02/12/2010

Le silence des St-Jacques (en croustillant aux cèpes compotés)


Bonjour, les bivalves rieurs

DSC03789-1.JPG

Le règne animal est un enfer plein de sons épouvantables. Oui, Madame. Le bouc béguète. Le bélier blatit. Le dindon glougloute. La souris chicote. L’alouette turlute (mais pas tous les soirs). La caille pituite. La belette belote (et rebelote et dix de der). La pintade cacabe. La chauve-souris grince. Le sanglier grumelle (même quand il est de bon poil). Sans oublier la huppe qui pupule. Ni la mésange qui zinzinule. Sacré cacophonie.

DSC03784.JPGEt la coquille Saint-Jacques? Ben, elle ne dit rien. Rien en tout cas d’audible pour nos esgourdes humaines. Car parfois, quand elle se pense seule, la Saint-Jacques chante à tue-tête et d’une voix très fausse: «Tous les bivaaaaalves de mon âge/savent ce c’est d’être mollusqueux/et la vaaalve dans la vaaalve…» C’est là, qu’en général, sa voisine, l’acariâtre anémone de mer, lui hurle un truc désagréable. Genre: «Ferme ta coquille, tu l’ouvriras au dessert!»
La St-Jacques étouffe une larme. Et replonge dans son mutisme légendaire.

Bref, pour se mitonner des croustillants de St Jacques aux cèpes, il nous faut de la pâte phyllo, des bolets – ou cèpes - secs en pagaille, du vin blanc, du gingembre frais, deux noix de St Jacques dodues par personne et du beurre fondu.

Immergez une heure les cèpes secs dans un verre d’un bon vin blanc. Emincez grossièrement les champignons avec des ciseaux. Tchic, tchic, tchic. Au fond d’une casserole, faites fondre une échalote et un rien de gingembre frais haché dans une noisette de beurre. Ajoutez les bolets, le vin et un petit morceau de sucre. Laissez compoter toux doux jusqu’à évaporation du liquide. Quand les champis sont tout tendres, assaisonnez et réservez.

Déposez une grosse motte de beurre sur le radiateur (oui, dans une coupelle, banane).

Rincez puis colorez les St Jacques à feu furax. Une minute de chaque côté. Assaisonnez. Réservez.

Dans les feuilles de phyllo, découpez avec d’infinies précautions des carrés d’environ 15,2cm de côté.
Au pinceau, badigeonnez-les de beurre fondu, en insistant sur les coins et diagonales.DSC03782.JPG

Déposez au centre de chaque carré un petit pouf de cèpe. Installez la St-Jacques dessus. Puis pliez la feuille façon aumônière en appuyant bien entre deux doigts pour joindre les coins.
Passez l’extérieur au pinceau beurré sans trop insister non plus.

Puis faites dorer au four (préchauffé à 180°), six-huit minutes, jusqu’à bronzage inspirant.
Servez presto avec une petite verdure rigolote, en chantonnant un air yéyé millésimé. Par exemple: «Vous les coquilles je ne vous oublierai jamais, di doua di di doua di dam di di dou»

A plouche

Commentaires

Ta recette me donnerait plutôt envie de leur chanter du Gainsbourg.
http://www.youtube.com/watch?v=HAWoieVakK0
Mais c'est peut-être un peu trop facile...

Écrit par : véro | 02/12/2010

mais avez vous déjà entendu le cri de la taupe en pleine nuit ??

je rêve à chaque nouvelles recettes
formidaaaaaaaable
et j'adoooooore les couleurs de ce plat
merci

Écrit par : karloon | 02/12/2010

Le chameau blatère et Estèbe déblatère

Mais bon on a l'habitude et comme ça à l'air bon (comme à chaque fois, mais comment y fait?) on lui pardonne.

Écrit par : Marcolino | 02/12/2010

Oui, oui... et la fourmi croonde et le puma terne et le matou louse

Écrit par : Yves | 02/12/2010

La St Jacques dans un jardin, au milieu de l'herbe coupée de la saison, ben elle composte elle...

Écrit par : docadn | 02/12/2010

Yves, hum... petite forme? Rien de grave?
Docadn, c'est malin, maintenant on a une odeur de pèlerin en décomposition dans le pif.

Écrit par : Estèbe | 02/12/2010

Et l'Estèbe, qu'est-ce qu'il fait? Des saint-Jacques muettes pour mamina. Merci l'ami.

Écrit par : mamina | 02/12/2010

Je fais comment pour le beurre ? j'ai le chauffage au sol !

Écrit par : Youra | 02/12/2010

Je crains que vous ne deviez le couver.

Écrit par : Estèbe | 03/12/2010

J'apporte ma pierre (ou plutôt mon bruit) à cette cacophonie... à chaque fois que nous prenons en main un oeuf, on n'oublie pas de se dire que la poule a claqueté juste avant de le pondre, puis caqueté en pondant et enfin crételé après nous avoir offert ce que l'on tient dans la main...(Cf feu Richard Jorif)
Merci pour ton petit mot...
Bon week-end helvète, pour nous,ce n'est pas Saint-Jacques mais c'est "Saint-Nicolas", le sapin, les cadeaux...Mais surtout le vin blanc chaud...

Écrit par : Olivier | 03/12/2010

Notre adresse nous l'interdit. Paraît que ça fait redondant.

Écrit par : rose chiffon | 03/12/2010

Le portrait de vot' St Jacques... Un vrai chemin de croix. Dur. En même temps, par les temps qui courent en Helvétie, vaut mieux se tenir à carreaux.

Écrit par : Bil | 04/12/2010

à défaut de caqueter la coquille cocotte rudement bon chez vous.

Écrit par : Camille | 05/12/2010

Les commentaires sont fermés.