25/01/2011

La picole de naguère en deux images

Coucou,

Aujourd'hui, un petit cours d'histoire sociale en images. On sait que vous aimez ça, les images.

A l'aube du XXe, la question de la picole divisait déjà passablement la populace occidentale.

Ci-joint, la ravissante photo d'une ligue antialcoolique autant que féminine, millésime 1909 (ça donne soif, non?).

clip_image001.jpg

Et une pub diététique en couverture d'un almanach routier peu ou prou de la même époque.
Boire ou conduire? Les deux mon Général!

vin.jpg

 

Voilà un vrai débat. Un choix cornélien, voire. Comment vivre jusqu'à 100 ans sans jamais s'abandonner dans les bras d'une militante au minois gracieux?

Tchou!

PS. Demain, cours de physique cantine.

Commentaires

Bon, à la fois je n'aime pas trop les liqueurs, c'est trop sucré. La bière, le vin et le whisky me conviennent mieux. Et en plus je ne touche presque jamais d'ours: ils sont un peu trop colériques à mon goût et pas assez calins au lit. C'est vrai qu'il y avait certainement plus de plantigrades (et donc des "ours faciles") il y a un siècle et que les liqueurs étaient à la mode, mais quand-même, je me pose des questions sur la santé mentale de nos ancêtres...

Écrit par : Fufus | 25/01/2011

Moi non plus je ne croise pas souvent d'ours :) J'ai du relire deux fois ^_^. J'adore ces vieilles affiches.

Écrit par : Anne | 25/01/2011

Comme quoi le temps passe et les contradictions restent ... Les militantes ont des mines formidables !

Écrit par : Claire | 25/01/2011

Très efficace: la première photo donne envie de sombrer dans l'alcoolisme. Le deuxième de s'en sortir avant de devenir gâteux.

Écrit par : Yves | 25/01/2011

Pourtant c'est bien vrai tout ça,
mon grand père qui buvait du vin comme un bébé boit du lait est mort à 65 ans d'une cirrhose du foie! Pile dans la moyenne.
Ma pauvre grand mère qui ne buvait que de l'eau a vécu jusqu'à 85 ans.
Ainsi moi qui boit eau et vin, mais jamais de lait, j'espère tenir jusqu'à 75 ans!
Et statistiquement si on met du lait dans son vin... on devient centenaire?
Ou vice versa...
Ou pas.

Écrit par : @ick | 25/01/2011

vintdjiou , quelles chetrons sauvages, ça fout le trac!!!
j'vois pas comment nos arrières-arrières pépés pouvaient oser les embrasser sans être complètements beurnazés . faut dire qu' à l'époque y'avait de sacrés mâles (on ne disait pas sévèrement burnés mais drôles de poilus). Un tel courage, ça explique Verdun , à moins qu'ils préféraient partir au Chemin des Dames qu'affronter celles de l'arrière.
enfin c'est réjouissant de voir qu'il y avait déjà des pubs qui allaient à l'encontre de leur objectif.

Écrit par : zebulon | 26/01/2011

ça me fait tout chose de retrouver cette bonne vieille affiche. Merci. En kdo retour je vous fais suivre une pub dans la même veine.

Écrit par : Bil Murche | 26/01/2011

Une copine, née dans la Champagne, m'a affirmé qu'elle en avait bu ( du champ ) dans son biberon, pour fêter son baptême; c'était obligatoire!!! et gage de longue vie.
Autres temps, autres moeurs...comme disent les vieux schtroumpfs.

Écrit par : Marie-Hélène | 26/01/2011

Avec leurs drôles de têtes, les militantes anti-soif ne risquent probablement de ne pas voir la bête tous les soirs.

Écrit par : Anne-Laure | 27/01/2011

AL: jolie expression que voilà.
MH: Ah, de la roteuse dans le bib, ça c'est de la pédiatrie de caractère!
Bill. Bien reçu, bien rigolé.
Zébulon: une nouvelle interprétation de la 1ère guerre mondiale. Trop fort.
Eric. Pas si simple hélas, on a vu des buveurs de lait écrabouillés très jeunes par des chauffards bourrés. Autant picoler.
Fufus. Parfaitement bilingue, bravo!

Écrit par : Estèbe | 27/01/2011

féministe, oui mais aux lèvres humides de bon vin rouge; où as-tu dégoté ces chefs d'oeuvre?

Écrit par : garrisson | 29/01/2011

Très bonne question de garisson. Personellement les deux me font peur

Écrit par : sylvie | 29/01/2011

Les commentaires sont fermés.