04/09/2012

Mon premier n’est pas très malin; mon deuxième n’est pas très malin

Bien le bonjour, les gens

DSC04415.JPG

Ah, ah, bande de petits coquins, vous aimez les charades? En voilà une, drôlement spirituelle et un tantinet familière, qui provoque, d’ordinaire, des gloussements nourris dans les salons.
Bon, allons-y. On se concentre.
Mon premier n’est pas très malin.
Mon deuxième n’est pas très malin.
Mon troisième se dit quand il fait froid (en se frottant l’avant-bras gauche avec la main droite, ou l’inverse).
Mon tout est une plante rampante de la famille des cucurbitacées, cousine donc de la calebasse, du melon ou de la courge, originaire d’Inde, dont le fruit oblong se grignote depuis des siècles. Et même avant.
Votre langue au chat?
Ben, c’est le concombre.
On s’explique (Est-ce vraiment nécessaire? Quelqu’un pourrait-il le faire taire? Il nous prend pour des bonobos?)
Mon premier n’est pas très malin… c’est un con (désolé de dire un gros mot, c’est pour éclairer la charade).
Mon deuxième n’est pas très malin… c’est un con (désolé encore, mais la charade répète ledit gros mot).
Mon troisième se dit quand il fait froid… c’est brrrrr.
Mon tout, c’est donc le con-con-brrrrrr.
Hilarant, non?
Bon, voilà une soupe glacée de concombre apéritive autant que tonique, aux herbettes, radis, gingembre et Pastis. Le genre de truc à avaler quand il fait 40°, ce qui n’arrivera, vu l’état déjà dégénérescent de l’été 2012, pas avant une grosse dizaine de mois.


Pour quatre personnes joueuses.

Pelez un concombre. Mixez-le avec une giclette d’huile d’olive, quatre feuilles de coriandre, quatre feuilles de basilic et quatre feuilles de menthe, une bonne giclée d’huile d’olive, une petite gousse d’ail, un demi-orteil de gingembre frais, un doigt de pastis, une cuillère à soupe de crème fraîche, une pincée de piment, une pincée de sucre, sel et poivre. Mixez donc. Encore et encore, jusqu’à obtention d’un breuvage vert tendre et gentiment fluide. S’il le faut, ajoutez un peu d’eau. Evidemment, il s’agit ensuite de rectifier à mort, selon humeur et affinités. Hop, expédiez au frigo.
Détaillez enfin quelques radis en dés nains, ou en micro rendelles, dont vous saupoudrez chaque bol avant de servir. Racontez la charade. Et riez aimablement avec les convives. Hi, hi, hi, vous alors!

Tchou

Commentaires

Merci Estèbe: une recette simple,rafraichissante voire glaciale ; l'été va enfin commencer en Bretagne , Météo France prévoit 27° la semaine prochaine, autant dire la canicule !
Hi, hi !

Écrit par : Marie-Hélène | 04/09/2012

Il y a une rondelle de radis qui chevauche l'autre, dans le coin, en bas à droite. C'est obscène!

Écrit par : olif | 05/09/2012

Senor Don Hyeronimus, votre plaisanterie et votre recette contiennent plus de jouvence que la source que je croyais avoir decouverte et que la lotion de l'abbe Soury. Et, entre Manche et Baltique, autant de fraicheur que les sandwiches aux concombres a l'anglaise et la salade de concombres a la polonaise, qui, en fait, yam, yam yam, pourraient accompagner, voire suivre, votre soupe.

Écrit par : Ponce de Leon | 05/09/2012

Vive l'obscénité radisesque (rhaaa, dis, sexe ?)

Écrit par : Dnad | 07/09/2012

Manifestement ravis, les radis

Écrit par : Dnad | 11/09/2012

@ Olif, tu n'es pas un un obsédé sexuel tendance catho. intégriste...si ? rassure moi ! :-p

Écrit par : Marie-Hélène | 12/09/2012

Bon! disons que M. Olif aime la rigueur... dans un plat !

Écrit par : Marie-Hélène | 13/09/2012

Écrire un commentaire