18/06/2010

La pelle du 18 juin et les cigarillos aux deux pestos

Coucou, les gars et les filles

harrison_fishers_the_kiss_vintage_valentine_card-p137444473359741379qiae_400.jpg

Vendredi matin, peu avant huit heures. Une humanité fraîchement douchée et pomponnée, rasée ou maquillée, se hâte dans l'aube humide. Les bus se suivent et se vident sur les trottoirs. Pétaradent motos et scooters. Trottinent costards et tailleurs. Au milieu de cette agitation, un couple s'embrasse à pleine bouche. Pas un couple de jeunots, comme dans les publicités. Un couple du troisième âge. Elle a un anorak mauve et les yeux qui brillent. Lui porte une casquette et un cuir fatigué. Ils ont la septantaine bien tassée. Et ils s'aiment très fort. Il lui murmure quelque chose à l'oreille. Elle verse une larme. Et c'est reparti pour un long baiser frissonnant. Les salariés du matin passent devant eux, passent derrière eux, mais ne les voient pas. La galoche dure. Jusqu' à l'arrivée du bus. C'est celui que doit prendre le monsieur. Il caresse les cheveux gris de sa dame, lui sourit doucement. Et monte. Elle reste là, en pleurs sur le trottoir, incapable de détacher son regard du car qui emporte son bien-aimé.
Elle est belle et triste, la pelle du 18 juin. C’était ce matin. On en est encore tout chose d'avoir vu ça.

DSC03294.JPG

Tiens, on va se remonter le moral avec des cigarillos de cochon aux deux pestos: le vert et le rouge. Une recette hilarante autant qu’imparable, pour laquelle il nous faut de petites escalopes de porc, des tomates séchées à l’huile, du basilic, du parmesan, du mascarpone, de la roquette, des pignons et voilà.


DSC03298.JPGLe pesto rouge. Dans le bol du mixer, vroumvroumez les tomates séchées (60 grammes au bas mot), le parmesan râpé (une petite cuillère à soupe), une pointe de piment, une demi-gousse d’ail (la plus fresh possible) et une grosse giclée d’huile d’olive. Goûtez. Rectifiez. Tralala.

Le pesto ver
t. Dans le bol du même mixer, vroumvroumez une bonne poignée de roquette, une demi-gousse d’ail (la plus fresh possible), quelques pignons, une giclée d’huile d’olive et une cuillère à soupe de mascarpone. Assaisonnez. Goûtez. Rectifiez. Tralala.

Les cigarillos
. Au rouleau à pâtisserie, aplatissez les escalopes cochonnes. Tartinez la moitié d’entre elles de pesto vert; puis le reste de pesto rouge. Alouette. Roulez façon crêpe. Fermez avec un cure-dent. Puis faites dorer une douzaine de minutes à feu mezzo dans une noisette de beurre. Assaisonnez. Et paf.

DSC03191.JPGDébouchez enfin une bouteille de vin, rouge le vin, un chinon naturel, super gourmand et joliment gaulé, soit la cuvée «Les Graves» du Domaine Gasnier (que le pote Olif, parangon du raffinement et tsar de la blogougou, il nous a vidé une bouteille en moins de 37 secondes pas plus tard qu’avant-hier, c’est dire) et trinquez à la santé de tous les aïeux qui s’aiment.

Tchou