18/05/2010

La Tâche sur la table d’à côté


Bien le coucou

wine-main.jpg

L’autre jour, nous déjeunions dans un bistrot avec M’Zelle Sonson et Mister Oliver. Un bistrot fort recommandable, canaille comme on dit, où rillettes et quenelles se font maison, à l’aube, à l’heure où bon nombre de cuistots arpentent les linéaires de plats sous vide dans les supérettes de gros.

Bref, nous allions attaquer un jambon à l’os sauce madère, quand un minuscule machin nous accrocha la face externe droite de la rétine de gauche. Qu’était-ce? Petit coup d’œil panoramique. Rien.  Si ce n’est… ah, oui : une étiquette de vin. Un vin qu’un serveur versait dans une carafe à la table à côté. Et sur l’étiquette, il y avait marqué «La Tâche» 2006. Pour ceux que cette référence laisse de glace, précisons que La Tâche n’est autre que l’un des deux monopoles du Domaine de La Romanée–Conti, Côte de Nuits, Bourgogne, France d’en haut un peu à gauche sur la carte.

Soit l’un des vins les plus prestigieux, rares et chers du monde.
Une légende bachique. Un mythe vinique. Un truc de ouf plein aux as.

Vive-le-loup-de-Tex-Avery.jpgEvidemment, l’apparition nous laissa sans voix. Là, juste à côté, à portée de glotte, scintillait un breuvage d’anthologie que jamais encore nous n’avions ne serait-ce que humé de loin. Une fois nos esprits recouverts, on se renseigna en catimini sur le prix de la chose. Qui s’avéra un peu moins élevé que la moitié de notre salaire mensuel. Saloperie.
Soudain, le trio qui avait commandé la précieuse bouteille se leva comme un seul homme pour aller fumer une clope dehors. Sans avoir bu une goutte de ladite bombe. Emotion.

On hésita à bricoler illico une paille télescopique pour slurper une lampée du nectar des stars sans quitter notre place
On hésita à jaillir, à rafler la carafe, et à s’enfermer presto dans les toilettes pour siffler La Tâche en Suisse, jusqu’à l’intervention de la police et des pompiers.
On hésita à échanger notre pichet de Côte du Rhône contre le flacon royal, ni vu ni connu, paf paf j’t’embrouille, nyark.
On hésita, on hésita. Et les voisins revinrent, papotant business. Sans un regard sur leur investissement, qui rougeoyait sur un coin de la table.

Le café bu, il fallut payer l’addition et déguerpir. On s’exécuta, en pestant contre notre lâcheté. Notre honnêteté. Notre stupide concupiscence.

N’aurions nous pu, simplement, demander aux nantis d’à côté de goûter un demi-verre de leur divin Bourgogne? Cela ne coûtait rien. Et ça aurait pu marcher.

Alors, c’est qui la grosse Tâche?

Tchou !

Commentaires

J'aurais pas hésité un seul instant: ils n'y auraient rien vu, après avoir fumer une cigarette...

Écrit par : Momo | 18/05/2010

Bon, ce n'est quand même pas au Mac Do du coin du Grand Lac que l'on doit trouver de La Tâche 2006 à la carte. Vous êtes sûr d'avoir réellement bu du gros rouge qui Tâche en pichet?

Écrit par : olif | 18/05/2010

Ha ha ha - ça me rappelle une anecdote véridique : aux Papilles à Paris, Pierre H. (pâtissier de sa profession) dinait à la table d'à coté avec un ami - et les deux dégustaient une des côtes rôties de la trilogie lalala (je ne sais plus laquelle). Ils sont partis laissant la carafe à moitié pleine ! Nous étions pétrifiés. En tremblant - (et pendant que patron et serveurs avaient le dos tournés) on s'en est versé un verre qu'on s'est passés religieusement - nous étions quatre. Cela nous a donné du coeur à l'ouvrage pour finir le larcin mais trop tard : le serveur est intervenu avant et a récupéré la carafe. On n'a jamais osé lui demander si on pouvait la finir :)

Écrit par : Claire | 18/05/2010

Au contraire du Merleau-Ponty, la Romanée-Conti est un pinot qui vous laisse noirs de désirs. De ces volutes de désir, les palais s’imprègnent jusqu’au délire ! Ces volutes abreuvent les sens comme une fragrance, une rare essence.

Écrit par : Rollmops | 18/05/2010

Comme Claire, vous auriez peut-être dû attendre le départ de vos voisins de table. Qui sait s'ils n'auraient pas laissé la carafe à peine entamée...

Écrit par : fantaflo | 18/05/2010

Comme Claire , voisins de table partis glouglou party !
C'était vous ou le chef de rang ....
Belle journée.

Écrit par : Anne Hélène | 19/05/2010

Il aurait simplement fallu se déguiser en contrôleur des fraudes et embarquer la carafe pour l'analyser. La Tâche si bon marché, c'est louche.

Écrit par : sophie XIII | 19/05/2010

Voui, voui. On aurait pu attendre. Mais on avait bu le kawa et ils n'en étaient qu'à l'apéro. Assister impuissant à l'engloutissement du nectar eût été plus frustrant encore.

Écrit par : Estebe | 19/05/2010

Si je vous dis que je vous admire, est-ce exagéré?...Sans doute. Vous me faites rire, voilà,.. ce qui est, outre savoir faire la cuisine, n'est pas donné à tous le monde.

Écrit par : nanette | 19/05/2010

Comme on comprend bien cette identification au loup de Tex Avery !
Néanmoins, il faudrait peut-être en parler à Madame Roudinesco...

Écrit par : Olivia_Mohune | 19/05/2010

Oui Olivia, d'ailleurs, on déguste depuis un interminable magnum de Romanée-Conti en rêve sur le divan du psychiatre.

Écrit par : Estebe | 19/05/2010

Alors Onfray avec Freud maintenant Dr Slurp ?

Écrit par : Rollmops | 19/05/2010

Estèbe, il faut penser à changer de boulot pour gagner ta vie correctement et arrêter de baver sur les bouteilles des autres.

Écrit par : Yves | 20/05/2010

comment c'était vous!!! Mr. Estèbe moi qui attend avec impatience ma tribune tous les vendredis
si j'avais su je vous aurais volontiers inviter à ma table pour trinquer.
La prochaine fois ne faites pas le timide.

Écrit par : alain jenny | 20/05/2010

Efficace.

Écrit par : rose chiffon | 20/05/2010

Fallait demander enfin! C'était où, qu'on boit ce bon vin?

Écrit par : fannynours | 20/05/2010

Vos riches sont odieux (tels que décrits) et on a envie de les dépouiller c'est clair, mais étant donné le temps qui s'est écoulé à partir de l'apparition de ce bon vin et le moment où vous auriez pu vous en emparer ( même subrepticement), le vin avait probablement atteint environ 25°....
Je dis ça parce que je suis super excédée par tous les restaurants qui servent du vin bouillant et qui font la gueule quand on demande un seau de glace!
Ah, je suis très énervée aujourd'hui !
M Estèbe, aidez moi dans mon combat pour boire du vin frais ( je ne peut pas croire que vous soyez du camp adverse!)

Écrit par : Marie-Hélène | 21/05/2010

Les commentaires sont fermés.