03/02/2011

Le lecteur bougon et la longeole en croûte

DSC03943.JPG
Pour faire une longeole en croûte, on se paye une bonne longeole.
C’est quoi une longeole?, gémit légitimement le lecteur extra-lémanique, peu au fait des charcutailles de terroir.
C’est ça
, qu’on lui répond en créant presto un lien hypertexte vers un billet savant.

Bref, pour faire une longeole en croûte, on se paye une bonne longeole que l’on fait cuire à eau frémissante deux plombes.
Tu crois que j’ai deux heures à perdre?, s’indigne légitimement le lecteur surbooké, haletant et stressé, dont le déo a lâché depuis l’aube.
Oui, qu’on lui répond. Et toc.

Bref, pour faire une longeole en croûte, on se paye une bonne longeole que l’on fait cuire à eau frémissante deux plombes, avant d’ôter le fin boyau qui l’emmitoufle.
Un boyau emmitouflant? Mais t’as fumé la moquette?, persifle légitimement le lecteur allergique aux licences lexicales du Dr Slurp.
On fume quoi qu’on a envie, qu’on lui répond, en allumant un gros joint de géranium.

Bref, pour faire une longeole en croûte, on se paye une bonne longeole que l’on fait cuire à eau frémissante deux plombes, avant d’ôter le fin boyau qui l’emmitoufle, de la sécher soigneusement avec du papier absorbant et de la cacher entièrement dans de la pâte feuilletée, soudée avec les mimines.
Et elle sort d’où ta pâte feuilletée?, s’étonne légitimement le lecteur attentif aux coups de théâtre de la présente recette.
De la supérette, banane, qu’on lui répond en lui coulant un sourire dédaigneux.

Bref, pour faire une longeole en croûte, on se paye une bonne longeole que l’on fait cuire à eau frémissante deux plombes, avant d’ôter le fin boyau qui l’emmitoufle, de la sécher soigneusement avec du papier absorbant et de la cacher entièrement dans de la pâte feuilletée soudée avec les mimines. On oint alors au pinceau la pâte de jaune d’œuf battu et on cuit le tout une demi-heure au four préchauffé à 180°.
T’aurais pas pu prévenir plus tôt qu’il fallait préchauffer le four ?, grogne légitimement et derechef le lecteur, qui décidément commence à nous courir velu sur le râble.
Tiens, prend ça, qu’on lui répond, en lui écrasant la longeole en croûte sur le crâne, avec une sauvagerie chirurgicale que l’on ne croise d’ordinaire que dans les films de kung-fu des années 70.

Oui, c'est une recette pleine de violence.

Adios

Commentaires

estèbe, je vous aime.

Voulez-vous m'épouser?

Écrit par : lagirafe | 03/02/2011

Lagirafe, vous vous montez le cou. Mais s'il y a une dote d'or, on peut discuter.

Écrit par : Estèbe | 03/02/2011

Mais enfin qu'est-ce qui se passe ?

Écrit par : rose chiffon | 03/02/2011

La girafe au long cou est tombée amoureuse d'Estèbe, qui a une bonne et grosse longeole, apparemment. Vous arrivez trop tard, Rose.

Écrit par : olif | 03/02/2011

Sacré Olif. Tiens, vous connaissez le coup de l'éléphant dans le magasin de porcelaine?

Écrit par : Estèbe | 03/02/2011

on peut aussi acheter sa pâte feuilletée chez son boulanger préféré qui en fait une super pur beurre plutôt que à la supérette à l’huile de palme hydrogenée et à la farine bourrée d’OGM.

Écrit par : Alain | 03/02/2011

Mmmm, M.Alain est meunier?

Écrit par : Estèbe | 03/02/2011

L'un des billets les plus drôles lu sur ce blog. Trop bien:)))

Écrit par : sophie 13 | 03/02/2011

Ah! c'est bien!
Le lecteur( trice) sadique aime être moqué(e) injurié(e), fouetté(e), de tant en tant!

Écrit par : Marie-Hélène | 03/02/2011

...de temps en temps! (zéro jeu de mots).
Faut que j'arrête les "nicorettes",moi.

Écrit par : Marie-Hélène | 03/02/2011

Rose Chiffon, vous etes rusée, mais je crois que c'est un r que vous vous donnez. Et vous Estèbe, si vous lorgnez sur la dote, réfléchissez au douaire. Quant au lecteur surbooké, il ne vaut pas la chair et la pate pour qu'on lui écrabouille cette unique genevoiserie sur son crane. La bonne chère, c'est pour nous autres qui vous aimons.

Écrit par : Miroir de Saxe | 04/02/2011

Miroir de Saxe, ma chérie, votre pseudo est trop décadent pour que je vous prenne au mot (Rrose est à un autre).

Écrit par : rose chiffon | 04/02/2011

N'est ce pas émouvant les mots d'amour de toutes ces "femmes" (quoi que sur le Net on n'est sur de rien), pour un homme qui sans originalité met en avant sa longeole, qui toute helvète qu'elle soit, reste une grosse saucisse!
Et même pas une petite indication pour le lointain blogueur qui voudrait adapter la recette, avec ses produits du terroir... Montbéliard... Toulouse... Morteau... Sucuk... Knacky...?

Écrit par : @ik | 04/02/2011

Dacodac, lointain lecteur. Il faut viser la grosse saucisse à cuire: diot, Morteau, saucisson vaudois, lyonnais...Tout ça quoi. Voyez l'ambiance.

Écrit par : Estèbe | 04/02/2011

Dois-je me sentir visé?
Signé le lecteur qui n'a pas fini d'enquiquiner ce brave blogueur qui nous raconte des sornettes à longueur de billets et qui mérite donc un coup de machin (inconnu) en croûte sur l'occiput.

Écrit par : Yves | 04/02/2011

dites, la longeole, c'est pas un peu trop mou pour frapper vos lecteurs?

Écrit par : Camille | 05/02/2011

Je ne savais pas que vous aviez une bonne grosse longeole. Voilà qui ajoute à votre charme déjà grand, cher ami.

Écrit par : mamina | 05/02/2011

Ne vous méprenez pas mon tendre estèbe, si je vous convoite c'est uniquement pour votre verve jolie (absence totale de contrepètrie dans ce qui précède)

Écrit par : lagirafe | 05/02/2011

une bonne pâte dotée d'une belle saucisse, c'est mieux qu'une vieille croûte farcie d'un knacki, moijdis.

Écrit par : Louise | 09/02/2011

Les commentaires sont fermés.