05/08/2011

Des filets de perches en salade et des choses sans leur principe (minute philosophique)

Coucou, nous revoilà les copines

L’autre jour (ou était-ce une nuit?) quelqu’un (ou était-ce quelqu’une?) nous disait quelque chose d’assez marrant. Vous noterez en préambule la précision chirurgicale de notre mémoire.

Bref, cet individu s’émouvait d’un des travers de la modernité; laquelle invente en série des choses privées de leur principe.
Ben oui: le café sans caféine, la bière sans alcool, le thé sans théine, le fromage sans matière grasse. Sans parler des chanteurs sans voix, des moralistes sans morale et des gazettes sans gaz. Voyez où ça nous mène. Loin. Très loin.

Le Dr Slurp, soucieux de chevaucher son époque et d’enlacer son temps avec fougue, ne pouvait que créer sur-le-champ une recette épousant cette étrange manie contemporaine. Voilà donc une choucroute garnie sans choucroute ni garniture. C’est fort. Il s’agit en fait d’une salade tiède de perches au citron confit, basilic thaï et amandes rôties, le tout fort habilement rebaptisé.
Quel coquin, ce Slurp!

caille-mignon 018.jpg

Pour deux personnes à nourrir voluptueusement, prévoyez 300 grammes de filets de perche (du Léman, du Titicaca ou du Lac aux Requins), un demi-citron confit, une demi-lime, deux brins de basilic thaï, des amandes et d’autres trucs encore, comme du courage, de l’application et de la dévotion.

Ecrabouillez
les amandes au pilon. Torréfiez-les sans matière grasse à la poêle quelques minutes.

Préparez votre vinaigrette en touillant le demi-citron confit très finement émincé, le jus d’une demi-lime et une cuillère d’huile d’olive. Plus sel et poivre, va sans dire. Goûtez. Il faut que ça soit vif et bon.

Ciselez le basilic grossièrement.

Rincez les filets de perche. Séchez. Puis poêlez-les à feu vif presto dans une noisette de beurre, une minute côté peau, quelques secondes côté chair. Essorez les ensuite sur du papier ménage.

Disposez joliment - ou pas - sur une assiette de faïence. Arrosez de vinaigrette. Coiffez de basilic et d’amandes. Une pincée de fleur de sel. Et paf!

DSC04104.JPGAvec la choucroute garnie sans chou ni garniture, un vin sans raisin eût été idéal. Il y a toutefois des zones extrêmes de la branchitude que notre morale se refuse d’explorer. C’est donc un blanc à base de chardonnay qu’on préconise: un Jurassien grand teint, la Bardette 2004 de Monseigneur Labet. Grand vin. Ça cingle, ça enrobe, ça persiste. Ça te laisse la bouche groggy d’émotion, la papille rêveuse et le goulot vivifié. Parfaitement.

A plouche

PS1. Les vacances? Mmmmm... trop courtes. Bande de veinards: on vous épargne la soirée-diapos.


PS2. Gag final. Comment appelle-t-on un con en surpoids? Un gros con. Warf.

Commentaires

Bonjour ! Permettez-moi une petite remarque. Je me trouvais à l'île Maurice au restaurant avec une amie et, soucieuses de goûter les spécialités du lieu, nous avons commandé un vin de l'île proposé sur la carte. A la table voisine, un monsieur s'est excusé d'intervenir en nous disant: "Est-ce que vous savez qu’il n'y a pas de vignes sur l'île Maurice ?" Évidemment, nous n'y avions pas pensé. Le vin est tout de même venu (il ne m'a pas laissé un grand souvenir) et on nous a expliqué qu'il était fait avec d’autres fruits... sans plus de précision.

Vos articles m'amusent beaucoup, merci, et bonnes salutations.

Christiane Privat

Écrit par : Christiane Privat | 05/08/2011

Aaaaah, enfin ! Le docteur slurp nous manquait !
Bonne reprise :)

Écrit par : Louise | 05/08/2011

T'as bougé, recommence.

Écrit par : rose chiffon | 05/08/2011

Tellement exigeante, Rose. C'est l'âge.

Écrit par : Estèbe | 05/08/2011

Quelle est joilie cette assiette creuse en faïence au décors bleu mourant. Longwy ? Sarreguémines ? Lunéville ? Et ces perches a la peau irisée, du lac Okeechobee ? Et ce citron confit qui s'allie a la robe du chardonnay des cotes du Jura que vous avez choisi ! Quelle harmmonie pour votre retour bienvenu et feté.

Écrit par : Menetru de Pupillin | 05/08/2011

C'est marrant, l'autre soir, j'ai mangé une salade tiède de perches, citron confit, basilic thaï, amandes rôties, sans filets de perche, ni citron confit, ni basilic, ni amandes. C'était délicieux. La Bardette 2004 qui ne l'accompagnait pas également.

Écrit par : olif | 05/08/2011

Ah ben ça va me changer de l'axoa (j'adore ça hein, c'est pas la question, mais en 15 jours au Pays Basque j'ai dû en manger 10 fois). Sinon, le (la?) bonite, tu connais ça comme poisson Doc?

Écrit par : Stéphanie | 07/08/2011

Ouf ! Estéban 1er nous est revenu !
Je ne résiste jamais devant une bonne sauce aux câpres sans câpres, c’est pas cher et c’est achement bon.
Je ne résiste pas non plus à vous donner cette recette de la France profonde :

http://baladin69lyon.blogspot.com/2007/10/recette-la-sauce-aux-cpres-sans-cpres.html

Écrit par : Benoît Marquis | 07/08/2011

Olif, dans le mille. Stéphanie, c'est du thon mucho bonito. Benoit, dac o dac!

Écrit par : Estebe | 07/08/2011

Super ton cassoulet!

Écrit par : sophie 13 | 07/08/2011

Heu… Oups… La Darbette de Sonmeilleur Balet peut-elle aussi se choir le soir sans limésille ?

Écrit par : Benoît Marquis | 07/08/2011

La perche du Titicaca, n'est-ce ce que l'on appelle aussi pas une brosse pour WC?

Écrit par : Anne-Laure | 08/08/2011

Anne-Laure, c’est le manche seulement, la brosse sert de condiment.

Écrit par : Benoît Marquis | 08/08/2011

Avec un peu voire beaucoup de retard! j'aurais voulu avoir une précision sur votre article, le blog est il toujours d'actualité ? Merci de répondre à mon commentaire!

Écrit par : comparateur assurance moto | 15/02/2014

Les commentaires sont fermés.