21/01/2010

La nuit des longs couteaux (gentiment acidulés et gratinés aux amandes)

 

Bien le bonjour, les surfeurs bivalves

 

DSC02930.JPG

Tiens, une petite histoire drôle en guise de préambule.

C’est deux œufs qui s’ennuient au frigo.
Le premier entame la conversation:
-    T’as une drôle de tête, toi
-    Mmmmm
-    Oui, t’es tout sombre, fripé avec plein de poils

A ce stade de la boutade, beaucoup d’entre vous craignent le pire, vu la réputation sulfureuse, libidinale même, et probablement méritée, de ce blog. Ben, ils se mettent le doigt dans l’œil.


On reprend. Le premier œuf, donc, dit à l'autre:
-    Oui, t’es tout sombre, fripé avec plein de poils
-    Normal, idiot. Je suis un kiwi.

Lol de chez lol

Sans transition passons au couteau, ou manche à couteau, qui n’est autre que cet amusant mollusque bivalve, qui se planque dans le sable comme un trouillard et qui forme l’ordinaire des pêcheurs à pied futés. Malgré son physique ingrat et son Q.I. notoirement bas, le couteau est un interlocuteur intéressant à table, particulièrement dans cette recette que l’on a baptisé avec simplicité "manches à couteaux du littoral, acidulés à la canaille et gratinés aux amandes". Quoi, tu pleures de rire?

DSC02932.JPG



Comptez trois quatre couteaux par gulu. Rincez à l’eau claire plein de fois. Et tâchez d’ouvrir les coquillages avec vos deux pouces, sans briser la coquille (tu me brises, la coquille, toâ). En cas d’échec, plongez les bestioles quelques minutes dans l’eau frémissante.
Extrayez donc prudemment l’animal de sa planque, virez la poche intestinale et les filaments. Puis émincez en minirondelles de 6,4 mm. Rincez à grande eau.
Puis touillez avec un filet de citron, une grosse lichette d’huile d’olive, une pincée de piment d’Espelette, une pincée de poivre de Sichouan et une cuillère de gingembre frais haché. Laissez macérer au frais.
Tiens, pendant ce temps, nettoyez donc quelques coquilles qui serviront d'écrins. Et allumez le gril à donf', en glissant la grille en haut du four.
DSC02838.JPGJuste avant le miam, garnissez les coquilles avec la chair acidulée, coiffez d’amandes émincées, salez mollo à la fleur de sel et laissez gratiner cinq minutes.
La nuit des longs couteaux, tu le sais bien, il faut boire du vin. Blanc, le vin. Jurassien, croquant, lutin, nature et vif comme la marée au Mont St-Michel. La cuvée «100% Rien que du fruit» de Fanfan Ganevat par exemple, qui cache dans un coin de son étiquette une recommandation pour le moins culottée, discriminante même… (clic ci-dessous to enlarge)
Tchou!