20/11/2008

La lutte des classes vineuses en deux dégustations

DSC01443.JPG

Camarades, bien le bonjour

Attention, pensée subtile: le monde de la viniculture ressemble étrangement au monde tout court. On y croise de pauvres hères au seuil de la mendicité, une classe moyenne d’artisans laborieux, et quelques gros bonnets pleins aux as. Qui ne crottent pas souvent leurs mocassins à glands dans les vignes boueuses.
Si vous avez aimé la lutte des classes, ne ratez pas la lutte des caves.
Tiens, deux dégustations récentes pour illustrer ce propos brillant.

Scène n°1. Verticale d’une giga prestigieuse propriété bordelaise (initiales HB, comme les crayons à papier, comme Harry Botter, le betit magicien) dans un palace genevois. Votre scribouillard s’est retrouvé là un peu par hasard. Et il remercie Saint-Bacchus de pouvoir enfin humer ces vins de légende, dont chaque bouteille vaut à peine moins que le PNB du Congo.
Assistance en costard. Conférencier aimable, au baratin sévèrement marketté. Allez hop, on renifle nos verres. Ça sent un peu l’écurie. Mais d’autres choses aussi. En bouche, c’est balèze, enfin pas tous les millésimes. Plutôt élégant, enfin pas tous les millésimes. Trop chaud. Notre voisin de dégustation, un jeune col blanc au sourire carnassier et au pouvoir d’achat apparent, tapote sur son I-Phone, en nous glissant des commentaires œnophiles vaguement sexistes. On hoche la tête, poliment. Avant de rerenifler nos verres. On ne pige pas. On cherche la grandeur, la majesté, la singularité qui explique la réputation et les tarifs himalayens pratiqués par la maison. On ne pige pas. On se sent tout couillon. On déprime même un brin.
Rideau.

DSC01442.JPG
DSC01444.JPGDSC01447.JPGDSC01446.JPG

Scène n°2.

Verticale du Château de Roquenégade dans une cave genevoise. Roquenégade, belle propriété des Corbières nichée à un jet de grenache de Lagrasse, appartient depuis bientôt 20 ans à un Suisse exilé, Frédéric Juvet, robuste et pittoresque bonhomme aux tarifs singulièrement doux, aux manières simples et à la faconde torrentielle.
Il nous a débouché tous ses millésimes de Corbières, sans planquer les années difficiles, ni les trois dernières vendanges, encore en élevage. Il cause, il brasse de l’air avec ses mains, raconte ses doutes et ses angoisses, ses réussites et ses échecs. Son premier millésime, en 1991, improvisé à quelques jours des vendanges. Les années de grêle. Les années de fête. Sa région d'adoption. Son banquier. Les tâtonnements. Toute une philosophie du vin, doucement fermentée au fil des récoltes.
Les vins? Même vieux d’une douzaine d’années, ils gardent un fruit et un tonus rafraîchissants. Digestes. Epicés. Savoureux. Familiers. Le 91 rigole encore. Les 95 et 98, amples et joyeux avec leurs notes de girofle et leurs tannins terriens, pètent la forme. Et nous aussi, au sortir de la dégustation, tout jouasse d’avoir slurpé des vins sincères. D’avoir rencontré un vigneron avec de vrais morceaux d’humanité dedans.
Rideau.

Un peu simpliste et verbeuse la démonstration, non?
En tout cas, on a choisi notre camp.

Définitivement.

Amitiés

PS. La verticale (la seconde, la sympa) analysée d'une glotte savante. C'est à lire ici.