au jour d'aujourd'hui ça deviendrait presque original.
Bien à toi
verO

Écrit par : verO | 08/05/2010

Les commentaires sont fermés.