04/11/2011

L'effilochée de haddock et l'anorexie de Tintin

Bien le bonjour

crabel.jpg

Non, non, non, bande de bachi-bouzouks. N’allez pas imaginer que c’est le dernier blockbuster de Steven Spielberg qui nous a inspiré cette salade de haddock aux machins exquis qui picotent en bouche. Non, non, non. D’abord, on n’a pas vu le film. Pas encore. Jamais peut-être même. C’est que pour cet idiot de Dr Slurp, un bon Tintin est un Tintin en mouvement. Et donc sur papier. Car jamais Tintin n’est aussi leste, vif et speed que sous le Bic d’Hergé. Quand Tintin s’anime pour de bon, à l’écran donc, ben, il nous devient tout mou. Vous suivez?

haddock.jpg

Et puis, on voit mal pourquoi il faudrait causer de Tintin sur un blog à manger. Car on ne mange guère chez Tintin. Ça bâfre dur chez Astérix, ça boulotte dru chez Lucky Luke, ça boustifaille chez les Schtroumpfs, ça boulotte gentiment chez Spirou & Fantasio. Et à Moulinsart ? Ceinture ! Il y a bien un vague casse-dalle au Tibet. Milou pique des saucisses à bord de l’Aurore. Haddock picole ça et là, voire plus. Mais s’éclater pour de vrai à table, se cajoler le burlingue et se câliner la gidouille, jamais de jamais. T’y crois, toi? Hergé a vendu 230 millions d’albums avec des héros qui becquettent que pouic! De quoi classer les aventures du petit reporter au rayon des anorexigènes les plus retors.

figues-champis 011.jpg

Où qu’on en était ? Ah, oui : l’effilochée de haddock au radis noir, avocat et piment. Soit une petite entrée drolatique et stimulante pour quatre personnes, qui exige un bout de radis noir, un petit piment rouge, un avocat mur (Maitre Vergés par exemple), 120 grammes de haddock (soit l’aiglefin fumé), une branche d’oignon frais, un citron vert et deux branches de persil. Vamos!

Effilochez sans acharnement le haddock, en virant la peau. Taillez un petit bout de radis noir en mini mini cubes. Emincez l’oignon et le piment en fines rondelles. Ciselez le persil. Touillez une vinaigrette généreuse et corsée : huile d’olive + jus de citron + deux gouttes de vinaigre.
Juste avant le miam, détaillez l’avocat en cubes. Dans une jatte, salez, poivrez et mélangez le tout sans faire de carnage. A l’orée d’une soirée chic, on pourra répartir l’effilochée dans des verres à whiskey pour faire urf. A l’orée d’une soirée pas vraiment chic, on pourra s’en abstenir. Jeter le saladier sur la table. Et contempler le spectacle désolant des convives qui se ruent sur le haddock en poussant des jappements d’olibrius.

A pluche

06/01/2011

Amour, papouilles, haddock et lentilles

Bien le bonsoir tout le monde

DSC03861.JPG

Alors que la nouvelle année s’ébroue gentiment et que l’hiver sévit méchamment, le corps humain a trois besoins impérieux. Oui, trois. C’est là une réalité à la fois médicale et statistique, qui a fait l’objet de maintes publications dans des revues indiscutables telles que le Chasseur Français, TGV Magazine ou le Petit Berrichon.
Le corps humain donc, début janvier, il veut du fer, de l’amour et des chatouilles. Nos organismes, voyez-vous, sont des machines complexes mais délicates, qu’il faut soigner aux petits oignons. Comment leur procurer fer, amour et papouille, me direz-vous? Ben, en leur servant des lentilles, la seule légumineuse au monde susceptible de combler ces trois aspirations métaboliques autant que saisonnières. Ce qui tombe plutôt bien. Car voilà une salade de lentilles au haddock, cerfeuil et raifort. Quel hasard formidable! Pinch me, i’m dreaming.
(A-t-on déjà vu préambule à ce point niais?)

