Le millefeuille de figue, omelette et viande séchée. T'y crois, toi?

 

Salut les lapinous,

Cooooool: revoilà les figues. On voue aux figues une passion dévorante (au sens littéral). Cette chair tendre et juteuse, ces petits grains coquins, cette douceur affolante, et tout, et tout, ben, ça nous rend gaga.

Bref, voilà un petit hamburger de  figues, omelette et viande séchée. Juste pour se distraire. A l'apéro. Ou en entrée. Ou au goûter. Ou à Noël.

 

Nature morte, copyright mèzigue 1er

 

La technique? Débilissime. Battre trois œufs avec véhémence, un peu de lait, une tombée de cayenne et deux petites cuillères de parmesan râpé. Un rien de sel, un rien de poivre. Dans une grande poêle, on dore l'omelette (qui doit être fine comme l'intrigue d'un téléfilm français), tout doux, à l'unilatérale dans un peu d'huile d'olive, un quart d'heure environ. Pendant ce temps, tranchez donc une figue gironde et goûtue en minces lamelles. Puis écornez quelques tranches de viande séchée, de manière à leur conférer une forme vaguement circulaire.

 

A l'aide d'un emporte-pièce (ça fait toujours chic ce genre de formule), détaillez l'omelette en cercles. Et empilez viande séchée, figues, omelette sur deux couches. Evidemment, il reste plein de bouts d'omelette en rab', dont on s'empiffre en douce, à la cuisine pendant que le loup n'y est pas. 
On engloutit ça en s'en mettant partout (ça dégouline dru), avec une salade verte et une bouteille d'Aligoté. Et surtout en ricanant comme un Bossuet.

A bientôt. Et vivement bientôt. 

Commentaires

  • Ah, on voit que monsieur est connaisseur de télefilm français! Mais...quinze minutes pour l'omelette, c'est bien nécessaire? Cela mis à part, je cours illico emprunter des figues sur l'arbre de ma voisine portugaise.

  • J'vais m'en garder un peu pour Noyel ! Courbettes sincères à Mézigue 1er, roi des lapinous.

  • Un quart d'heure, hum... à vrai dire on n'a pas trop zieuté l'horloge. Mais l'omelette avait démarré à poêle froide et à feu doux cool.

  • C'est rude ces bonnes recettes à l'heure où j'ai faim de mon repas de midi, mais qu'il y a encore 2h30 à attendre..... c'est rude...

    J'pourrais tenter le repas psychologique.

    Hum, le goût fin de l'omelette fine, scroutch scroutch
    hum, la douceur des figues, miamm miaim
    chqrouink chqurouinl la viande séchée hum hum

  • Que vient fiche Jacques-Bénigne dans cette histoire?

  • Chez moi aussi, il y a un emporte-pièce aujourd'hui et d'ailleurs, oui, je trouve que ça fait très chic, na!

  • Miam, une recette pareille, j'en ai des frissons partout !
    Il est trop fort cet Estèbe...

  • Ciel de la luxure!
    Terriblement sexy cet entrelacement d'oeufs et de figue et la finesse de la chair lol
    arfffff!

  • Je le crois puisque je le vois!

  • C'est l'omelette Navarro?

  • Si tu savais comme je suis heureuse que tu sois revenu de vacances, toi!

  • L'est flou ta photo. l'émotion, encore?

  • Content de vous revoir aussi, Yves

  • Une petite poêle à blinis (c'est un pléonasme), plus une cuiller-dose pour verser les œufs battus = plein de petites rondelles d'omelette = pas de chutes à gober en catimini (dommage), mais aussi davantage de mille-feuilles…

Les commentaires sont fermés.