légumes

  • Dame Nature est une fieffée cochonne

    Bonjour, amis jardiniers


    Question. Faut-il interdire l’entrée du potager aux mineurs? Oui, Madame.


    fruitcul3.jpg
    fruitsex-3.jpg
    fruitsex-12.jpg

    Le potager, c’est Sodome +  Gomorrhe + Babylone + le red light district + le quartier de la gare de Vierzon le dimanche soir.

    Le potager, c’est la fin des haricots de la bienséance.

    Amen

  • Le destin des légumes, le patriotisme galopant et l'eau de Mars

    958180113.2.jpg

    Cocorico

    Entre les envolées patriotiques suscitées par l’Euro-Foot et un stress xénophobe ambiant (insufflé par des politiciens crypto-fachos dont on ne citera pas le nom de peur de souiller le clavier), il règne ces temps-ci sous nos latitudes une atmosphère nationaliste, qui refoule dru à nos narines. D’où la lecture rafraîchissante de la récente Fabuleuse histoire des légumes signée de la romancière et journaliste Evelyne Bloch-Dano (ed. Grasset).
    Un traité docte, bref et distrayant, relatant la saga de maintes stars du potager et autres oubliés du marché. Des destins édifiants, plein de rebondissements, d'éclipses et de gloires. On découvre surtout dans ce bouquin-là qu'une bonne part de ces légumes que nous avalons tous les jours, ben, ce sont des… métèques. Des immigrés. Des sans-papiers. Des rastaquouères.
    Le topinambour, la patate, la tomate, le haricot, l’artichaut sont ainsi nés bien loin de nos nombrils. Bon, il y a des natifs dans le troupeau, comme le chou par exemple. Or le chou est con. Discutez pas, c’est une évidence. Ne dit-on pas bête comme chou? Le seul autochtone du lot, ben, il est nigaud. Faudra y penser avant de brandir ses couleurs nationales.

    Cocorico

    PS: Rien à voir. Mais la Nasa diffuse désormais des photos prouvant de façon indubitable qu'il y a de l'eau sur Mars. Clic.

  • L’érotique de l’aubergine et des étoiles aux trous noirs

    Bonjour, les gens

     

    398349513.jpg957485823.2.jpg

    L’exquise autant que Girondine Miss P & P nous ayant récemment invité à dévoiler à la face d’un monde incrédule nos livres de cuisine favoris (ou chouchou), on s’y colle enfin. Et sans faire de chichi.
    La pétulante autant que Gasconne Anaïck nous ayant devancé pour causer de ces chères bouboules comestibles, on a sorti de notre bibliothèque le mirobolant Dictionnaire littéraire et érotique des fruits et légumes de Jean-Luc Hennig (Albin Michel, 1994). Plus de 500 pages pleines d’érudition et de fantaisie, rédigées d’une plume qui fait enrager de jalousie de par son agilité. Et rosir de confusion de par sa coquinerie sans borne. Quiconque a lu ce dico-là ne peut plus soupeser une aubergine ou farfouiller dans du cresson sans éprouver un trouble humide.
    Et tant qu’on en est à gloser littérature, saluons l’arrivée d’un nouveau venu au kiosque, sur l’étagère déjà bien remplie de la presse culinaire. Il s’agit d’Etoile, le magazine du guide Michelin. Qui fait furieusement penser à un mix entre Saveurs et Elle à Table, en un poil plus design et chic. Des adresses, des chouettes photos, des recettes, des reportages et tout ça.
    Signalons quand même que, vu le niveau tarifaire des établissements donc cause le mag, il n’aurait pas fallu l’appeler Etoile, mais plutôt Trou Noir.

    A la bonne vôtre