31/01/2012

L’histoire charmante de la tourte de bette et de poulet aux accents exotiques

 

Bien le coucou,

DSC04320.JPG
D’aucuns appellent tourterelles les petites tourtes. Et ils ont tort. Car la tourterelle est un animal à ailes. D’autres appellent tourteaux les grosses tourtes. Et ils ont tort encore. Car le tourteau est un animal à pinces.
Mais tant qu’à faire, et pour éviter toute confusion lexicale susceptible d’opacifier les conversations entre gourmets, on se cuisinera ici une tourte lambda, une tourte ni trop petite ni trop grosse, une tourte de 21 cm de diamètre, ce qui n’est pas loin d’être une dimension indiscutablement normale. (Pffff… comment causer pour dire que pouic).

Bref, Madame Sonson nous a récemment mitonnés une tourte de poulet et côte de bettes aux accents orientaux particulièrement tonique, dont on ne peut résister à vous confier l’alchimie ici.

DSC04316.JPG
Pour quatre gulus à table, il faut 400 grammes de blanc de poulet bio, quatre côtes de bettes, 400 grammes de pâte brisée acquise auprès d’un artisan honnête (si possible), quatre brins de coriandre, un doigt de gingembre, une cuillère à soupe de mascarpone, une cuillère à soupe de pignons, une lime, du piment, trois œufs, deux doigts de patience et d’autres choses encore.
Emincez le poulet, arrosez-le du jus de la lime, de gingembre râpé et d’une pincée de piment. Filmez. Laissez mariner une heure au frais.
Faites griller les pignons à la poêle. Réservez.
Faites suer une échalote et une demi-gousse d’ail hachées l'une et l'autre dans une giclette d’huile d’olive. Ajoutez les côtes de bette taillées en mini lanières et le poulet. Assaisonnez. Laissez cuire un bon petit moment à feu pépère, en remuant gentiment.
Pendant ce temps, battez au fouet deux œufs et le mascarpone. Assaisonnez. Hors du feu, ajoutez l’appareil dans la poêle avec les brins de coriandre ciselés. Touillez.
Abaissez enfin la pâte d’un roulis de rouleau mâle et conquérant. Réservez un tiers pour le chapeau. Chemisez avec le reste un moule à bords hauts (une tourtière même), préalablement et dûement beurré. Faut que la pâte remonte jusqu’en haut, va sans dire.
Versez la farce dedans (ben oui…). Soudez le couvercle de vos petites mimines habiles. Badigeonnez de jaune d’œuf. Faites même un dessin atchement joli avec l’excédent de pâte si votre muse vous le souffle. Puis enfournez une vingtaine de minutes à 180°, que dore la tourte.
Après ça, il faut tout manger très vite, sans respirer, en faisant des bruits dégoûtants avec sa bouche.

A tout soudain