Pour réaliser la chose, il nous faut un bon morceau de haddock, qui est donc le nom de l’aiglefin quand il est fumé et donc prêt à la mastication. Il nous faut aussi 50 grammes de lentilles vertes par bouche à nourrir, un bouquet garni, un demi-bouquet de cerfeuil, une branche d’oignon frais, une grosse carotte, du raifort râpé en pâte, de la crème fraîche et c’est à peu près tout.

Rincez les lentilles et balancez-les dans un faitout avec deux fois leurs poids en eau. Ajoutez le bouquet garni et la carotte taillée en brunoise (soit en micro dés). Laissez glouglouter 20-25 minutes, jusqu’à ce que la lentille s’attendrisse mais ne s’effondre guère.

DSC03841.JPGPendant ce temps, émincez l’oignon en rondelles, effeuillez le cerfeuil et escalopez le haddock en très fines lamelles à l’aide d’une lame atchement affûtée.

Pour la vinaigrette enfin, touillez jusqu’à émulsion satinée et corsée une cuillère à soupe de crème fraîche, trois cuillères à soupe d’huile d’olive, une cuillère à soupe de vinaigre de Xérès et une cuillère à café de raifort. Dans cet ordre ou pas. Assaisonnez avec ferveur. Goûtez. Rectifiez. Regoûtez, etc.

Egouttez les lentilles, virez le bouquet garni, laissez tiédir, puis mélangez le tout dans un saladier, après avoir débouché La Bégou 2009 de Maxime Magnon, un blanc des Corbières racé et formidable, au bouquet explosif et à la chair fraîche, qu’on adorerait même se noyer dedans la cuve.

Amour et papouilles

02/09/2008

Mangue + Haddock + Menthe + Piment = BOUM!

Coucou(lis)

 

DSC01093.JPG

Tiens, l’autre jour, voilà qu’un maraîcher nous file une mangue. Et paf. Une mangue donc, pas une mandale, ce fruit exotique à la chair orangée qui t’emmitoufle la papille d’une douceur irrésistible autant que tropicale. Et comme on avait - au préalable - glissé dans notre cabas un joli bout de haddock, soit le nom de l’aiglefin une fois fumé, ben, on s’est mis à échafauder dedans notre for intérieur une recette digne du plus branchouille des estaminets de Paname. Une recette à ce point pouet pouet urf urf, qu’elle pourrait nous valoir les lauriers de la confrérie du Fooding et une accolade de Cyril Lignac.
Tout ça pour vous exhiber avec une impudeur rare cette salade pimentée et mentholée de mangue au haddock. Ça vous laisse sans voix? Ressaisissez-vous. Et attendez seulement que retentisse le clap de faim.

Pour trois dentiers à table, prévoyez 200 grammes de haddock, un bouquet de menthe, un thé de menthe, une lime, un oignon frais, un petit piment vert bien picotant, et une mangue donc.
Pelez et émincez la mangue en cubes.
Faites pocher cinq minutes le haddock dans un thé de menthe corsé (filet qui se tortille dans son bain bouillant que c’en est émouvant).
Emincez l’oignon et le piment. Hachez huit brins de menthe. Pressez la lime et émulsionnez avec une cuillère et demi d’huile d’olive. Au fond d’un saladier, effilochez le poisson du bout des doigts. 
Puis mélangez doucement avec tout le reste. Poivrez. Mais gare au sel. Le haddock est déjà bien pourvu de ce côté-là.

haddock_v.jpgQuestion breuvage, l’affaire est ardue. Car voilà un plat aux saveurs carabinées (citron + piment + poisson fumé = la tête à Toto toute rouge) qui dézingue rouges, rosés et blancs sans faire de prisonnier. Mais peut-être qu’un vin jaune, fier et cinglant, pourrait lui clouer le bec. Ou un fino de la mort. Voyez, quoi.
Et puis rappelez-vous, pour finir, que sur ce blog, le haddock, on l’aime d’un amour rare et vibrant. La preuve ici, la preuve , la preuve là aussi.

