12/08/2008

Les trois petits joufflus farcis à la slurp

Comment que ça va?

 

DSC01044.JPG

Sur l’étal de la maraîchère, ces trois-là nous ont illico paru bonnards. Trois petits joufflus aux museaux rigolards. On aurait dit des compères prêts à aller faire la java au coin des zincs. Remarquez, ils sont bien allés faire la java, mais au four, farcis à la slurp.
Tout ça pour exhiber au nez d’un monde incrédule nos petits farcis de saison, aux deux viandes et épices syncrétiques. Ça, c’est du bel intitulé de plat qu’on dirait du Bocuse.

DSC01057.JPG


Munissez-vous donc de bœuf haché et de chair à saucisse (compter 48 grammes par légume à farcir). Ainsi que de courgettes rondes (ou rondini), de petites aubergines rondes et de tomates. Rondes itou, les tomates. Coupez-leur à toutes le béret, extrayez la pulpe à la petite cuillère, en évitant le carnage. Réservez.
Puis faites précuire les légumes ainsi évidés au four à 150°, d’abord les aubergines. Puis au bout de sept huit minutes, les courgettes. Pas les tomates. Quoi «pourquoi»? Le premier qui m’interrompt encore, il file chez le proviseur.

DSC01053.JPG


While my aubergine and courgette gently weep, attaquez-vous à la farce, en hachant la chair des légumes tout en faisant revenir à la poêle les viandes dans un peu d’huile d’olive. Ajoutez le hachis légumier. Puis aromatisez le tout de sel, poivre, sumac, kamoun, romarin, thym et piment d’Espelette (notez le babélisme de l’assaisonnement). Goûtez. Faut que ça fasse twister la papille. Laissez refroidir. Et liez cette bonne farce avec un œuf.
Quand les légumes sont tendres, farcissez-les. Posez les chapeaux sur leurs têtes hilares. Et renfourner dix minutes.
Et voilà, nos trois petits potes tout parfumés, tout jouasses, tout chauds (mmmm… rarement on a pondu chute aussi niaise; ça vole bas chez Dr Slurp; si ça continue, on va trouver du pétrole)

DSC01054.JPG


Adios!

PS: Pour une raison dépendante de notre volonté et grâce aux acquis sociaux qui nous permettent depuis 1936 (merci Léon Blum) de nous soustraire quelques jours par an à la machine à broyer l’âme qu’est le monde du travail, Top Slurp va se taire une dizaine de jours. Oui, je sais, Eliane, c’est long. Mais on rira à nouveau sous peu (à l’oignon).