Le barbecue blues, le plus nourrissant de tous

Yipiiii, les filles

barbe=K.jpg

 

 

Le Dr Slurp recommande à toute la population mondiale d’acquérir au plus vite ce disque. Parfaitement.
Ce disque, c’est Barbecue Any Old Time (Blues From The Pit, 1927-1932), une compil réunissant deux douzaines de blues giga vintage, archéo-boogies et rengaines jazzy millésimées.
Jusque-là, rien de particulièrement nutritif, pensez-vous. Certes, sauf que tous ces morceaux rendent hommage au… barbecue. Des morceaux du tonnerre, qui crépitent et grésillent comme une côte de porc sur la braise. Des morceaux qui vivent, qui sentent le graillon, le rire et la sueur. Savannah Churchill swingue grave sur Fat Meat Is Good Meat; Bogus Ben Covington éructe I Heard The Voice Of A Pork Shop en grattouillant son vieux banjo; Memphis Minnie piaille un exquis Pig Meat On The Line qui donne la fringale.

CD1008ForCD1008Page.jpg

 


BBQBluesFor1008.jpgRappelez-vous, nous sommes dans les années 30. La grande dépression sévit. Le boulot manque cruellement. Les dollars sont rares. Pour la communauté noire du sud, qui a souvent fraîchement quitté sa pampa pour venir grossir les villes, le barbecue devient l’une des rares occasions de retrouvailles et de ripaille. D’où l’ambiance d’hédonisme joyeux et de gourmandise grassouillette qui transpire de chaque sillon du cédé.

«Barbecue chicken, barbecue lamb,
Barbecue beef, Barbecue ham,
But when you fix that table for me,
Gimme plain barbecue,
let it be sweet as can be!»
C’est «Big Boy» Teddy Edwards qui le dit.
Croquez ce disque. L’est drôlement bien assaisonné.

Tchou!

PS: En guise d'apéro, un vieil hymne carné de ce bon vieux Barbecue Bob



Commentaires

  • On peut y ajouter une Polk Salad Annie assaisonnée d'herbes folk, quelques popinambours ou des pointes de jazzperges selon la saison.

  • T'as sorti ton stylo bleu? Coquet, va!

  • Où tu vas chercher tout ça? Je viens de commander le disque. Je t'en reparle

  • Et pour arroser tout ça il ne manque plus que

    Ain't Nothin' Like Whiskey ç!
    de l'irremplaçable Lightnin' Hopkins

    Faut aussi que je fouille dans mes archives Zydéco : il me semble qu'il y a quelques Clifton Chenier très comestibles

  • Chenier, mais c'est bien sûr: l'increvable "Crawfish Jambalaya"!

  • à vue d’œil, ça doit être appétissant! je parle de la viande! avec de la musique Blues, ça peut faire monter au ciel!

Les commentaires sont fermés.