27/06/2008

Rencontre avec des vignerons remarquables

Bien le bonjour, bipèdes joyeux

DSC00753.JPG
Phil Darioli, le nez dans la petite arvine et le sourire aux lèvres. Oui, les deux. 

 

Manière de ne pas rester le croupion coincé devant les fourneaux ou derrière le clavier, on s’en va parfois humer le bon air du vignoble. C’est que, voyez-vous, il y a des gens formidables derrière les ceps. Des gens entiers et hardis, qui vous refilent le goût de l’humanité (goût qui a parfois tendance à fondre avec les premières chaleurs).
Tiens, l’autre jour l’ami Baraou, dit Lolo 1er, est venu nous rendre une petite visite bachique. On a filé en Valais, d’abord chez Darioli, puis chez Abbet. Deux vignerons aux styles antipodiques, quoiqu’également palpitants.

A Riddes, Philippe Darioli fait des vins dans la plus grande tradition valaisanne, des vins d’expression et de terroir, dotés d’une droiture et d’une pureté scotchantes. Sa petite arvine est immense, dans le genre salinité flamboyante; son païen est béatifiable, dans le style tension charnue; son humagne rouge s’avère quasi intimidante de musculature cerisée. On vous passe les liquoreux, qui nous ont laissés babas par leur harmonie et leur puissance. Je te dis oui, Darioli.

DSC00757.JPG
Fin de dégustation chez l'Abbet. Extases, fous rires et pâtes aux asperges.

 


A Martigny, Christophe Abbet, lui, joue à l’alchimiste. Réinvente ses cuvées chaque année, chaque instant. Laisse maturer ses vins des années avant de les mettre en bouteille. Jongle entre oxydation et surmaturité, élevage sous bois et fraîcheur immédiate, au gré de ses humeurs à lui et de celles du raisin. Abbet, c’est le Brian Wilson, le Moebius, le Bunuel de la vigne valaisanne. L’iconoclaste et imprévisible empêcheur-de-vinifier-en-rond. Et rigolo comme tout, avec ça. Il faut se laper une bonne goulée de son «Air du temps» 2003 (Chardonnay + Petite arvine encore en fût) avant de mourir. Et se vider une bouteille de son gamay «les Avasiers» pour entrevoir les possibilités de ce cépage. Quoi d’autre? Ben à propos de son déjà mythique Ambre 2001 (petite arvine + marsanne), on a griffonné sur notre carnet d’une main tremblotante: «sucrosité affriolante, acidité tintinnabulante, équilibre funambulique, longueur phénoménale». Oui, Abbet nous rend leste de la plume.


DSC00912.JPGDSC00957.JPG

Après ça, on est revenu à Genève, pour aller goûter le millésime 2007 des Parcelles de Laurent Villard à Anières. Soit le vigneron le plus charmant du cosmos qui, en outre, propose les meilleurs qualité/prix de l’Hémisphère nord. Ce qui fait beaucoup pour le même homme. Cette année, Laurent a réalisé un duo blanc d’exception: un aligoté et une altesse ciselés et archi glougloutables. Plus un rouge mirobolant: le pinot noir, le meilleur jamais produit par le domaine, au fruit élégant et joyeux, à la texture élancée et gourmande. Des pinots 07 de cette trempe, ça ne court pas exactement les caves genevoises.
Vroum, vroum. On est aussi allé traîner nos Moon Boots chez Sophie Dugerdil à Dardagny, jeune vigneronne aux vins charmants, précis et gouleyants, dont un gamay croquant qui nous titille encore les bajoues rien qu’à y penser.
Avant d’aller déguster la moitié du stock d’un de nos cavistes chéris, le très nature Passeur du vin qui, entre mille trésors, cachait un «Fond de Tiroir» du Domaine catalan Léonine, concentré de soleil, de fruits noirs et de courbes pulpeuses, qui pourrait bien se retrouver dans le très attendu "top 5 pinards 2008" du Dr. Slurp. Parfaitement.

Bye, les aminches

NB: Des fois que ça vous fasse envie, voilà du contact en cascade: Darioli  0796799629; Abbet 0792879733; Parcelles 022 751 01 20; Dugerdil 022 754 02 90; Le Passeur de vin 022 994 20 20.