19/04/2012

Les mirobolantes raviolis aux morilles et l'angoisse préélectorale entre coeur et raison


Bien le bonjours, happy électeurs

 

DSC04369.JPG

L’autre jour, le Dr Slurp s’activait en cuisine, en compagnie de la diligente M’zelle Sonson, à la confection de prodigieux raviolis dont on va vous recauser ci-dessous. Tous deux pétrissaient donc, abaissaient, farcissaient avec componction, alors que la radio crachotait les derniers épisodes de la campagne électorale française.
Rien de palpitant. Sinon ce casse-croûte de luxe organisé par les apparatchiks de l’UMP au Crillon, l’un des palaces les plus chics de Paris. Tarifs himalayens, pour sûr. Cinq ans après un début de règne au Fouquet’s, voilà qui boucle la boucle dorée. Sacré Nico: bling-bling un jour, bling-bling toujours. Du coup, on s’est mis à rigoler doucement sur le plan de travail. M’zelle Sonson nous a alors demandé pour qui on allait voter dimanche. On lui a confié notre indécision, notre valse-hésitation entre la raison et le cœur. Vilain dilemme.
«Mélenchon?», qu’elle a dit un peu plus tard. «C’est rigolo comme nom, j’aime bien.»

DSC04372.JPG

Sans transition comme dirait l'autre, gobez donc la recette de nos raviolis aux morilles et ricotta.
Pour trois indécis à table, il faut 100 grammes de ricotta, 25 grammes de morilles (fraîches pour les chanceux oisifs, déshydratées pour les autres), 300 grammes de farine, trois œufs et deux trois petites choses encore.

La farce.
Rincez plusieurs fois les morilles. Réhydratez-les éventuellement une heure dans de l’eau.
Faites revenir pépère une échalote hachée dans une casserole avec une bonne noisette de beurre.
Ajoutez les morilles. Salez, poivrez, gingembrez. Mouillez d’une giclée de madère. Laissez mijoter.
Emincez grossièrement les morilles aux ciseaux.
Puis, hors du feu, touillez avec la ricotta. Goûtez. Rectifiez. Il faut que ça gazouille dans la glotte.

La pâte.
Dans un saladier, formez un volcan avec la farine. Et dans le cratère du volcan, cassez les œufs. Ajoutez une cuillère à soupe d’huile d’olive et une cuillère à café bien pleine de sel. Liez à la fourchette.
Puis pétrissez de vos blanches menottes jusqu’à obtention d’une boule homogène. Si ça colle, on farine.
Au rouleau, abaissez alors la pâte comme un beau diable. Une fois, deux fois, dix fois, qu’elle se montre aussi fine que le tulle d’un tutu.
Avec un emporte-pièce, découpez ensuite des cercles (une autre école préconise le carré, moins gracieux il est vrai) de 4,72cm (environ) de diamètre. Déposez une noisette de farce au centre de la moitié d’entre eux. Puis coiffez avec le reste des cercles, en collant les parois avec vos mimines préalablement humidifiées.

431119886.JPG1706249242.JPG


La conclusion. Cuisez les raviolis 7-8 minutes à eau frémissante. Humectez-les d’une bruine d’huile d’olive et servez avec un bon parmesan râpé. Puis avalez en songeant à la solitude de l’isoloir.

A dimanche soir, mes camarades