29/05/2008

Sus aux menus machos!


1761284248.JPG

Salud! 

Tiens une humeur, pour changer. Une humeur féministe même. Farpaitement.
C’est que, l’autre jour, on s’est offert un dîner dans un deux étoiles Michelin à la fois jurassien et top succulent. Et voilà qu’à peine assis à table, on nous refait le coup de la carte sans prix pour la dame. Comprenez que mézigue se retrouve avec les mets dûment tarifés. Pendant que Madame Sonson n’a qu’à imaginer le coût de l’opération. Oui, comme au XVIIIe siècle.
Les nombreux restos qui pratiquent encore ce type de ségrégation ringardissime imaginent sans doute faire preuve de tact. Ben non. Car ils sous-entendent que (rayez la mention inutile)…
1- ces bécasses ne captent rien aux réalités économiques.
2- les clientes sont toutes des semi-mondaines entretenues et dociles.
3- le monsieur invite et la femme n’a qu’à sourire, voire à coucher ensuite.
Or à l’heure moderne d’aujourd’hui, il parait qu’il y a des femmes qui gagnent leur vie toutes seules comme des grandes. Qui savent faire les additions. Et invitent même parfois les mecs à souper.
Et puis, tant qu’on en est au chapitre des vexations sexistes et ordinaires, qu’on arrête aussi de filer la carte des vins au gaillard. Sa nana aussi, elle a le droit de boire une bouteille qui lui plaît.

M’enfin! Voilà. Fin de l’agacement. Ça va mieux en le grognant.



Tchou