22/06/2010

L’inouïe capture de la verveine citronnée (en soupe verte, froide et tonique)

DSC03362.JPG

Bien le bonjour, camarades des deux sexes et de toutes les couleurs

DSC03365.JPGLa verveine citronnée, la fraîche, exhale un parfum d’une délicatesse mirobolante, qui donne envie d’enfiler sa robe de bal pour aller twister jusqu’à plus d’heure à la fête du Lycée. Subtil, frais et juvénile, le parfum. Hélas, six fois hélas, cette fragrance divine ne se laisse pas aisément apprivoiser.

A part quelques essais concluants en cuisine ( et et aussi ici), nos tentatives pour faire infuser la rebelle, en vue d’un jus tonique susceptible de magnifier une côte de veau ou un poisson empapilloté, se sont soldés par d’insipides bérézinas. Plouf dans l’eau, comme on dit au large de la bande de Gaza.

On s’est obstiné. On a cogité très fort. Cent fois, on a remis l’ouvrage dedans la casserole. Avant de parvenir à une potion branchouille et apéritive, drôlement taquinante pour tes bajoues. Voilà donc la soupe de concombre et céleri à la verveine citronnée, à siffler entre gens du monde le soir sous la tonnelle, si possible en grignotant des gros crabes vivants. Ou pas.

DSC03355.JPG
Chantier post soupe: Nature morte, Estèbe, 2010,
6e Prix (dit de consolation) au Festival de l'Image Inerte de la Lacapelle-Livron.


La tactique?
Pour quatre gulus, mixez très fort les feuilles de six brins de verveine, trois branches de céleri épluchées et les deux tiers d’un concombre taillé en gros cubes.
Humectez d’un gros filet de citron et d’une lichette d’huile d’olive. Ajoutez une cuillère de ricotta. Sel, poivre. Emulsionnez.
Rafraîchissez au frigo.
Et paf: dans un verre à wiski, avec une paille idiote plantée dedans. Et sluuuurp.

A sous peu

DSC03360.JPG

PS: A la réflexion, on aurait pu chinoiser un tantinet. T’ajouter en surface un cumulus de mascarpone un rien pimenté, une chips de bacon, une cuisse de grenouillette rôtie à l'ail doux. Mais parfois le meuh est l’ennemi du bain. Parfaitement.

Commentaires

on vroumvoume pas ce coup ci ?

Écrit par : Oli | 22/06/2010

le meuh est l'ennemi du bain ?
Mais comment voulez vous qu'on blogue après ça nous pauvres blogomortels. Chèr Estèbe, une fois de plus, j'en reste toute coite et rigolante (sympa la recette mais allez trouver de la verveine citronnée en pays espingouin, c'est mission impossible, reste plus qu'à trouver un cousin approchant).
Merci pour l'inspiration ET la rigolade.
Votre bien dévouée gulus.
ps : encore hâte de lire les comms qui vont suivre

Écrit par : DQJM | 22/06/2010

Ah, docteur, votre suite de billets est des plus dadaïstes.

Écrit par : rose chiffon | 22/06/2010

Et bien, quelle que soient vos recettes, que j'avoue ne pas avoir essayé, je vous décerne le prix de "meilleur titre culinaire poétique" pour votre incroyable imagination dans votre blog...:=))))))
Braaaaaaaaaaavo

Écrit par : hi hi hi | 22/06/2010

ça doit etre bien bon ce truc

Écrit par : sab | 22/06/2010

Le pneu est l'ennemi du pain, ça c'est sûr

Écrit par : Yves | 22/06/2010

On peut dire qu'après moults essais, sur ce coup là, vous avez eu de la (ver)veine

Écrit par : Camille | 22/06/2010

Vive le milk shake rigolo d'Estèbe

Écrit par : Zegon | 23/06/2010

Elle me plait bien cette recette, enfin un truc sain, frais, léger, servi en verrine et sans cholestérol...

Je pense donc (pour de la vraie) la tenter mais je suis plongé bien au delà du pompon dans un océan de perplexité, car j'ai de la verveine-citronnelle (Aloysia citrodora) dans mon carré de simples, est-ce la même que vous autres transalpins de garenne nommez verveine-citronnée? D'après la photo on dirait bien que oui oui bien sûr, mais dame-nature est parfois fallace...

Écrit par : Patrick CdM | 23/06/2010

Aloysia citrodora, voui voui, Capitaine, c'est bien la même; je viens de lui demander son blaze en latin.

Écrit par : Estèbe | 23/06/2010

On a peu l'habitude de te voir cuisiner des choses comme ça... très mignon. Mais quand c'est qu'on mange?

Écrit par : anne-laure | 24/06/2010

Sieur Estèbe,
Le grand écart est une figure artistique que vous pratiquez même en jeans slim...
Quand les velléités de mimétisme avec la palourde géante s'éteignent, une petite verveine s'éveille... "Magnifique enchainement" dirait Nelson Monfort...
PS : En jeans slim, la palourde pèse !!

Écrit par : docadn | 24/06/2010

Y dit de la ricotta le chef Estèbe,pis y prend du séré bio de la Coop,faudrait savoir !!!!!

Écrit par : pascal henry | 29/06/2010

Finement observé, cher PH. Comme quoi il faut rien croire de ce que je raconte.

Écrit par : Estèbe | 29/06/2010

Jésus transforma de l'eau en vin à Cana,Sieur Estèbe,plus modeste transforme du séré bio de la Coop en ricotta,manifestement y boxent pas dans la même catégorie !!!

Écrit par : pascal henry | 01/07/2010

Les commentaires sont fermés.