A plouche

02/05/2008

Le haddock mariné au pamplemousse et herbettes sur fond de reggae millésimé

Coucou, les esturgeons

1185637314.jpg

Tiens, une initiative rigolote. Une bande de gais Marseillais vient de sortir une compil de gastronomie électro. C’est un cédé réunissant la fine fleur du boum-boum phocéen, doté d’un livret truffé de recettes. A chaque plat, un morceau. Ils appellent ça «la concordance des sens». David Carreta digitalise ainsi l’aïoli; Say Mare groove dans la daube; Congeoland breakbeate dans l’anchoïade. L’objet s’appelle Cook Sound, il est édité par Actes Sud. Et peut s’avérer idéal pour initier votre neveu tektonicien à la cuisine. Ou votre cordon-bleu de mémé à l’électro.

464187908.JPG

Et pof, vlà une recette osée et coquine de Haddock fumé, mariné au pamplemousse et aux herbes fraîches. Rien à voir en apparence avec ce qui précède, sauf qu’on peut la dévorer en écoutant de la zizique. Par exemple un vieux reggae bien poisseux (liste d’artistes et d’albums contre enveloppe timbrée).

1544194260.JPGDemandez à la poissonnière de vous escaloper le haddock avec son long couteau affûté en longues tranches minces. Puis garnissez votre panier de menthe fraîche et coriande. Sans oublier un pamplemousse, tout rond, tout con.
Coupez un pamplemousse en deux. Pressez l’hémisphère Nord. Et pelez à vif l’hémisphère sud. S’il le faut, corsez le jus d’une pointe de vinaigre et d'une bonne giclette d'huile d'olive.
Hachez menu seize brins de coriandre et de menthe fraîche.
Disposez le haddock sur un plat, arrosez du jus de pamplemousse, ajoutez les herbettes et les quartiers pelés. Poivrez. Mais ne salez guère. Le haddock a tout ce qui faut de ce côté-là. Oubliez au frigo une heure sous un film.
Juste avant le miam, virez le gros du jus. Et débouchez un Chablis naturel de rêve produit par Alice et Olivier De Moor, l’un des rares blancs dégusté récemment à nous avoir expédié au nirvana sensoriel. Un chardonnay lumineux, racé, tridimensionnel, pur, ciselé, gourmand. Et tout ça, quoi. 
Rien que de taper ça sur ce maudit clavier, on en a la muqueuse buccale frétillante.


789175897.JPG

Arrivée d'air chaud

PS: Alice et Olivier DE MOOR, 4 rue Jacques Ferrand 89800 COURGIS E-Mail : alice.olivier-demoor@worldonline.fr
Tél : 03.86.41.47.94. Apprenez ça par coeur; ça peut vous sauver la vie. 

 

14/04/2008

H. Les chairs des mers

678076815.jpg

Parce que le poisson, c'est bon tous les jours, sauf le vendredi

1788715735.jpgMerlu à la cardamome citronnée

Saint Pierre sur confit d'échalotes, beurre de tomates picotant

Filet de rougets, beurre citronné, fèves et carciofi

Cabillaud mariné au sirop de canne

Cabillaud en robe de veuve joyeuse

Cabillaud en croûte de basilic et parmesan

1005411703.jpgPétales de cabillaud au wasabi et lentilles vertes

Rôti de lotte farci à la tapenade

Curry soft de joues de lotte

Joues de lotte au vin jaune

Pageots à l'orange et citronnelle

Lotte dorée aux pousses d'oignon, réduction de poivron

Hamburger au lieu jaune

Raie aux câpres

Tartine de sole, bolets et rouille

1972866093.jpgFilets d'empereur au romarin, lanières de poivron et tomates séchées

Haddock fumé en effilochée

Haddock fumé en gelée d'Espelette

Nage de poisson à l'anis étoilé

Brandade de morue

Haddock mariné au pamplemousse et aux herbes

Boulettes de bacalhau

Pavé de lotte sur millefeuille de légumes